Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Constellation Records fête ses 15 ans
Matana Roberts - Thee Silver Mount Zion Memorial Orchestra - Colin Stetson - Jason Van Gulick  (Le Grand Mix et Hospice d'Havré, Tourcoing)  lundi 19 & dimanche 25 novembre 2012

Quelle formidable initiative que celle prise par le Grand Mix de nous faire (re)découvrir tous ces artistes majeurs et emblématiques, de l'incroyable label Constellation, dans le cadre de ses 15 ans d'existence !

Après l'inoubliable concert donné par Godspeed You ! Black Emperor, à la Condition Publique en début de mois, le petit reporter ne pouvait donc qu'être conquis par cette programmation plus qu'exceptionnelle.

Matana Roberts donne le "La" pour la suite des festivités et arrive seule sur scène avec son instrument de prédilection, le saxophone.

La comparaison semblera tirée par les cheveux pour les plus puristes d'entre vous, mais Matana Roberts ne joue pas du saxophone, elle le dompte, comme Carlos Santana dompte sa guitare lors du fameux live de Woodstock, après être monté précocement sur scène alors qu'il venait de prendre un acide. Selon le principal intéressé, la vision de son manche de guitare s'étant transformé en un serpent redoutable qu'il fallait savoir amadouer afin d'aller chercher les notes les plus complexes, mais au final les plus justes.

Matana Roberts m'a semblé dans le même état d'esprit, mais sans besoin d'user de substances illicites, sa spiritualité étant tellement noble et dense que tout ne pouvait finir que par évoquer le concept de transe. Son saxophone n'est alors pas comparable à un serpent, mais plus à une trompe d'éléphant qui essayerait de conquérir la jungle et les chants de coton qui l'entourent, afin d'obtenir le groove le plus pur qui soit, que l'on pourrait aussi secrètement considéré comme éthiopien.

La présence de la Dame est incroyable, mais le set manque cruellement d'ampleur, difficile alors de conquérir les mauvaises langues qui jugeront le set d'"inutile". Mais la belle Matana a plus d'un tour dans son sac, et s'arrête pendant une impro free pour demander au public de l'accompagner en faisant un drone humain à la bouche. L'acoustique de la salle s'y prête parfaitement, et l'expérience est ultime, irracontable.

De plus en plus rares sont les artistes qui donnent, partagent et échangent de manière radicale, complètement décomplexés par rapport à leurs audiences dans le but de leur donner le beau rôle. Matana Roberts, c'est tout cela. Alors que les mauvaises langues se taisent, ce concert fut une expérience humaine sans comparaison, le spectacle vivant dans toute sa splendeur.

Aussi il est complètement nécessaire de se procurer son dernier album, COIN COIN Chapter One : Gens de couleur libres, mystérieux chef-d'oeuvre d'engagement et véritable pavé dans la marre. Coin coin.

Thee Silver Mount Zion Memorial Orchestra est le side project du leader de Godspeed, et donc le créateur de Constellation. Autant dire que c'est du sérieux. La formation est constituée de quatre membres, guitare/voix, basse/contrebasse, violon, batterie. Le son est lourd, fort et atteint les tripes sans vergogne. Les morceaux sont longs, épiques, quasiment héroïques et essentiellement basés sur des montées mélodiques pop orchestrales à la croisée du drone.

Si tout cela est fort réjouissant au départ, la sauce finit par ne plus surprendre et devient prévisible sur la suite du concert. Et c'est bien dommage, car la présence sur scène est indubitable et le groupe est très bon, mais l'ennui se fait férocement ressentir. En y réfléchissant à deux fois, il devient évident que le véritable problème vient du fait que le groupe n'est pas assez nombreux, et qu'une section de cordes plus conséquente aurait donné bien plus d'ampleur à la chose, comme sur les disques en fin de compte.

Six jours plus tard, rendez-vous à l'hospice d'Havré, salle intimiste et confidentielle de jazz, pour voir l'incroyable Colin Stetson, "le Jimi Hendrix du saxophone" comme le disait à juste titre David Fenech (grand guitariste contemporain français).

Il présente ce soir son dernier album, le génial New History Warfare Vol.2 : Judges. Si l'on a souvent parlé du légendaire jeu de jambes d'Elvis Presley au cours de l'histoire du rock, il serait temps d'écrire un recueil sur le jeu de joue de Colin Stetson. Chaque chanson est un souffle unique et fait preuve d'une prouesse technique et sonore proprement ahurissante, d'une finesse quasi jamais atteinte dans ce genre de performance.

Colin Stetson utilise deux saxophones radicalement différents de part leur taille, si je ne m'abuse un alto et un ténor. D'ailleurs, si Matana Roberts dompte une trompe, celui-ci dompte carrément une baleine. De plus, un micro est relié à ses cordes vocales et il gueule littéralement dedans, comme pouvait le faire le grand Albert Ayler à son époque.

Néanmoins, tout cela n'est pas free, mais proprement écrit, les compositions fantomatiques étant des sortes de valses qui évoquent des images passées, des souvenirs. Mais ce n'est pas tout car chaque pièce est basée sur une musique avant tout percussive, de part un jeu avec les touches du saxophone hyper inventif, relié à plusieurs micros au coeur de l'instrument.

Néanmoins, le meilleur moyen de profiter pleinement de ce type de musique, disons-le franchement avant-gardiste, est encore de ne pas l'analyser et de se laisser porter par la performance proposée. Ce n'est pas une musique qui s'écoute mais définitivement qui se vit, et qui prend tout son sens et son ampleur en live.

Vous l'aurez compris donc, Colin Stetson est une figure contemporaine immanquable, pour quiconque s'intéresse à ce genre de courant.

En première partie, nous était proposé l'impeccable Jason Van Gulick, formidable batteur que nous avons déjà chroniqué ici, et qui nous livra un set impeccable, encore une fois très inventif, mêlant avec brio des montées à la limite du Hardcore, et d'autres moments plus expérimentaux résolument Krautrock, prouvant qu'il est en parfaite symbiose avec son instrument. Son premier disque vient d'ailleurs de sortir, et est plus que recommandable.

PS : L'on regrette, tout de même, l'absence d'Eric Chenaux, guitariste virtuose et visionnaire, lors du passage de la tournée Constellation à Lille.

L'on vous recommande alors de s'intéresser à sa discographie éclectique, bourrée de trouvailles sonores, et plus récemment à son dernier album en duo avec Eloïse Decazes (Arlt), véritable must de cette fin d'année.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Thee Silver Mountain Reveries play "pretty little lightning paw" EP de A Silver Mount Zion
La chronique de l'album Horses In The Sky de Thee Silver Mount Zion Memorial Orchestra and Tra-la- la Band
La chronique de l'album Kollaps Tradixionales de Thee Silver Mount Zion Memorial Orchestra
L'interview de A Silver Mount Zion (27 Fevrier 2004)
La chronique de l'album New History Warfare, vol 2 : Judges de Colin Stetson
La chronique de l'album Sorrow de Colin Stetson
Colin Stetson en concert au Festival Les Nuits Secrètes 2012 - 11ème édition - Dimanche
Colin Stetson en concert au Festival La Route du Rock #22 (dimanche 12 août 2012)
Jason Van Gulick en concert à La Malterie (mardi 3 mai 2011)

En savoir plus :
Le site officiel de Matana Roberts
Le Facebook de Matana Roberts
Le site officiel de Thee Silver Mt. Zion Memorial Orchestra
Le Myspace de Thee Silver Mt. Zion Memorial Orchestra
Le site officiel de Colin Stetson
Le Bandcamp de Colin Stetson
Le Myspace de Colin Stetson
Le Facebook de Colin Stetson
Le site officiel de Jason Van Gulick
Le Bandcamp de Jason Van Gulick
Le Facebook de Jason Van Gulick

Crédits photos : Cédric Chort (Toute la série sur Taste of Indie)


Sam Nolin         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 8 décembre 2019 : Et si Noël n'avait pas lieu ?

Grève générale, transports bloqués, morosité ambiante, réchauffement climatique... Et si cette année Noël n'avait pas lieu ? Quoi qu'il en soit vous aurez largement de quoi vous réjouir avec notre proposition de découvertes culturelles hebdomadaires dès maintenant. Par ailleurs, suivez notre facebook pour gagner des places pour le concert de She Owl.

Du côté de la musique :

"The undivided five" de A Winged Victory for the Sullen
Rencontre avec Lofofora autour de leur album "Vanités"
"Fly fly" de Céline Bonacina
"Romantic sketches" de Fred Perreard Trio
"Not married anymore" de Hasse Poulsen
"Enfer et paradis" de Les Nus
"Une certaine urgence", émission #6 de notre podcast Listen In Bed
"De temps et de vents" de Bodh'aktan
"Building site" de Mata Hari
"Gréty : Raoul Barbe Bleue" de Orkester Nord, Martin Wahlberg
et toujours :
"D'où vient le nord" de Francoeur
"Other side effects" de Lion Says
"Black Cofvefe" 5eme volume des mixes en podcast de Listen in Bed
"Santa Maria Remix" de Carmen Maria Vega
"Paganini, Schubert" de Vilde Frang & Michail Lifits
"I don't want to play the victim, But i'm really good at it" de Love Fame Tragedy
"Little ghost" de Moonchild
"Los Angeles" de Octave Noire
"A blemish in the great light" de Half Moon Run
"Older" de Quintana Dead Blues eXperience
"C'est pas des manières" de The Glossy Sisters
"Zimmer" de Zimmer

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Architecture" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Elvira" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"New Magic People" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"A" à la Scène Parisienne
"Mister Paul" au Théâtre L'Atalante
"Deux amoureux à Paris" au Studio Hébertot
"Nobody is perfect" à la Scène Parisienne
des reprises :
"Allers-Retours" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Portrait de Ludmilla en Nina Simone" au Théâtre des Abbesses
"Métropole" au Théâtre de la Reine Blanche
"Chambre noire" au Monfort Théâtre
et la chronique des spectacles à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Marche et démarche - Une histoire de la chaussure" au Musée des Arts Décoratifs
"Helena Rubinstein - La Collection de Madame" au Musée du Quai Branly

Cinéma avec :

Les nouveautés de la semaine :
"La Vie invisible d'Euridice Gusmao" de Avénarius d’Ardronville
"Le Roi d'Ici" de Karim Aïnouz
Oldies but Goodies avec "Kanal" de Andrzej Wajda
et la chronique des films sortis en novembre

Lecture avec :

"Au plus près" de Anneli Furmark & Monika Steinholm
"Evolution " de Marc Elsberg
"L'amexique au pied du mur" de Clément Brault & Romain Houeix
"Rien que pour moi" de J.L. Butler
"Secret de polichinelle" de Yonatan Sagiv
et toujours :
"Le chant du bouc" de Carmen Maria Vega
"La tempête qui vient" de James Ellroy
"Le crime de Blacourt" de Daphné Guillemette
"Pas de répit pour la reine" de Frédéric Lenormand
"Stalingrad" de Antony Beevor
"Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout" de Alice Munro

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=