Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Nits
Café de la Danse  (Paris)  jeudi 29 novembre 2012

L'ouverture des portes du Café de la Danse était prévue à 19h30 pour un début de concert à 20h, mais comme les portes se sont ouvertes avec 20 minutes de retard et qu'on a croisé Henk, Rob et Robert Jan, qui revenaient de dîner vers 20h, entrant dans la salle par la même porte que les spectateurs et répondant gentiment aux saluts des uns et des autres, on ne fut pas surpris des quelques dizaines de minutes d'attente une fois rentrés dans la salle.

Les sièges avaient été pris d'assaut par un public qui suit ces héros méconnus de la pop depuis de nombreuses années.

En effet, la moyenne d'âge du public devait facilement approcher les 45 ans, un cap dans la vie où on apprécie de voir un concert bien tranquillement assis. D'autant plus que le public des Nits ne s'apparente pas franchement à une horde de hooligans venus pour pogoter.

Une des principales questions qu'on se pose en se rendant à un concert des Nits n'est pas de savoir si celui-ci sera ou non réussi, je ne les ai jamais vu rater un concert depuis plus de vingt ans que je me déplace pour chacune de leur tournées, à Paris ou en province, mais plutôt de savoir quel décor ils auront choisi. Il suffit de regarder la vidéo officielle Urk qui immortalisait la tournée qui avait suivi The Train en 1989 pour se rendre compte de la folie douce qui habite ces joyeux drilles.

Finalement, le décor est sobre. Deux écrans aux formes parallélépipédiques, côte à côte, les claviers de Robert Jan à gauche, la batterie de Rob à droite. A peine sont-ils rentrés que le public les acclame. A priori personne ne les voyait pour la première fois, on a l'impression que c'est là le plaisir de retrouver de bons vieux copains après une trop longue attente, déjà trois années passées depuis le précédent concert à Paris, à l'Alhambra le 7 décembre 2009.

C'est tout sourire qu'ils entament leur set. Des morceaux de Malpensa, leur dernier album, bien entendu, mais aussi quelques classiques : "Cars", "Home Before Dark", "Nescio", "The Bauhaus Chair", "Adieu Sweet Banhof", "JOS Days"... Le public est ravi, les gens applaudissent mais surtout ils sourient pendant les morceaux. Robert Jan joue tourné vers le public, perpendiculairement à ses claviers. Rob est comme toujours éblouissant, d'une finesse extrême, changeant de baguettes et de balais en fonction des sons qu'il souhaite obtenir.

Il souffle même sur sa caisse claire pour imiter le son du vent. Quant à Henk, il se lance en français dans des explications des chansons qui font beaucoup rire ses complices.

Surtout lorsque, pour parler de l'histoire de "Nick in the House of John", le voici qui conclue par un "Imagine !" qui provoque l'hilarité de Rob puisque la chanson parle de John Lennon.

Le concert connaîtra néanmoins un petit passage en creux, après un peu plus d'une heure. Les chansons qui s'enchaînent viennent toutes des albums sortis dans les années 2000, "Les Nuits", "The key Shop", "Tennenbaum"... Ces chansons bien qu'agréables proviennent d'albums qu'on a quand même moins écouté que les grands albums classiques et inaltérables du groupe. Mais ce moment sera de courte durée alors que le concert aura duré deux heures complètes.

A la fin, le groupe revient bien évidemment pour "In The Dutch Mountains" mais aussi pour une version émouvante, absolument magnifique de "Sketches Of Spain".

Les années ont marqué les membres des Nits, mais leur musique reste lumineuse et poétique. Ils semblent prendre toujours autant de plaisir à retrouver le public, à jouer ensemble. Les retrouvailles avec le public parisien étaient parfaitement réussies, un concert qui redonnait de l'énergie et réchauffait le coeur en ce début d'hiver.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Doing The Dishes de The Nits
La chronique de l'album Strawberry Wood de The Nits
La chronique de l'album Malpensa de Nits
La chronique de l'album Knot de The Nits
Nits en concert au Festival La Route du Rock - Collection Hiver 2006
L'interview de The Nits (19 mars 2010)

En savoir plus :
Le site officiel de Nits
Le Facebook de Nits

Crédits photos : Thomy Keat (Toute la série sur Taste of Indie)


Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Nits (24 septembre 2012)


# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=