Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Lisa Portelli
La Maroquinerie  (Paris)  samedi 15 décembre 2012

Tandis que la pluie innonde les rues de Ménilmontant, nous arrivons en ce samedi soir dans la salle de la Maroquinerie dans laquelle nous constatons que le déluge de l'extérieur se voit à l'intérieur, une belle fuite d'eau venant du plafond et glissant le long des éclairages arrose copieusement le centre de la salle.

Fort heureusement, la pluie cessant, la fuite en fait autant et le concert peut commencer presque normalement dans une Maroquinerie déjà bien remplie pour un début de soirée.

Les gens sont sagement assis et arrivent sur scène Lisa Portelli et son guitariste Yann Féry, chacun situé de chaque côté de la scène, laissant la place dans l'espace central à un grand écran.

Sur cet écran sera projeté Prises de vie, un film présentant au travers d'un montage d'images d'archives la vie de Pierre Guenoun pendant 10 ans. Rien de spectaculaire, au contraire. Des moments entre amis (beaucoup), des enfants, des rires, des filles, juste quelques moments qui ont été immortalisés à l'époque et qui sont là comme un témoignage sans pour autant apporter forcément un regard pertinent, simplement des instants qui, sur le moment, semblaient importants d'être filmés et qui, au final, doivent représenter pas mal de moments similaires dans nos propres vies.

De part et d'autre de l'écran officient donc Lisa Portelli et Yann Féry. Discrets, l'un utilise un sampler et une guitare, l'autre une guitare et sa voix, presque un murmure pour poser sur ces images non pas des mots, ni même des mélodies pop, mais des ambiances, des émotions qui viennent donner vie à ce film muet. C'est étrange et étonnant, original et la surprise passée, captivant pour peu que vous vous laissiez porter sans aller chercher trop loin un concept qui n'existe pas. Des émotions, voilà tout.

Rapide changement de scène pour la suite. On plie l'écran. On balaie l'eau qui continue d'inonder le parterre et le public se lève, remplissant joliment la salle. Sur une scène épurée (Benjamin Vayron, batteur sur la droite, guitariste à gauche et Lisa Portelli au centre, pas un seul ampli, relégués sur les côtés) arrive donc le trio, timide et traqueur pour cette dernière date de la tournée associée à l'album Le Régal. Ça démarre gentiment avec "Vaste Vague" mais on voit rapidement que le batteur et le guitariste maîtrisent leur sujet, même si parfois on aurait aimé plus de nuances dans le jeu de batterie comme ce fut le cas plus tard sur "En sueur".

Lisa Portelli est pleine d'appréhension, peut-être de doutes aussi, plaisantant sur la faible billetterie du concert au profit d'invitations venues aider au remplissage. Mais qu'importe, des concerts elle en a fait d'autres et des bien remplis, ici on est effectivement entre amis et entres fans, où est le mal ? Il ne faut pas longtemps pour que Lisa reprenne de l'assurance, les morceaux s'enchaînent alternant titres très rock avec des guitares très puissantes (et Lisa Portelli n'est pas la dernière à faire entendre sa belle Fender) et chansons plus intimistes.

Une constante, en fait deux : les très élégants textes, pleins de finesse et loin de la chanson française pompier, et la voix, à la fois fragile et déjà bien affirmée dans un style tout à elle (d'aucun diront qu'il y a quelques choses de Vanessa Paradis en elle, mais cela tient peut-être plus à son beau sourire qu'à son style musical.

Les morceaux s'enchaînent vite et le set semble bien court. Lisa Portelli tente quelques gentils mots avec le public mais sa timidité et sans doute l'émotion de la dernière date ont raison d'elle ("merci d'être là, c'est la dernière date après deux ans de tournée et... je sais pas") et paradoxalement lui donnent un charme fou.

Le set sera parsemé de quelques bonus comme l'arrivée sur scène du batteur suppléant, Nicolas Rajaonarisoa, qui a également tourné avec elle et qui viendra renforcer la section rythmique (dépourvue de basse par ailleurs, c'est assez rare et ça ne manque aucunement), ou ce chœur de jeunes filles rencontré au début de sa tournée et venu logiquement pousser la chansonnette sur cette dernière date. Anecdotique mais tout à fait amusant.

On oublie trop souvent qu'un concert véhicule des émotions avant d'apporter à tout prix du spectaculaire et pour le coup c'est réussi. Il suffit de voir le public danser, taper des mains et sourire à pleines dents pour s'en convaincre.

Lisa Portelli glissera quelques titres solo guitare-voix comme elle l'avait fait pour sa Froggy's session. Elle jouera d'ailleurs "En sueur" et "Sombrer" (pour laquelle elle justifie que Dieu peut être même une chaussure... n'empêche que ça jette un léger froid dans le public son histoire de grenouille de bénitier. Pourtant, la chanson est superbe et touchante).

Avant de terminer sur le très éthéré et non moins magnifique "Dans l'air", le trio reprendra "L'au-delà" de Jean-Louis Murat tentant vainement de faire chanter un public très majoritairement ignorant de l'existence de l'auvergnat. Qu'importe, la reprise est réussie même si la tentative d'imitation des petits cris inimitables de Murat était superflue.

Jeune et jolie, Lisa Portelli est loin des stéréotypes du genre. Elle sait bigrement bien écrire des chansons, très poétiques, et sait tout aussi bien faire gronder sa guitare. En espérant ne pas trop attendre le prochain album qui lui aussi devrait être "Un Régal". Quoi qu'il en soit, on peut désormais le dire : concert pluvieux, concert heureux.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Le Régal de Lisa Portelli
La chronique de l'album La Nébuleuse de Lisa Portelli
Lisa Portelli en concert au Festival FNAC Indétendances 2010 (vendredi 23 juillet 2010)
Lisa Portelli en concert à L'Alhambra (mercredi 24 novembre 2010)
Lisa Portelli en concert à Ben Mazué - Namasté - Lisa Portelli - Twin Twin (mardi 1er février 2011)
Lisa Portelli en concert au Festival international de la chanson de Granby 2012 (44ème édition) - vendredi 14 septembr
Lisa Portelli en concert au Festival international de la chanson de Granby 2012 (44ème édition) - jeudi 13 septembre
L'interview de Lisa Portelli (mardi 27 novembre 2012)

En savoir plus :
Le site officiel de Lisa Portelli
Le Facebook de Lisa Portelli

Crédit photos : Olivier Olivar (Toute la série sur Taste of Indie)


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Lisa Portelli (27 novembre 2012)


# 1er juin 2020 : Retour à la réalité

Le monde d'après ne sera sans doute pas mieux que celui d'avant. Ces 2 mois de répit n'auront sans doute servi qu'à amplifier les frustrations en tout genre. Sans prétendre y remédier voic de quoi vous détendre un peu avec notre sélection culturelle de la semaine.

vous pouvez également revoir notre première émission "La mare aux grenouilles" sur la Froggy's TV. Suivez la chaine pour ne pas rater émissions et concerts en direct.

Du côté de la musique :

"Nunataq" de Alexandre Herer
"Vodou Alé" de Chouk Bwa & The Angstromers
"Wallsdown" de Enzo Carniel
Interview de Jo Wedin et Jean Felzine à l'occasion de leur concert sur la Froggy's TV
"Pictures of century" de Lane
"Lullaby (mix #15)" nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"Introssessions" de Minhsai
"Guinea music all stars" de Moh! Kouyaté
"Parcelle brillante" de Orwell
"Evocacion" de Quatuor Eclisses
"Is this natural" de Tazieff
"EP 2" de The Reed Conservation Society
et toujours :
Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

les créations contemporaines :
"Le Mardi à Monoprix" de Emmanuel Darley
"Lucide" de Rafael Spregelburd
"Le Royaume des animaux" de Roland Schimmelpfennig
"Délivre-toi de mes désirs" de María Velasco
"L'étudiante et Monsieur Henri" de Yvan Calbérac
de la comédie signée Pierre Palmade:
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Pièce montée" de Pierre Palmade
"10 ans de mariage" de Alil Vardar
Au Théâtre ce soir :
"On dînera au lit" de Marc Camoletti
"Le canard à l'orange" de William Douglas Home
"L'Or et la Paille" de Barillet et Grédy
les classiques par la Comédie française :
"L'Avare" de Molière
"Les Rustres" de Goldoni
du côté des humoristes :
un spécial Christophe Alévêque à l'occasion de son inédit 2020 "Le trou noir"
avec
"Christophe Alévêque - Super rebelle... et candidat libre"
"Christophe Alévêque revient bien sûr"

"Christophe Alévêque - Debout"
et du théâtre lyrique revisité:
"Le Postillon de Lonjumeau" d'Adolphe Adam par Michel Fau
"Turandot" de Puccini par Robert Wilson
et de la caricature joyeuse avec "The Opera Locos"

Expositions :

découvrir la visite en ligne d'expositions virtuelles annulées :
"Giorgio de Chirico. La peinture métaphysique" au Musée de l'Orangerie
"Pompéi" au Grand Palais
et "Plein air, de Corot à Monet" au Musée des Impressionnismes de Giverny
s'évader en un clic en direction de la province :
à Nice pour une visite virtuelle du Musée Magnin et celle de l'exposition "Soulages, la puissance créatrice" à la Galerie Lympia
de l'Europe :
en Espagne vers le Musée Carmen Thyssen à Málaga
et en Allemagne avec la visite des 3 niveaux de la Kunsthalle de Brême
et plus loin encore aux Etats-Unis vers le Musée Isabella Stewart Gardner à Boston
et le Musée d'Art de Caroline du Nord à Raleigh
avant le retour sur Paris pour découvrir les éléments décoratifs de L’Opéra national de Paris

Cinéma at home avec :

de l'action :
"Code 211" de York Alec Shackleton
"Duels" de Keith Parmer
de la comédie : "Le boulet" de Alain Berbérian et Frédéric Forestier
du drame :
"Marion, 13 ans pour toujours" de Bourlem Guerdjou
"Happy Sweden" de Ruben Östlund
de la romance :
"Coup de foudre à Jaïpur" de Arnauld Mercadier
"Marions-nous !" de Mary Agnes Donoghue
du thriller :
"The Watcher" de Joe Charbanic
"Résurrection" de Russell Mulcahy
du fantastique : "Godzilla" de Masao Tamai
les années 40 au Ciné-Club :
"Boule de suif" de Christian Jaque
"Le carrefour des enfants perdus" de Léo Joannon
et un clin d'oeil au début du cinéma avec "Le Voyage dans la Lune" de Georges Méliès

Lecture avec :

"BeatleStones" de Yves Demas & Charles Gancel
"L'obscur" de Phlippe Testa
"La géographie, reine des batailles" de Philippe Boulanger
"Trouver l'enfant / La fille aux papillons" de René Denfeld
et toujours :
"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=