Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Pitchfork Music Festival #2 (édition 2012) - jeudi 1er novembre
How to Dress Well - AlunaGeorge - DIIV - Factory Floor - Japandroids - Frànçois and The Atlas Mountains - John Talabot - Sébastien Tellier - James Blake - M83  (Grande halle de la Villette, Paris)  du 1er au 3 novembre 2012

Jour I : Arches métalliques / photomaton / Messe(s) Profane(s)

16h30 : Paris devient pour trois jours le centre du monde musical, la grande halle de la Villette, œil d’un cyclone tourbillonnant pour un tour d’horizon d’une partie de ce qui se fait de mieux en musique indépendante. 16h30 : bienvenue à Londres, Oslo, Rome, New-York, Brooklyn, Williamsburg… bienvenue au Pitchfork festival deuxième édition du nom.

Le temps d’échanger quelques euros contre des jetons très design siglés au nom de l’organisateur du festival et il est temps de découvrir le site très classe et forcément select. C’est au son propre et malheureusement bien trop lisse de How to Dress Well que l’on prend connaissance des lieux et des deux scènes se faisant face. Vient ensuite AlunaGeorge duo R’N’B electo Londonien. Aluna habillée façon danseuse du ventre se la joue panthère et œil de biche, malheureusement ses déhanchées sexy en diable, son joli minois et ses attitudes proche de MiA ne font pas oublier la relativement peu intéressante musique qui va avec.

Rendez-vous au photomaton, lieu de passage presque obligé des festivaliers qui veulent garder des souvenirs en noir et blanc ou se retrouver, et DIIV peut enfin commencer. Ils sont jeunes, viennent de New-York et leur nom, tout comme leur dégaine, est un hommage à Nirvana. Le groupe est une véritable boule d’énergie brute, puissante, intense. Le mélange Dream pop et Shoegaze fonctionne à merveille, la voix presque évanescente de Zachary Cole Smith se perdant dans les méandres et les explosions des guitares Fuzz. DIIV nous assène son set nerveusement, comme un coup de poing, fédérant largement l’auditoire. Certains disent avoir vu passer, dans la fumée et les lumières des projecteurs, les fantômes de Kurt Cobain et de Ian Curtis...

C’est au tour de Factory Floor d’électriser la foule de plus en plus importante. Electriser grâce à une techno associée à du krautrock, musique répétitive à la dynamique industrielle, aux beats froids et étirée comme un long fil. Une musique qui se répercute contre les arches métalliques art nouveau, redonnant un sens à cette salle alors qu’un écran géant donne l’impression d’être un personnage de Tron perdu dans une esthétique très 80’s gameboy / CPC 6128. Un regret qui semble être partagé par tout le monde : une discographie et une notoriété pas assez importante obligeant le groupe à passer à un horaire incongru. Dommage !

On n’entendra que de loin le rock brut de Japandroids pour cause d’interview avec DIIV mais le public semble ravi de la prestation du duo guitare/batterie Canadien faite d’urgence et de puissance électrique.

Frànçois and The Atlas Mountains a la lourde tâche de remplacer Chairlift bloqué à New-York pour cause d’ouragan. Si toute poétique et difficilement classable qu’elle soit, la musique des français semble bien minuscule au milieu de la grande halle. Innocence, charme et pop émouvante ne font pas bon ménage avec la relative froideur de la grande salle. Le groupe a beau se démener, surtout Amaury Ranger aux percussions, la sauce perd toute sa saveur.

Ayant profité du concert de Frànçois and The Atlas Mountains pour se restaurer aux stands so chic de nourritures, c’est en masse que les festivaliers vont écouter l’espagnol John Talabot. D’un coup la grande salle parait clairement se réchauffer et le public se met à danser. La musique de Talabot puise son inspiration dans une electro élégiaque et dans un groove tout en moiteur faisant penser que sous la Villette se cache le sable, et que l’été est déjà de retour. Le sourire aux lèvres, le barcelonais irradie la salle et sa pop électronique devient une célébration des sens. Le soleil se couche sur Paris – c’est une image – le monde n’est plus que bonheur et harmonie. Soit ! Pour ma part, c’est direction rapidement vers la scène opposée pour le concert de Sébastien Tellier.

Le grand prêtre de l’alliance bleue fait son apparition sur un pepito bleu tout en grandiloquence appelant ses fidèles à la communion. Facétieux, il parlera beaucoup pour blaguer, menaçant de faire durer son concert trois heures de plus ou propose de lire les discours de Jospin circa 1982-1984. Si le public étranger n’est que peu réceptif à son flegme et à son humour, il en est tout autrement du public français largement conquis par la classe et le burlesque du monsieur. La Flynig V bleue en bandoulière ou derrière le piano le chanteur en costume, foulard en soie et lunettes de soleil bleues aligne ses tubes ("La Ritournelle", "L’amour et la violence", "Sexual sportswear", "Cochon ville", "Russian attractions"…) non sans un véritable panache. Le public exulte, Tellier enchaîne les titres parfaits, les déhanchés, les cigarettes et les bières  – nos amis anglo-saxons ont dû halluciner – se moque de son succès en ironisant sur son titre "La Ritournelle" (sa poule aux œufs d’or) et termine de mettre le public à genoux avec un superbe "L’amour et la violence". La messe, car c’est une messe non ?, se terminera sur un baptême électrique… quoi de plus logique. LE concert de ce premier jour.

Les organisateurs auront beau booster les basses, le set de James Blake, joué dans un halo de fumée lui donnant de faux airs mystérieux, est aussi palpitant que sur disque. Les travers pavés et les restaurants étant archi- bondés, on se dit que nous ne sommes pas les seuls à trouver la musique de l’anglais aussi plate et peu passionnante.

Le petit monstre de cauchemar de la pochette de Hurry Up, We’re Dreaming arrivant sur scène le signal est donné pour le début du concert de l’une des têtes d’affiche du festival : M83. Pour être tout à fait sincère, le virage pris par Anthony Gonzales et son groupe depuis quelques temps nous laisse dubitatif. Devenu groupe mainstream, sa musique est dorénavant faite pour les stades et la foule. La foule en redemande alors le groupe ne mégote pas avec les moyens : light shows tonitruants, son dantesque et orchestre symphonique. Folie pure pour certains, il faut dire que le groupe y met le cœur à l’ouvrage, surtout le bassiste comme à son habitude, et choisit parmi son répertoire les titres les plus enlevés ("Teen Angst", "Reunion", "Wait", le très réussi pour le coup "Sitting", "Steve McQueen", "Midnight City" plutôt raté…).

Pourtant, on sent que quelque chose ne marche pas, on en prend plein la vue mais les oreilles sont mises de côté. Et quid de l’orchestre symphonique tellement peu et si mal utiliser (hormis quelques nappes de violons par çi par là, il n’est réellement utilisé que pour l’avant-dernière chanson déjà symphonique sur disque : "Outro") ? Couleurs clôture le concert. Pour certains, M83 est l’un des plus gros/grand groupe d’electro-rock du monde pour d’autres, il a bel et bien sombré. A chacun de se faire sa propre opinion… Et sinon où sont passés tout les hipsters ?

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

How to Dress Well en concert à Pitchfork Music Festival Paris #2 (édition 2012)
La chronique de l'album Body Music de AlunaGeorge
La chronique de l'album I Remember de AlunaGeorge
L'interview de DIIV (jeudi 1er novembre 2012)
Factory Floor en concert au Phare (lundi 23 novembre 2009)
Factory Floor en concert au Festival Villette Sonique # (édition 2014) - jeudi 5 juin
La chronique de l'album Her river raves recollections de François and the Atlas Mountains
La chronique de l'album E Volo Love de Frànçois and The Atlas Mountains
La chronique de l'album Solide Mirage de Frànçois and The Atlas Mountains
Frànçois and The Atlas Mountains en concert au Festival Rock en Seine 2011 - Programmation du dimanche
L'interview de Frànçois and The Atlas Mountains (10 octobre 2011)
L'interview de Frànçois and The Atlas Mountains (lundi 13 février 2017)
John Talabot en concert au Festival Marsatac #14 (édition 2012) - Nîmes
La chronique de l'album Politics de Sébastien Tellier
La chronique de l'album Sessions de Sébastien Tellier
La chronique de l'album Sexuality de Sébastien Tellier
La chronique de l'album My God Is Blue de Sébastien Tellier
La chronique de l'album Confection de Sébastien Tellier
La chronique de l'album L’Aventura de Sébastien Tellier
Sébastien Tellier en concert au Festival Les Nuits Secrètes 2008
Sébastien Tellier en concert au Festival Beauregard #4 (édition 2012) - Samedi
L'interview de Sébastien Tellier (avril 2006)
La chronique de l'album The Colour in Anything de James Blake
La chronique de l'album Assume Form de James Blake
James Blake en concert au Festival We Love Green #2 (édition 2012)
James Blake en concert au Festival We Love Green #2 (édition 2012) - Vendredi 14 septembre
La chronique de l'album Red cities, red seas & lost ghosts de M83
La chronique de l'album Before the dawn heals us de M83
La chronique de l'album Junk de M83
M83 en concert au New Morning (18 février 2005)
M83 en concert au Festival Le Cabaret Vert #12 (édition 2016) - jeudi 25 août

En savoir plus :
Le site officiel du Pitchfork Music Festival
Le Facebook du Pitchfork Music Festival


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
"Qui croire " à la Comédie de Reims
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=