Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Sur Prise
Centre d'Animation des Halles  (Paris)  novembre 2012

Monologue dramatique écrit et mis en scène par Amine Adjina, interprété par Emilie Prévosteau.

2012 connaît, à l'occasion du cinquantième anniversaire de la mort de Norma Jean Baker, une déferlante Marilyn et nombre de propositions théâtrales tendent à vouloir appréhender la réalité de la femme à partir notamment de ses écrits intimes et/ou ses derniers entretiens avec son psychanalyste Ralph Greenson.

Avec "Sur Prise", monologue "librement inspiré de la vie et de la mort de Marilyn Monroe", Amine Adjina livre un opus fictif personnel par lequel il veut questionner le mythe Marilyn sous l'angle spécifique de l’acteur, indiquant que Marilyn Monroe est un concept.

La partition qu'il a écrite et qu'il met en scène de manière frontale, en adresse au public, le public spectateur et voyeur dont l'acteur cherche la reconnaissance en s'offrant à son regard qui devient son miroir, aborde principalement la question de l'image, du corps et du rapport aussi singulier qu'ambigu entre l'acteur et le public.

Ainsi montre-t-il une Norma Jean qui a joué au démiurge avec elle-même en façonnant son personnage de blonde, celle qui ose et décimera le blockbuster des brunes, pour devenir l'ange blanc de Hollywood, en travaillant son corps, instrument de l'acteur, qu'elle a tellement magnifié en blonde sexy qu'il devient son ennemi en l'empêchant d'accéder aux rôles du répertoire.

Un jeu dangereux qui la rend prisonnière de son double, un masque qui lui colle à la peau et qui finira par la tuer, comme de ses rôles pour en faire "une poupée russe américaine" qui empile les personnages qui vont étouffer la petite fille descendante d'une lignée de femmes atteinte de démence inexorablement seule qui veut être aimée à tout prix.

Sur le plateau, quelques éléments emblématiques, un lit, une baignoire, un imperméable clair, une perruque blonde, et la mort qui sonne à la porte sous forme de la sonnerie du téléphone actionné par un interlocuteur nommé Go.

Emilie Prévosteau, jeune comédienne dont le physique gracile et le timbre de voix prédisposent à l'emploi d'ingénue, campe avec assurance, crédibilité et sensibilité une Marilyn palpitante et d'une luminoseuse candeur, rattrapée par ses fêlures, dans un processus d'offrande qui la conduit au bord du gouffre, victime de ses démons et brûlée par le jeu du désir qu'elle a provoqué.

Scandé par la chanson "One silver dollar " du film "The river of no return" de Otto Preminger dont sont également projetées quelques images, le spectacle est une réussite et, à l'instar de son titre à double sens, une heureuse surprise.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=