Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Estivants
Théâtre de la Bastille  (Paris)  octobre 2012

Comédie dramatique de Maxime Gorki, mise en scène de tg STAN, avec Robby Cleiren, Jolente De Keersmaeker, Sara De Roo, Damiaan De Schrijver, Tine Embrechts, Bert Haelvoet, Minke Kruyver, Frank Vercruyssen et Hilde Wils.

Fidèle au Théâtre de la Bastille, le fameux collectif d’acteurs anversois tg STAN y présente sa version d'outre-Quiévrain de la pièce "Les Estivants" de Maxime Gorki.

Dans cette tragi-comédie écrite au tout début du 20ème siècle, l'année même de la mort de Tchekhov, Maxime Gorki reprend la thématique d’un des volets de "La trilogie de la villégiature" de Carlo Goldoni et écrit quasiment une suite à "La Cerisaie".

Dans le cadre historique de la Russie pré-révolutionnaire, après le démantèlement des propriétés terriennes, l’abattage des arbres et la construction des maisons de campagne, il met en scène un groupe d’amis en vacances qui occupent leur journée à voir s’écouler le temps, un temps rythmé par la collation du thé, des velléités de badinage et des échanges verbeux pseudo-philosophiques ponctués de lamentations égocentriques se confortant un immobilisme mimétique face au pressentiment d'un changement nécessaire.

Mais Gorki ne se limite ni à la satire d’une classe sociale embourgeoisée dans ses mœurs comme dans ses certitudes, la classe moyenne cultivée, ni à la critique de l’oisiveté et de la vacuité existentielle comme mode de vie délétère. Politiquement engagé, il veut d’éveiller les consciences à l’idéologie révolutionnaire en stigmatisant l’intellectuel passif.

La résonance avec l’apathie occidentale contemporaine, résultant notamment de la mort de Dieu et des idéologies survenue au milieu du 20ème siècle, et la déconfiture culturelle contemporaine avec l'émergence de l'intello du Boboland, version bas de gamme de l'intellectuel, paraît évidente.

Alors que donne à voir tg STAN dont le dogme est de placer l’acteur au centre de l’acte théâtral qui repose notamment sur la destruction de l’illusion théâtrale ? Plus Goldoni que Tchekhov, plus proche du baroque flamand que du socio-réalisme russe, l'aspect politique devenu subliminal, la tragi-comédie devient une comédie de moeurs avec de petites histoires entre amis pour qui les vacances communes tournent à la dispute généralisée.

Sur la longueur, deux heures et demie, le spectateur se perd dans la frénésie ambiante sur le plateau, les doubles rôles, la scansion flamande, le texte en français rythmé par la scansion flamande et parfois oublié. "Il va falloir encore un peu répéter" clame avec dérision Damiaan De Schrijver, le grand barbu jovial qui adore se promener la panse à l'air qui semble échappé du tableau "Le roi boit", chef-d'oeuvre de Jordaens qui est d'ailleurs exposé en ce moment au Musée Marmottan-Monet dans le cadre de l'exposition consacrée aux peintres baroques flamands.

Mais il est vrai qu'une partie du public vient davantage pour voir tg STAN précédé de sa réputation que ce qu'il joue.

Et sur ce point les spectateurs ne seront pas déçus car le spectacle porte son estampille : agitation (faussement ?) fébrile des comédiens, mise en scène (faussement ?) anarchique, cacophonie stylistique avec le jeu (faussement ?) distancié de certains et farcesque d'autres, jeu frontal en interactivité avec le public qui participe du plaisir de jouer pour le comédien et fatras scénographique. Mais le collectif créé en 1989 semble parvenu aux limites de l'exercice.

Dans un dispositif scénique de radeau de la méduse recyclé de celui du spectacle "Paroles, pas de rôles/vaudeville" donné en 2010 au Théâtre du Vieux Colombier dont Damiaan De Schrijver était un des concepteurs, alors que les comédiens traversent la salle pour des apports et emports incessants d'éléments de décor qui ne serviront à rien, surnagent quelques scènes majeures fidèles au moins à l'esprit du texte et s'imposent trois comédiennes.

Minke Kruyver, dans un double rôle dont celui de la poétesse romantique ridiculisée et de la fille de Maria subtilement interprétée par Hilde Wils et Jolente De Keersmaeker magnifique dans celui de Varia, le fil rouge de la pièce, celle qui a choisi la voie de la lucidité et décidé de partir et à laquelle tous vont s'agripper dans la très réussie dernière scène.

 

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 5 juillet 2020 : Un avant goût de vacances

il fait (presque) beau partout, on sort un peu de chez nous, on voit nos amis, on pense aux vacances. Chez Froggy's on continuera tout l'été à vous alimenter en culture mais ce sera peut être un peu plus calme. En attendant, voici le sommaire et bien sûr le replay de La Mare Aux Grenouilles #5 !

Du côté de la musique :

"Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.
et toujours :
"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"La Putain respectueuse" par Gérard Gélas
"Dracula Asylum" par Felicien Chauveau
"L'Homme qui rit" par Gaële Boghossian
"Cage" par Jacques Bellay
"Kyste" de et par Eloïse Hallauer et Camille Soulerin
et une pépite : "Jimmy's blues" de James Baldwin par Nicolas Repac et Anouk Grinberg
du théâtre moderne :
"Vient de paraître" d'Edouard Bourdet par Jean-Paul Tribout
"La vie de Galilée" de Bertold Brecht par Eric Ruf
le répertoire classique par la Comédie français d'hier et d'aujourdhui :
"Le Mariage de Figaro" de Beaumarchais
"On ne badine pas avec l'amour" d'Alfred de Musset
Au Théâtre ce soir :
"Les Petits oiseaux" d'Eugène Labiche
"La Reine Blanche" de Barillet et Grédy
"Les Petites têtes" d?André Gillois
des comédies :
"L'Opération du Saint-Esprit" de Michel Heim
"Jeux de mots bêtes pour gens laids" autour de textes de Bobby Lapointe
"Pochettes Surprise" de Jacky Goupil
du côté des humoristes :
"Jean Luc Lemoine - Au naturel"
"Moustapha El Atrassi - Second degré"
du théâtre visuel avec "L'Avare" par la Compagnie Tàbola Rassa
et enfin du théâtre lyrique avec"Ercole Amante" de Francesco Cavalli par Christian Hecq et Valerie Lesort

Expositions :

les réouvertures de la semaine :
le Musée d'Art Moderne dela Ville de Paris avec les collections permanentes de "La Vie Moderne" dans sa nouvelle présentation et la salle Matisse
le Musée Rodin
le Musée national des Arts asiatiques-Guimet
le Musée Cognacq-Jay et le Musée du Louvre
et les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :
en salle "L'Envolée" de Eva Riley
at home avec :
du thriller :
"La Isla minima" de Alberto Rodriguez
"La Onzième heure" de John Lyde
de la romance :
"La revanche d'une blonde" de Robert Luketic
'"Aime-moi comme je suis" de Stephan Meyer
"Coup de foudre en cuisine" de James Hacking
du drame :
"L'ombre du doute" d'Aline Issermann
"Tout va bien on s'en va" de Claude Mouriéras
"Henri" de Yolande Moreau
Ciné-Club français des années 60 :
"L'Insoumis" d'Alain Cavalier
"Le Chien" de François Chalais
"La Voleuse" de Jean Chapot
"Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
et des raretés :
"Le Champignon des Carpathes" de Jean-Claude Biette
"King of the White Elephant de Sunh Vasudhara

Lecture avec :

"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson
et toujours :
"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=