Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Lëk Sèn
Interview  (Paris, Atelier 154)  mardi 23 octobre 2012

Lëk Sèn, le protest singer africain. Originaire du Sénégal, il a remporté le prix découverte RFI en 2007 avec son groupe de hip-hop SSK, puis sorti un premier album, Burn, sous son propre nom en 2010. Il a déjà tourné en France avec les Zoufris Maracas ou Clinton Fearon des Gladiators. Pourtant lorsqu'on le rencontre, il semble plus proche de Joan Baez, Fela, Femi Kuti, Violeta Parra ou même Joe Strummer que de Tiken Jah Fakoly ou de son compatriote Youssou N'Dour. C'est à l'occasion de la sortie de son nouvel EP, qui contient un duo avec Clinton Fearon, que nous le rencontrons un soir, du côté de Belleville.

En quelle langue chantez-vous ?

Lëk Sèn : Je chante en wolof et un peu en jamaïcain.

Votre style est souvent décrit comme un mélange de blues malien, de reggae et de dancehall. Êtes-vous d'accord ?

Lëk Sèn : Le dancehall est une forme de reggae auquel on ajoute des instruments électroniques, comme des claviers. Le blues malien, pour moi qui suis sénégalais, est une musique que j'ai apprise. J'ai beaucoup écouté cette musique qui me touche profondément. C'est une musique de méditation, une musique qui te change profondément, une musique qui a une âme.

Vous venez de Ngor, un village de pêcheur près de Dakar, connu autant parce que Peter Gabriel ou France Gall y ont des villas, que pour sa grande pauvreté et comme plaque tournante du trafic de drogue vers l'Europe. Dans quel milieu avez-vous grandi ?

Lëk Sèn : Tout d'abord, le nom Ngor signifie dignité. A Ngor, les ancêtres nous ont laissé un bon héritage : la culture, le respect de l'ancien. A Ngor, tout le monde se connaît dans le village. Il y a de la drogue qui circule mais ça ne peut pas être un endroit violent. Je ne viens pas d'une famille aisée, mais pas pauvre non plus. Il y avait toujours à manger à la maison. J'aurais aimé mieux connaître mon père. Je sais comment il s'appelle bien sûr, mais il n'était jamais là. Depuis l'âge de 11 ans, je me dépatouille. Je n'ai pas le souvenir d'avoir été un enfant. Aujourd'hui je suis en paix avec moi-même, mais ça a été dur.

Vous n'êtes pas griot, n'est-ce-pas ?

Lëk Sèn : Non, je n'ai rien d'un griot. Je suis un rebelle qui fait de la musique. Le griot est un communicateur, il chante les louanges d'un autre homme contre de l'argent. Le griot ne chante pas la pauvreté. Moi, je suis un chanteur. Durant ma vie, j'ai vu des choses qui m'ont blessé. la musique était tout ce qui me libérait, me donnait la force de continuer. Je ne chante pas que des choses dramatiques, je chante aussi l'amour. Mais pour moi, la musique est d'abord un moyen de faire la guerre sans violences.

Le wolof est-elle alors la meilleure langue pour faire passer ce message ?

Lëk Sèn: Lorsque je donne un concert, avant de me mettre à chanter j'explique le morceau. Même si le spectateur ne comprend pas ce que je raconte dans la chanson, il peut quand même en saisir l'émotion. J'ai choisi le wolof parce que c'est la langue de mes ancêtres. C'est aussi mon combat de faire connaître le wolof et le lébou. Ce sont des langues que je trouve belles. Je pourrais rapper en anglais, chanter en français et même en espagnol. Mais utiliser le wolof, c'est d'abord montrer ma fierté d'être africain.

J'ai la haine de voir mes frères lorsqu'ils montrent le mauvais exemple. Ceux qui reviennent au pays après avoir galéré en Europe et qui parlent de l'Europe comme d'un eldorado pourrissent la tête de mes autres frères. L'Afrique est un continent qui a besoin d'aide, mais cette aide ne pourra venir que de l'intérieur. Il ne faut pas que mes frères africains se minimisent, attendent tout de l'Europe. Il faut qu'ils se prennent en main. Pourquoi vouloir ressembler aux Babylones, se faire lisser les cheveux, se faire blanchir la peau ? Lorsque je vois cela, je me dis que le combat est loin d'être gagné. Il faut être cohérent, l'Africain ne peut pas demander sa liberté et se mettre tout seul des menottes. Le symbole est important, les petits gestes sont importants.

Tu as tourné avec des groupes de ton label. Cela a-t-il facilité la diffusion de ton message ?

Lëk Sèn : Le public auquel je m'adresse en premier, ce sont les pauvres. Et malheureusement, c'est un large public. J'essaie de partager. Ce que moi je peux apporter, c'est mon expérience, dire comment je m'en suis sorti, et comment aujourd'hui je peux marcher la tête haute. Je ne suis pas là pour donner des leçons, parce que je suis tout petit. On a tous quelque chose à partager.

Dernière question, plus politique. Tu joues du blues malien, que penses-tu de la situation actuelle au Mali ?

PROPOS retirés sur demande.

















 


Retrouvez Lëk Sèn
en Froggy's Session
pour 3 titres en cliquant ici !

 

  

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Lëk Sèn parmi une sélection de singles (mars 2013)

En savoir plus :
Le Myspace de Lëk Sèn
Le Facebook de Lëk Sèn

Crédits photos : Thomy Keat (Toute la série sur Taste of Indie)


Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Lek Sen (23 octobre 2012)


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=