Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Yo La Tengo
Fade  (Matador Records)  janvier 2013

"Yo La Tengo ! Je l’ai !" criait, lorsqu’il attrapait la balle, Elio Chacòn, joueur de baseball portoricain des NY Metz dans les années 50. J’ai aussi attrapé ce nouvel album et je ne suis pas prêt de le lâcher…

En espérant ne pas en avoir oublié, il s’agit du dix-huitième album du groupe formé à Hoboken au milieu des années 80 par Ira Kaplan et Georgia Hubley.

Je ne sais pas ce qu’il peut traîner dans l’air, l’eau, ou je-ne-sais-quoi de la région new-yorkaise… Nulle part ailleurs, à ma connaissance, on a entendu autant de groupes "charnières". Ces groupes qui réussissent à la fois à avoir une identité personnelle très forte et à faire la jonction entre des musiques de styles et d’influences différentes. Des premiers de la classe en quelque sorte…

Parmi ces surdoués, on citera bien évidemment le Velvet Underground (influence toujours reconnue par Ira Kaplan), mais aussi Jonathan Richman, les Talking Heads ou bien évidemment Sonic Youth avec lesquels Yo La Tengo partage le goût de l’alternance entre les morceaux furieux (le plus souvent enregistré en une seule prise) et les titres plus calmes. Même si Hoboken n’a rien de la petite ville dans la prairie, je me suis toujours plu à imaginer Yo La Tengo comme les cousins campagnards de Sonic Youth… Probablement à cause d’un goût plus prononcé que ces derniers pour des morceaux bucoliques ou folks.

Dans une ancienne interview aux Inrockuptibles, Ira Kaplan définissait ainsi la musique du groupe : "Ce que j’aime dans notre musique, c’est qu’elle crée des ponts entre nous et pas mal d’autres groupes qui n’ont rien à voir les uns avec les autres. On peut faire le lien entre Yo La Tengo et Tortoise, entre Yo La Tengo et Johnny Cash. En revanche entre Johnny Cash et Tortoise, c’est délicat… A moins de passer par nous". Rien à ajouter.

Fade… Pourtant de s’affadir ou s’estomper, il n’est pas question pour ce groupe majeur du Label Matador, sauf peut-être sur la pochette de l’album sur laquelle le groupe a essayé de se faire tout petit au pied d’un arbre gigantesque.

Produit pour la première fois par John McEntire (Stereolab, Tortoise ou encore Teenage Fan Club), ce nouvel album ne constitue pas une révolution dans la discographie de Yo La Tengo mais en contient tous les marqueurs-types. Un assemblage de fines mélodies et de bruits élégants au service de paroles parfois déchirantes :

"I hear them whispering, they analyze / But no one knows what's lost in your eyes / Sending the message that doesn't get to you / How can we care for you? – Je les entends chuchoter, ils analysent / Mais personne ne sait ce qui est perdu dans tes yeux / Envoyant un message qui ne te parvient pas / Comment peut-on prendre soin de toi ?" chante Georgia Hubley dans Cornelia & Jane.

Cohérent et apaisé, cet album constitue une nouvelle pierre à un édifice qui commence à être sacrément impressionnant. C’est aussi une excellente introduction à ce groupe dont la discographie mérite d’être (re)visitée.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Summer Sun de Yo la Tengo
La chronique de l'album I'm not afraid of you and I will beat your ass de Yo La Tengo
Yo La Tengo en concert au Festival de Dour 2003
Yo La Tengo en concert au Nouveau Casino (12 juillet 2003)
Yo La Tengo en concert au Festival La Route du Rock 2005 (vendredi)
Yo La Tengo en concert au Festival Primavera Sound 06 (jeudi)
Yo La Tengo en concert au Bataclan (lundi 30 novembre 2009)
Yo La Tengo en concert à Pitchfork Music Festival Paris #3 (édition 2013)
La conférence de presse de Yo La Tengo (12 août 2005)

En savoir plus :
Le site officiel de Yo La Tengo
Le Myspace de Yo La Tengo
Le Facebook de Yo La Tengo


GT         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot

Classique, pop, rock, découvertes, artistes confirmés, comédies, drames, art moderne ou plus classique, romans et livres historiques, tout se cotoient encore dans cette nouvelle et riche édition de Froggy's Delight. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Contemporary" de Adélaide Ferrière
"Un moment musical chez les Schumann" de Cyrielle Golin & Antoine Mourias
Rencontre avec Cyril Adda, autour de on album "L'îlot" et de sa session live de 5 titres
"Beethoven : intégrale des sonates pour piano" de Fazil Say
"Happy mood !" de François Ripoche
"L'appel de la forêt" de Julien Gasc
"Satchidananda", nouveau et 11eme mix de Listen in Bed
"Song for" de Noé Huchard
"Amours, toujours !" de Smoking Joséphine
"Rêve d'un jour" de The Chocolatines
"The Bear and other stories" de The Fantasy Orchestra
"Saint Cloud" de Waxahatchee"
et toujours :
"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Transmission" au Théâtre Hébertot
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Satsang !" au Théâtre La Croisée des Chemins-Belleville
"Labiche Repetita" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Le Tour du théâtre en 80 minutes" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Dieu est mort. Et moi non plus j'me sens pas trop bien !" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Palais des Glaces
"Cabaret décadent - Revue Electrique n°25" au Cirque Electrique
"Les Amants de Varsovie" au Théâtre du Gymnase
les reprises :
"Dementia Praecox" au Théâtre Elizabeth Czerzuk
"Ruy Blas" au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis
"Dieu, Brando et moi" au Studio Hébertot
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Coeurs" au Musée de la Vie romantique
et la dernière ligne droite pour :
"Hans Hartung - La fabrique du geste" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

"Le Cas Richard Jewell" de Clint Eatswood
"L'Etat sauvage" de David Perrault
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Ada & Rosie" de Dorothée de Monfreid
"De rien ni de personne" de Dario Levantino
"La mémoire tyranique" de Horacio Castellanos Moya
"Santa muerte" de Ganino Iglesias
"Tout pour la patrie" de Martin Caparros
"Bon Rundstedt, le maréchal oublié" de Laurent Schang
et toujours :
"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=