Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Calacas
Théâtre Equestre Zingaro  (Paris)  novembre 2012

Spectacle équestre conçu et mis en scène par Bartabas, avec Laurence Dirou, Michael Gilbert, Noureddine Khalid, Mathias Lyon, Gaëlle Pollantru, Etienne Regnier, Alice Seghier, Messaoud Zeggane et les musiciens Sébastien Clément, François Marillier, Pepa et Luis Toledo.

Bienvenue dans le monde de Zingaro ! Entrer au Fort d’Aubervilliers dans ce Théâtre Equestre tout en bois, c’est comme entrer dans un univers merveilleux où l’humain et le cheval sont rois.

Il y a, dès qu’on pénètre dans le vaste foyer-restaurant octogonal, le premier émerveillement à la vue des murs parés de mille décorations : costumes traditionnels, figurines, véhicules de toutes sortes, photos et écrans diffusant des images des précédents spectacles, sons et musiques qui se croisent et se répondent. Un vrai musée et un lieu chaleureux où l’on avale une soupe mexicaine sur de longues tables pour se mettre dans l’ambiance.

Pour accéder à la salle, après avoir traversé la cour au milieu des roulottes, il nous faut monter un escalier, accueilli par le capitaine et son fidèle perroquet puis emprunter une passerelle qui surplombe les boxes des chevaux. On peut déjà sentir leur odeur et leur impatience, pour certains. Après avoir foulé une allée de terre, on s’installe sur les gradins de ce grand cirque et le spectacle peut alors commencer.

Pendant que les spectateurs prenaient place, huit squelettes assis attendaient en méditant au milieu de dindons. Rythmé par les tambours et les cymbales des "chinchineros" - ces hommes-orchestres à l’énergie communicative, tout s’anime et prend soudain une autre dimension : nous sommes au Mexique et c’est la fête des morts. Ceux-ci, récalcitrants et frondeurs s’agitent sur les notes répétées des musiciens galvanisés comme dans une transe chamanique.

C’est la danse macabre, celle qui voit tantôt lentement, tantôt au grand galop festoyer l’homme et l’animal. Et c’est le cheval qui mène la danse, lui dont l’énergie réveille les morts d’un coup. Eux, soudain déchaînés, veulent se mêler à la fête, danser encore et encore en une immense farandole.

Tous plus éblouissants les uns que les autres, les numéros se suivent et utilisent tout l’espace : la piste bien sûr mais aussi les travées qu’arpentent les musiciens et leurs tambours, et surtout la seconde piste circulaire en hauteur où les chevaux déboulent à grande vitesse avec élégance et légèreté.

Le spectacle est total et où que nos yeux se portent, c’est l’enchantement permanent : une grande cérémonie joyeuse et enflammée où hommes, squelettes et animaux célèbrent la vie dans une ambiance colorée de rire et de belle énergie. On est complètement subjugué par cette fresque grandiose et féerique, par la précision des artistes dans des numéros de haute voltige et l’imagination de Bartabas qui habille d’humour et de poésie ce très beau soir des morts.

La fanfare résonne, les clochettes tintinnabulent, tandis que chevaux et écuyers passent en majestueux cortèges. Et les morts se marrent. Plusieurs convois plus tard, on aura vu de bien étranges carrioles et des moments surréalistes ou de beauté infinie. Le tout dans un cadre extraordinaire. Et c’est tout naturellement, la main dans la main, qu’hommes et squelettes viendront enfin saluer.

Déjà, dehors, devant le grand feu de camp qui crépite, les enfants (et les grands) ont dans les yeux des images qui dansent et qu’ils n’oublieront pas de sitôt. Somptueux et magique, "Calacas" est très certainement un moment unique à voir absolument.

 

Nicolas Arnstam         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=