Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Godspeed You! Black Emperor
La Condition Publique  (Roubaix)  samedi 3 novembre 2012

Ah l'espace ! Vaste sujet. Au sens propre et figuré d'ailleurs... Si bien que tout cela se pointe du doigt. C'est vulgaire, parait-il. Pourtant c'est essentiel. Question de repaire, d'emplacement, de lignes, bien qu'imaginaires. Tout cela rassure, il semblerait même que l'on appelle ça une bonne étoile. Parfois à tort, qui sait ? Finalement n'annonce-t-on pas la fin du monde prochainement, causée par des cataclysmes eux-mêmes causés par des pluies d'astres, de météorites ?

Sous cette constellation métaphorique, imprévisible mais quasi religieuse, la lumière reprend vie pour la première fois depuis 10 ans. Roubaix, décrépi, terni d'une inquiétante rougeur, sera la nouvelle Jerusalem ce soir. L'apocalypse est proche, camarade ? Crevons donc ensemble. La Condition Publique sera un purgatoire, dans lequel une foule de convertis est venue se ressourcer auprès de ses élus, de ses apôtres, pour décrypter le message. Le secteur est sectaire, les gourous sont là.

Deux écrans diffusent donc la bonne parole au sein de la paroisse : "Hope" crient-ils, dans un déchirement d'images à la pellicule martyrisée et torturée par le noir et le blanc du super 8. Le vaisseau décolle par un drone, l'aspect lancinant proposé par le groupe est essentiel, il ne quittera jamais l'espace au cours des deux heures et demie de concert.

La musique de Godspeed You! Black Emperor est une musique qui prend son temps, c'est un voyage initiatique qui passe par l'esprit de manière progressive. D'ailleurs, car la question se pose, peut-on ici parler de rock progressif ?

Les plages sont longues et peuvent être assimilées à des compositions dites classiques qui évoluent en différents mouvements. Pourtant, la dimension atteinte est à la limite de la musique contemporaine minimaliste, notamment sur les transitions entre les morceaux, basées sur des drones ambiants, qui créent une tension oppressante au dramatisme évident et exacerbé. Débarrassé alors de contraintes techniques et de vélocité, il semblerait que l'on appelle ça du post-rock. La virtuosité prend alors le dessus dans toute sa splendeur, de manière brutale, radicale, sans jamais atteindre la masturbation musicale tant redoutée dans ce genre d'exercice.

La musique de Godspeed n'en reste pas moins pauvre, bien au contraire. Comme dit précédemment, elle évolue en un constant mouvement perpétuel riche et varié, elle passe du heavy à la musique ambiante, de la musique tribale à la musique atonale, du psyché au doom. Au final tout cela ne serait-il pas du punk, de l'anarchie, du nihilisme à son paroxysme ?

L'ambiance dans la salle est incroyable, indescriptible, comme la musique qui y est présentée, tout le monde est scotché et ferme les yeux, lévite. Les plus mélomanes reconnaîtront dans la set list "Mladic" du dernier album 'Allelujah ! Don't bend ! Ascend ! en véritable ouverture, suivi de "Storm" du disque Lift Your Skinny Fists Like Antennas To Heaven. En guise de rappel, les plus sereins distingueront "East Hastings" (dont le thème hantait les images du 28 Days After de Danny Boyle) du "premier" album, f# a# ∞ (le premier vrai opus de GY!BE étant une cassette introuvable ayant pour nom All Lights Fucked on the Hairy Amp Drooling sortie en 1994 et limitée à 33 exemplaires).

Ce concert/groupe est indescriptible, il fallait y être, consciemment ou inconsciemment, sobre ou ivre. Il faudrait inventer un mot, du genre "Pyramidesque" pour en parler, car il n'en existe aucun d'adéquat.

Cette vague tentative de résumé provient de note prise pendant la chose, de manière subconsciente. Ce fut un peu comme un rêve irréel, un paradoxe donc. Et il parait que c'était énorme. Et comme tout bon rêve, impossible de m'en souvenir. Et même si ça manquait de vapeur, appelons ça la libération.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album 'Allelujah ! Don't bend ! Ascend ! de Godspeed You! Black Emperor
Godspeed You! Black Emperor en concert à Cabaret Sauvage (11 mai 2003)
Godspeed You! Black Emperor en concert à Cabaret Sauvage (13 mai 2003)
Godspeed You! Black Emperor en concert au Grand Mix (10 mai 2003)
Godspeed You! Black Emperor en concert à La Condition Publique (samedi 3 novembre 2012) - 2ème
Godspeed You! Black Emperor en concert au Festival La Route du Rock #23 (vendredi 16 août 2013)
Godspeed You! Black Emperor en concert à L'Aéronef (jeudi 16 avril 2015 )
Godspeed You! Black Emperor en concert à Condition Publique (dimanche 22 octobre 2017)

En savoir plus :
Le site officiel de Godspeed You! Black Emperor
Godspeed You! Black Emperor sur le site de Constellation Records
Le Facebook de Constellation Records

Crédits photos : Cédric Chort (Toute la série sur Taste of Indie)


Sam Nolin         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 14 juillet 2019 : Les pieds dans l'eau

C'est l'été, les vacances pour certains, mais cela n'empêche pas de découvrir quelques petites perles musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques... Alors ne perdons pas de temps et découvrons le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...
et toujours :
"Lung bread for daddy" de Du Blonde
"Orgue" de Guero
Hellfest #14 avec No one is innocent, Gojira, Kiss, Cannibal Corpse, Sister of Mercy et pas mal d'autres
"L'envoutante" de L'Envoûtante
"Uncovered Queens of the Stone Age, The lost EP" de Olivier Libaux
"Praeludio" de Patrick Langot
"Carnet de voyage, livre 1 : Beethoven Cras" de Quatuor Midi Minuit
"The twin souls" de The Twins Souls

Au théâtre :

"Glissement de terrain" au Théâtre de la Reine Blanche
"Philippe Chevallier et Bernard Mabille - Chacun son tour" au Théâtre L'Archipel
"De Judas à Manuel Valls" à la Comédie Saint-Michel
"Philippe Fertray - En mode projet" au Théâtre de la Contrescarpe
"Florian Lex - Pas de pitié !" au Théâtre du Marais
des reprises :
"Nature morte dans un fossé" au Petit Gymnase
"Muriel Lemarquand - Trop forte !" au Théo Théâtre
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle
et dernière ligne droite pour :
"L'Orient des peintres, du rêve à la lumière" au Musée Marmottan-Monet
"Hammershoi - Le Maître de la peinture danoise" au Musée Jacquemart-André
"La Lune - Du voyage réel aux voyages imaginaires" au Grand Palais
"La Collection Emil Bürhle" au Musée Maillol

Cinéma :

"Le Voyage de Marta" de Neus Ballus
et la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"Hitler et la mer" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud
et toujours :
"Entrer dans l'arène en même temps que l'orage" de Danny Denton
"Et tout sera silence" de Michel Moatti
"Je te donne" de Baptiste Beaulieu, Agnèes Ledig, Laurent Seksik, Martin Winckler
"Le dernier thriller norvégien" de Luc Chomarat
"Néron" de Catherine Salles

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=