Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Aline
Regarde le ciel  (IDOL / PIAS)  janvier 2013

Aline n’aurait pu être que le groupe d’un tube imparable, "Je bois et puis je danse", titre de l'année 2012. Aline n’aurait pu sortir qu’un bon disque de pop. Il n’en est rien. Regarde le ciel est tout simplement un disque extraordinaire, dans le sens où il sort de l’ordinaire, et dépasse amplement toute les espérances. Disque profondément humain, Aline parvient avec ce Regarde le ciel à cette alchimie presque parfaite de l’alliage entre sonorité pop gracile et paroles proches de l’intime.

Il faut dire que ce disque a été enfanté aussi dans une certaine douleur. Romain Guerret et Arnaud Pilard ont connu les galères, un premier groupe, Dondolo en forme d’espoir déçu, puis une mue qui les a fait passer de Young Michelin à Aline. C’est cet humus qui est drainé dans ce disque. La reconnaissance de sa part de fragilité et d’humanité.

Regarde le ciel est un disque d’une rare cohérence, ce qui n’était pas forcément gagné d’avance car agrégat de plusieurs années de compositions. Cohérence due à cette évidence pop aussi bien héritière de la twee pop façon Sarah Records que des Smith ou de Daho et Elli & Jacno. Une musique qui sait flatter le cœur et l'esprit, pas regardante sur les envolées lyriques, à la ligne claire à la fois limpide et épurée, accessible sans être candide, pas avare en riffs ou en distorsions, tout simplement belle. De l’orfèvrerie mélodique intelligente et rêveuse.

Cohérence aussi avec cette dualité entre musique accrocheuse et paroles désenchantées. Il y a des nuages dans le ciel d’Aline, de ceux qui fendent le cœur. Disque d’âpres confessions tristes ou gaies sur les difficultés de l’amour, de le trouver et de le perdre. Jamais naïfs ni nombrilistes, les textes nous parlent avec simplicité comme rarement auparavant. C’est avec surprise, enfin pas tant que cela vue la qualité d’écriture musicale du groupe et, preuve du pari gagné par les Marseillais, que l’on se prend à siffloter ses chansons pas si légères que cela. "Pleurer des larmes de sang, qu’elle n’en voudrait pas, un tas de cendres me glisse entre les doigts, elle m’oubliera…"

A l’heure d’un retour aux années 80 où l’on met l’accent sur des jeunes gens faussement modernes, Aline se hisse largement au-dessus des autres, et montre que la vraie modernité est d’accepter ses fêlures et ses blessures et d’en faire de superbes chansons.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Aline parmi une sélection de singles (mai 2012)
Aline parmi une sélection de singles (juin 2012)
La chronique de l'album La Vie Électrique de Aline
Aline en concert au Café de la Danse (jeudi 21 février 2013)
L'interview de Aline (lundi 15 janvier 2013)
L'interview de Aline (janvier 2014)
L'interview de Aline (mardi 1er septembre 2015 )

En savoir plus :
Le site officiel de Aline
Le Soundcloud de Aline
Le Myspace de Aline
Le Facebook de Aline


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Aline (15 janvier 2013)


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=