Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce VIÏ - Le roi Terre
Théâtre de la Ville   (Paris)  décembre 2012

Spectacle conçu et mis en scène par Vlad Troitskyi d'après l'oeuvre de Nicolas Gogol, avec Anatolii Cherkov, Bartek Sozanski, Dmytro Iaroshenko, Dmytro Kostiumynskyi, Igor Postolov, Iryna Kovalenko, Marko Halanevych, Nataliia Halanevych, Nataliia Zozul, Nina Garenetska, Olena Tsybulska, Pierre-Antoine Dubey, Roman Iasinovskyi, Ruslana Khazipova, Solomiia Melnyk, Tetyana Vasylenko, Volodymyr Minenko et Vyshneva Kateryna.

Dans le cadre d’un projet polyptyque consacré à l’Ukraine mystique, qui comprend notamment le magistral "Roi Lear - Prologue" qui vient d’être présenté au Monfort Théâtre, le metteur en scène ukrainien Vlad Troitskyi propose "Viï - Le Roi Terre" une flamboyante transposition théâtrale d’une nouvelle fantastique et lunaire de Nicolas Gogol selon l’adaptation effectuée par le dramaturge russe Klim.

L'argument du voyage initiatique de deux hommes, celui en quête de la terre de ses ancêtres et de son identité profonde et celui qui l’accompagne qui va se trouver confronté à l’épreuve de la foi et du mystère de la vie autour de la mort d’une jeune femme, une jeune mariée désignée pour succéder à la sorcière, inspire Vlad Troitskyi pour traiter de l'âme archaïque de son pays-monde qui navigue, indique-t-il, "entre mythes païens des Carpates et évangiles apocryphes russo-ukrainiens".

Dans ce monde hors du temps, les forces primitives primitives et les croyances obscures, matérialisées par des divinités féroces, tel le Roi Terre nommé Viï, puissance du monde souterrain au regard destructeur dont les intercesseurs terrestres sont les sorcières, coexistent avec un dieu révélé et véhiculé par une liturgie officielle.

Par la voie du naturalisme magique, il montre que l'homme sans croyances ni valeurs qui fondent l'espérance est démuni face aux angoisses existentielles..

Homme de théâtre complet, Vlad Troitskyi, assure tant la conception de ce spectacle que la mise en scène, la scénographie - flamboyante - en collaboration avec Dmytro Kostiuminskyi et la création lumières, un travail colossal de composition de l’espace et de sculpture caravagesque des corps, et intervient dans la partition musicale sonore - une merveille de rythmes percussifs et de polyphonies vocales qui oscillent entre le barbare et le séraphique - avec Roman Iasinovskyi et Solomiia Melnyk et l’incontournable ethnochaos band DakhaBrakha qui participe à toutes ses créations.

Pour ce spectacle saisissant, et peu importe l'absence de sous-titres pour un texte au demeurant minimaliste, les quelques paroles traduites en français dans les scènes avec les deux voyageurs s'avérant dispensables, le spectateur est plongé dans un univers qui tient du conte médiéval revu par un Tolkien slave.

De l’obscurité et l’obscurantisme des temps reculés émerge un lieu fantastique au coeur d'une haute et profonde forêt qui évoque une cathédrale sylvestre, une terre frustre qui respire, recouvrant de brume un sol constitué de copeaux de bois odorant, des troncs d’arbre suspendus, gardé par d’étranges créatures perchées sur pilotis qui partent à la vue des étrangers. Tout peut commencer et tout arrivera jusqu'au chaos final qui est peut-être aussi rédemption.

Dans des costumes ukrainiens typiques réalisés par Kateryna Vyshneva, les comédiens et musiciens-chanteurs, tous parfaits de précision dans un travail choral qui exige simultanément synergie et synchronisme, se déplacent avec la lenteur des figures spectrales qui ont l'éternité devant elles, et dispensent un spectacle aussi apocalyptique qu'envoûtant.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 10 novembre 2019 : Non à la morosité

Faites une pause avec l'actualité, faites une pause avec les réseaux sociaux et profitez plutôt de notre sélection culturelle hebdomadaire avec des tas de belles raisons de se réjouir un peu. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"We were young when you left home" de Tim Linghaus
"Glam shots" de Rich Deluxe
"Imago" de Manuel Etienne
"Women" la 4ème émission de notre podcast radiophonique Listen In Bed
"Silent scream" de Holy Bones
"Stregata / stregato" de Gilia Girasole & Ray Borneo
"Révolution" de David Kadouch
"Jusqu'ici tout va bien" de Bazar Bellamy
Lysysrata, It It anita et The Eternal Youth au Normandy
et toujours :
"A l'oblique" de Phôs (Catherine Watine & Intratextures)
"So cold streams" de Frustration
"Liszt : O Lieb !" de Cyrille Dubois & Tristan Raes
"Au revoir chagrin" de Da Silva
"Ca" de Pulcinella
"Roseaux II" de Roseaux
"Symphonic tales" de Samy Thiébault
"Ca s'arrête jamais" de The Hyènes
"Ils se mélangent" de Djen Ka
Rencontre avec Joséphine Blanc accompagnée d'une session 3 titres acoustiques
"Funkhauser" de My Favorite Horses
Oiseaux Tempête et Jessica Moss au Grand Mix de Tourcoing

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Une des dernières soirées de Carnaval" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Les Mille et Une Nuits" au Théâtre national de l'Odéon
"21 Rue des Sources" au Théâtre du Rond-Point
"La dernière bande" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Mademoiselle Julie" au Théâtre de la Tempête
"Que Crèvent tous les protagonistes" au Théâtre 13/Seine
"Léonard de Vinci, l'enfance d'un génié" au Studio Hébertot
"L'Effort d'être spectateur" au Théâtre du Rond-Point
"Le Nouveau Cirque du Vietnam - Teh Dar" à l'Espace Chapiteaux de La Villette
"Olympicorama - Epreuve n°4 : le 100 mètres" à la Grande Halle de La Villette
"La Diva divague" au Théâtre de Dix Heures
des reprises :
"Les Membres fantômes" au Théâtre La Flèche
"Change me" au Théâtre Paris Villette
"Corneille Molière - L'Arrangement" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Qui croire" à la Comédie de Béthune
et la chronique des spectacles à l'affiche en novembre

Expositions avec:

"Greco" au Grand Palais

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Noura rêve" de Hinde Boujemaa
"Countdown" de Justin Dec
la chronique des films à l'affiche en octobre
et la chronique des films à l'affiche en novembre

Lecture avec :

"Profession romancier" de Haruki Murakami
"Feel good" de Thomas Gunzig
"Histoire mondiale de la guerre froide (1890-1991)" de Odd Arne Westad
"L'avenir de la planète commence dans notre assiette" de Jonathan Safran Foer
"L'écho du temps" de Kevin Powers
"Psychotique" de Jacques Mathis & Sylvain Dorange
"Une famille presque normale" de M T Edvardsson
et toujours :
"A comme Eiffel" de Xavier Coste & Martin Trystam
"Demain est une autre nuit" de Yann Queffélec
"L'extase du selfie et autres gestes qui nous disent" de Philippe Delerm
"La frontière" de Don Winslow
"Les quatre coins du coeur" de Françoise Sagan
"Miracle" de Solène Bakowski
"N'habite plus à l'adresse indiquée" de Nicolas Delesalle
"Une vie violente" de Pier Paolo Pasolini

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=