Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Yo La Tengo
Fade  (Matador Records)  janvier 2013

"Yo La Tengo ! Je l’ai !" criait, lorsqu’il attrapait la balle, Elio Chacòn, joueur de baseball portoricain des NY Metz dans les années 50. J’ai aussi attrapé ce nouvel album et je ne suis pas prêt de le lâcher…

En espérant ne pas en avoir oublié, il s’agit du dix-huitième album du groupe formé à Hoboken au milieu des années 80 par Ira Kaplan et Georgia Hubley.

Je ne sais pas ce qu’il peut traîner dans l’air, l’eau, ou je-ne-sais-quoi de la région new-yorkaise… Nulle part ailleurs, à ma connaissance, on a entendu autant de groupes "charnières". Ces groupes qui réussissent à la fois à avoir une identité personnelle très forte et à faire la jonction entre des musiques de styles et d’influences différentes. Des premiers de la classe en quelque sorte…

Parmi ces surdoués, on citera bien évidemment le Velvet Underground (influence toujours reconnue par Ira Kaplan), mais aussi Jonathan Richman, les Talking Heads ou bien évidemment Sonic Youth avec lesquels Yo La Tengo partage le goût de l’alternance entre les morceaux furieux (le plus souvent enregistré en une seule prise) et les titres plus calmes. Même si Hoboken n’a rien de la petite ville dans la prairie, je me suis toujours plu à imaginer Yo La Tengo comme les cousins campagnards de Sonic Youth… Probablement à cause d’un goût plus prononcé que ces derniers pour des morceaux bucoliques ou folks.

Dans une ancienne interview aux Inrockuptibles, Ira Kaplan définissait ainsi la musique du groupe : "Ce que j’aime dans notre musique, c’est qu’elle crée des ponts entre nous et pas mal d’autres groupes qui n’ont rien à voir les uns avec les autres. On peut faire le lien entre Yo La Tengo et Tortoise, entre Yo La Tengo et Johnny Cash. En revanche entre Johnny Cash et Tortoise, c’est délicat… A moins de passer par nous". Rien à ajouter.

Fade… Pourtant de s’affadir ou s’estomper, il n’est pas question pour ce groupe majeur du Label Matador, sauf peut-être sur la pochette de l’album sur laquelle le groupe a essayé de se faire tout petit au pied d’un arbre gigantesque.

Produit pour la première fois par John McEntire (Stereolab, Tortoise ou encore Teenage Fan Club), ce nouvel album ne constitue pas une révolution dans la discographie de Yo La Tengo mais en contient tous les marqueurs-types. Un assemblage de fines mélodies et de bruits élégants au service de paroles parfois déchirantes :

"I hear them whispering, they analyze / But no one knows what's lost in your eyes / Sending the message that doesn't get to you / How can we care for you? – Je les entends chuchoter, ils analysent / Mais personne ne sait ce qui est perdu dans tes yeux / Envoyant un message qui ne te parvient pas / Comment peut-on prendre soin de toi ?" chante Georgia Hubley dans Cornelia & Jane.

Cohérent et apaisé, cet album constitue une nouvelle pierre à un édifice qui commence à être sacrément impressionnant. C’est aussi une excellente introduction à ce groupe dont la discographie mérite d’être (re)visitée.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Summer Sun de Yo la Tengo
La chronique de l'album I'm not afraid of you and I will beat your ass de Yo La Tengo
Yo La Tengo en concert au Festival de Dour 2003
Yo La Tengo en concert au Nouveau Casino (12 juillet 2003)
Yo La Tengo en concert au Festival La Route du Rock 2005 (vendredi)
Yo La Tengo en concert au Festival Primavera Sound 06 (jeudi)
Yo La Tengo en concert au Bataclan (lundi 30 novembre 2009)
Yo La Tengo en concert à Pitchfork Music Festival Paris #3 (édition 2013)
La conférence de presse de Yo La Tengo (12 août 2005)

En savoir plus :
Le site officiel de Yo La Tengo
Le Myspace de Yo La Tengo
Le Facebook de Yo La Tengo


GT         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 2 août 2020 : Une petite pause s'impose

Le mois d'août arrive. Sans les festivals, l'actualité culturelle sera plus calme mais nous serons toujours là pour vous tenir compagnie chaque semaine notamment sur Twitch. Commençons par le replay de la Mare Aux Grenouilles #8 (la prochaine sera le 29 août) et bien entendu le sommaire habituel.

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

chez soi avec des comédies blockbusters at home :
"Lady Oscar" de Guillaume Mélanie
"La vie de chantier" de Dany Boon
"Post-it" de Carole Greep
"Mon meilleur copain" de Eric Assous
"L'ex-femme de ma vie" de Josiane Balasko
"Un point c'est tout" de Laurent Baffie
et de l'eclectisme lyrique avec :
"L'Ange de feu" de Serge Prokofiev revisité par Mariusz Trelinski
les antipodes stylistiques avec "L'Enfant et les Sortilèges" de Maurice Ravel par James Bonas et "Dracula, l'amour plus fort que la mort" de Kamel Ouali
et le concert Hip-Hop Symphonique avec des figures du rap et l'Orchestre Philharmonique de Radio France

Expositions :

en virtuel :
"Warhol" à la Tate Modern de Londres Exhibition Tour avec l'exhibition tour par les commissaires et et 12 focus
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des impressionnismes de Giverny
avec l'audioguide illustré ainsi qu'une approche en douze focus
en real life :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
du vintage avec la version restaurée de "Quelle joie de vivre" de René Clément
un documentaire "Dawson City : le temps suspendu" de Bill Morrison
des films récents dans son salon :
"Hauts les coeurs !" de Solveig Anspach
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert
"Pieds nus sur des limaces" de Fabienne Berthaud
"Le Voyage aux Pyrénées" de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La promesse" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Lecture avec :

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=