Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Laetitia Sadier
Silencio  (Drag City)  juillet 2012

On ne présente plus Laetitia Sadier depuis longtemps. Mais si vous prenez le train en marche, voici quelques mots clés pour briller en société : Stereolab, française, Londres, Tim Gane, Monade, gauchère, guitare à l'envers.

Silencio est le deuxième album de Laetitia Sadier sous son propre nom. Pourtant, on pourrait tout de même comptabiliser au palmarès de sa carrière solo les albums de Monade, pas plus ni moins collaboratif que celui-ci. Car aux côtés de Seya Sadier (longtemps connue ainsi outre-Manche), on retrouve, mais quel heureux hasard, Tim Gane qui est pour ceux qui ne seraient pas aller sur Wikipedia après l'intro de cette chronique, la deuxième tête pensante de Stereolab mais aussi Sam Prekop des Sea and Cake. Une belle compagnie donc qui heureusement n'a en rien vampirisé l'univers musicale de Sadier mais qui, au contraire, l'enrichi, ou plutôt l'illustre de petites touches délicates et toujours très à propos.

On retrouve bien sur "le son" Stereolab, cette basse, ces motifs répétitifs, autant de marques de fabrique qui, associées à la voix si caractéristique, offre cette ambiance inimitable qu'ont su créer Sadier et ses compères tout au long de presque 20 ans de carrière. 20 ans et toujours autant de fraîcheur dans cette musique difficilement qualifiable oscillant entre bossa, pop minimaliste et songwriting tiré à quatre épingles.

Sadier a su créer sur Silencio une proximité avec l'auditeur qui nous plonge sans réticence dans un intimisme pas du tout voyeuriste mais qui, au contraire, incite au partage, pour ne pas dire à la communion comme sur "Invitation au silence" qui nous invite à partager le silence absolu ou à la confession sur "Merci de m'avoir donné la vie".

La balade dans Paris de "Moi sans Zach" est un exercice de style réussi, façon Brigitte Fontaine tandis que "Auscultation to the Nation" ou "Fragment pour le future de l'homme" vous donneront indéniablement énergie et bonne humeur dans un style très Stereolab, avec leurs innombrables tiroirs sonores qui regorgent de percussions, sons électro et autres trouvailles.

Chaloupé, sensuel, carressant, délicat. Voilà autant de termes que l'on peut coller aux morceaux de cette album. Désuet diront d'autres. Peut-être bien, mais que c'est agréable face à une production toujours plus uniforme d'albums qui n'existent que pour remplir l'espace sonore sans le moindre répit. Alors Silencio est-il annonciateur d'un retour de Stereolab ? Peut-être. Mais la vérité, c'est que cela n'a pas tant d'importance que cela. Silencio est un superbe disque et Laetitia Sadier peut continuer aussi longtemps qu'elle voudra sa carrière solo avec de telles oeuvres.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Something Shines de Laetitia Sadier
Laetitia Sadier en concert à La Fil (samedi 13 mars 2010)
Laetitia Sadier en concert au Café de la Danse (dimanche 31 octobre 2010)
L'interview de Laetitia Sadier (samedi 27 septembre 2014)

La chronique de l'album Fab four suture de Stereolab
Stereolab en concert au Festival Primavera Sound 2006 (samedi)

La chronique de l'album Socialisme ou barbarie the bedroom recordings de Monade
La chronique de l'album A few steps more de Monade
La chronique de l'album Monstre Cosmic de Monade
Monade en concert au Divan du Monde (15 février 2008)

En savoir plus :
Le site officiel de Laetitia Sadier
Le Soundcloud de Laetitia Sadier
Le Myspace de Laetitia Sadier
Le Facebook de Laetitia Sadier


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Laetitia Sadier (29 septembre 2014)
Le morceau caché, Stereolab (13 octobre 2008)


# 14 octobe 2018 : L'Eclectisme n'est pas un gros mot

Du joyeux, du triste, du beau, du sombre, du symphonique, du dépouillement, de l'épique, de l'intimiste... Encore une semaine chargée en actualité et pleine d'éclectisme dans notre sélection culturelle à découvrir sans plus attendre.

Du côté de la musique :

"Wanderer" de Cat Power
"I Am As You Are" de Sol Seppy
"Dag Wiren : Sinfonietta in C major, Serenade, Synphony N3 & Divertimento" de Rumon Gamba & Iceland Symphony Orchestra
"Une issue" de Samuel Cajal
"Comme un ours" de Alexis HK
"Antilles méchant bateau" par divers artistes
"Blow" de Donny McCaslin
Rencontre avec Gontard! et son nouveau clip "Arcade Fire" à découvrir
"Weapons of mass percussion" des Tambours du Bronx
"Houdini" de San Carol
"Vendredi soir EP" de Céline Tolosa
et toujours :
"La fragilité" de Dominique A
"Il Francese" de Jean Louis Murat
"Pink air" de Elysian Fields
Qu'en Pense Gertrude ? en interview accompagnée d'une session acoustique dans une cave à vins
"Certaine ruines" de Cyril Cyril
"Northern chaos gods" de Immortal
"Feel" Invigo
"La gueule de l'emploi" de Lénine Renaud
"Si c'était à refaire" de Septembre
"Voodoo magic" de Spiral Deluxe
"Midnight in an moonless dream" de The Buttertones

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Le Banquet" au Théâtre du Rond-Point
"Le Pouvoir" au Théâtre de Ménilmontant
"La Nostalgie du futur" au Théâtre national de Bordeaux
"La Cantate à trois voix" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Queen Mary" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Laïka" au Théâtre du Rond-Point
"Oscar et la Dame rose" à la Comédie Bastille
"Jean-François Derec - Le jour où j'ai appris que j'étais juif" au Théâtre L'Archipel
les reprises :
"Tous mes rêves partent de la gare d'Austerlitz" au Théâtre 13/Seine
"Camille contre Claudel" au Théâtre du Roi René
"Deux mensonges et une vérité" au Théâtre Rive-Gauche
"Le Potentiel érotique de ma femme" au Théâtre des Mathurins
"Ma cantate à Barbara" au Théâtre des Variétés
"K Surprise" au Théâtre Les Déchargeurs
"Clouée au sol" au Théâtre Les Déchargeurs
"La Gloire de mon père" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"J'ai mangé du Jacques" au Théâtre Les Déchargeurs
et la chronique des autres spectacles d'octobre

Exposition avec :

"Caravage à Rome - Amis et Ennemis" au Musée Jacquemart-André
"Giacometti - Entre Tradition et Avant-garde" au Musée Maillol

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Guantanamera" de omas Gutierrez Alea et Juan Carlos Tabio
"Wine Calling" de Bruno Sauvard
Ciné en bref avec :
"A Star is born" de Bradley Cooper
"Climax" de Gaspar Noé
"L'Ombre d'Emily" de Paul Feig
"Frères ennemis" de David Oelhoffen
"The Little stranger" de Lenny Abrahamson
"Voyez comme on danse" de Michel Blanc
la chronique des films de septembre
et la chronique des autres sorties d'octobre

Lecture avec :

"Bandidos" de Marc Fernandez
"Commode, l'empereur gladiateur" de Eric Teyssier
"La mort selon Turner" de Tim Willocks
"La riposte" de Philippe Meirieu
"Reporter criminel" de James Ellroy
"Un gentleman à Moscou" de Amor Towles
et toujours :
"Sympathie pour le démon" de Bernardo Carvalho
"Réelle" de Guillaume Sire
"Personne n'est obligé de me croire" de Juan Pablo Villalobos
"Les illusions" de Jane Robins
"Les exilés meurent aussi d'amour" de Abnousse Shalmani
"L'autre siècle" de Xavier Delacroix

Froggeek's Delight :

"Shadow of the Tomb Raider" sur PS4, XBOXONE et PC
"Kingdom Come : Delivrance" sur PC, PS4 et XBOX

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=