Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Peggy Pickit voit la face de Dieu
La Loge  (Paris)  novembre 2012

Comédie dramatique de Roland Schimmelpfennig, mise en scène de Vincent Collet, avec Enora Boëlle, Samir El Karoui, Fanny Fezans et Laurent Micheli.

Avec cette comédie dramatique au titre intrigant, "Peggy Pickit voit la face de Dieu" de Roland Schimmelpfennig, la Compagnie Joli Collectif réussit un véritable tour de force.

Et celui-ci tient tant au travail de dramaturgie et de direction d'acteur du metteur en scène Vincent Collet qu'à la rigueur de jeu des comédiens qui concourent à un spectacle particulièrement réussi.

En effet, l'auteur allemand livre une partition dramatique techniquement ardue à porter sur scène puisque, bien qu'inscrite dans la linéarité, elle crée une pluralité concomittante d'espaces-temps génératrice d'arythmies, avec des retours sur des passés de différents niveaux, et repose sur une écriture circulaire complexifiée par une rythmique polyphonique qui ressortit du chant en canon.

Ce chant polyphonique pour quatuor en déréliction commence comme une légère comédie de moeurs par une situation banale du quotidien, un dîner entre amis, deux couples unis par une amitié estudiantine, qui se retrouvent après plusieurs années d'éloignement géographique sur fond de crise de la quarantaine et au travers du prisme particulier qu'est la mauvaise conscience occidentale des générations post-coloniales face au bourbier tant économique que politique, qui ravive de surcroît les rivalités ethniques, dans lequel s'enfonce notamment les pays du continent africain.

Leur éloignement correspond à des choix de vie différents, davantage même, diamétralement opposés, qui, rétrospectivement, les rendent tous aussi anxieux qu'insatisfaits.

Pour l'un, qui a choisi la quiétude bourgeoise avec ses signes extérieurs de réussite sociale et de bonheur, maison, voiture, enfant surdoué, est taraudé par le rêve inassouvi de l'aventure et la perte de l'idéalisme de la jeunesse.

Pour l'autre, l'engagement professionnel de longue durée dans le cadre d'une mission médicale humanitaire en Afrique s'achève par un départ précipité qui laissent ces médecins, pétris de bons sentiments, usés, malades, sans travail et sans projet d'avenir, interloqués par l'ingratitude de ceux auxquels ils se sont dévoués.

La situation implosive déraille très vite à coups d'opposition implicite et de petits règlements de comptes larvés entre amis jusqu'au KO final : match nul, pas de gagnant, que des vaincus.

Dans un décor simple de salon-terrasse, le huis-clos est parfaitement mené par les quatre comédiens qui jonglent avec brio entre les dialogues et les apartés et incarnent avec finesse la psychologie de chacun des personnages.

Le couple invité est interprété par Samir El Karoui et Fanny Fezans, lui en douleur introvertie, elle toute en émotion à fleur de peau et de coeur, et le couple d'hôtes par Enora Boëlle, parfaite dans le refoulement qui vire à l'hystérie, et Laurent Micheli dans la fausse indifférence.

Du bel ouvrage.

 

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 12 mai 2019 : Une liste de plus

A l'approche des élections européennes et ses innombrables listes qui ne présagent pas d'un bel avenir, on rajoute la nôtre, celle de la sélection culturelle de la semaine histoire de se changer les idées et se donner tout le plaisir que l'on mérite bien avec de la musique, des spectacles, des films, des livres et même des zombies à dégommer.

Du côté de la musique :

"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'un premier titre live, "Chasse Spleen"
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara
et toujours :
"Foreign lines" de Erevan Tusk
"Seeing other people" de Foxygen
"2029" de Gontard!
"Chopin concertos for piano & string" de David Lively, Quatuor Cambini Paris et Thomas de Pierrefeu
"La poison" de La Poison
"Wasalala" de Madalitso Band
"Children of the slump" de Marble Arch
"Cesar Franck : Piano works quintet" de Michel Dalberto & Novus Quartet
"High strung" de Pamplemousse
"Live bullet song" de Tchewsky & Wood

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Un ennemi du peuple" au Théâtre national de l'Odéon
"Vues Lumière" au Théâtre de la Colline
"Fauves" au Théâtre de la Colline
"La Victoire en chantant" au Théâtre 13/Jardin
"Délivrés de famille" au Théâtre Le Funambule
"Deux femmes pour un fantôme" à l'Aktéon Théâtre
"Mon coeur pour un sonnet" au Théâtre Le Lucernaire
"Le Cabaret de Poussière fait le Zèbre" au Zèbre
Festival des Enfants de Molière à Dieppe
les reprises :
"Tout semblait immobile" au Théâtre de la Bastille
"Providence" au Théâtre Les Déchargeurs
"Aux Délices" au Lavoir Moderne Parisien
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma avec :

"Versus" de François Valla
Oldies but Goodies avec :
la version restaurée de "Les Lois de l'hospitalité" de Buster Keaton et Jack Blysrone
"Drôles de cigognes !" de Hermina Tyrlova
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors
et toujours :
"La bombe humaine" de Olivier Barruel
"La nuit ne dure pas" de Jules Gassot
"Le cri des corbeaux" de Matthieu Parcaroli
"Le jour de ma mort" de Jacques Expert
"Les feux" de Shohei Ooka
"Ombres sur la Tamise" de Michael Ondaatje
"Vraie folie" de Linwood Barclay

Froggeek's Delight :

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=