Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Je rigole
Qui chante le matin est peut-être un oiseau  (Musicast Distribution)  octobre 2012

Comme souvent, tout commence par une passion : l’écriture. Par un beau jour (ou une belle nuit), Andoni Iturrioz veut donner une nouvelle dimension à sa plume, son bic, son graphite, son clavier… et comme il est nul en dessin, il apprend la guitare. Bien lui en a pris, les illustrations musicales trouvent un autre public : la scène, sous le nom Je rigole. Le temps ne compte pas en poésie, c’est pourquoi je ne me perdrais pas en calculs pour vous dire depuis combien de temps cet album grandit, il est là (enfin) Qui chante le matin est peut-être un oiseau.

Le nom est à rallonge, certes, mais la signification toute ésopienne du titre laisse présager un grand bain aux métaphores moussantes. Andoni Iturrioz s’est entouré de musiciens : Christelle Florence, Xian lindenmeyer et Jean-Brice Godet. A sa guitare s’ajoutent de la contrebasse, de la clarinette, des bidules, et du machin qui ressemble à un tronc d’arbre creux dans laquelle le souffle devient un grand douidouidouidoui (désolé, j’ai oublié le nom)… ah si, ça me revient didjezido, non… didjéribou… non... diddledoudou… oh et puis zut, ce truc là, tu sais bien, le mec avec dix milles piercing qui fait des démos sur la plage de Canet tous les soirs après 22 heures, et ben c’est le même ! Voilà !

Bref, après une moue perplexe devant la pochette, du genre "à quelle sauce mes oreilles vont-elles être marinées ?", parce que le visage du bambin façon je-boude-en-maternelle-et-je-suis-trop-craquant-parce-que-tout-le-monde-sait-que-je-vais-sourire-avec-tout-mon-visage-dans-deux-secondes, le nom Je rigole juste au-dessus de la photo, et le titre poétique au-dessous ne laissent qu’une seule interprétation possible : cool. Oui mais cool est souvent associée à reggae et compagnie…

Et je m’étais bien évidemment plantée, pas sur le côté joyeux et plein d’espoir, mais sur le style ! Il s’agit ici de chanson française que certains jugeront expérimentale. Que je trouve pour ma part fort éloignée de mon professeur de sciences expérimentales.

Dans cette ambiance clair-obscur de contrebasse et clarinette (et dioudioutruc), les textes ont la première place, des poésies désabusées "Crève la France" ("oui on est fier de nos monuments, ils ont échappé à quelques guerres, en échange de quelques enfants, on s’est fait de jolis cimetières, on est là assis sur le flanc, donneur de leçons et cache misère, à coup d’histoires de résistants, […] mais la jeunesse a mal aux rêves", "L’innocence c’est l’inconscience du mal qu’on fait").

De la poésie sur les phénomènes sociaux, où le virtuel bouffeur d’imaginaire rend les âmes aveugles ("Il m’arrive de me demander à quoi ressemblent les rêves d’aveugles"). De la poésie émerveillée ("Tout à coup" : "On se coup de boule d’émerveillement, le fusible c’est mon cœur, la vie boomerang à la lune et la plante dans mon ventre").

De la poésie où comme "A l’ancienne", c’était mieux avant (sauf qu’avant on se fichait des pingouins), j’ai des envies de transcrire l’intégralité des paroles, mais je me contenterai d’un extrait, tellement le titre entier se situe en drôlerie et gravité. C’était mieux avant quand on jetait des bombes polluantes sur les gens pour s’en débarrasser, quand on se foutait des étiquettes à l’huile de palme et au paraben, oui mais, "je me demande si ces bombes qu’on jette sur les enfants, c’est bon pour le réchauffement climatique" et "noyade pour ceux qui n’ont pas de bedaine".

Oui, je sais, c’est facile d’imprimer une série d’étiquettes "poésie" et de la coller partout, mais parfois c’est le cas, quand des artistes sont capables de phraser avec des fleurs, au son de jazz-folk libre.

 

En savoir plus :
Le site officiel de J'ai vécu les étoiles
Le Myspace de Je rigole
Le Facebook de Je rigole


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 17 février 2019 : Presque le printemps

De Kafka à Kukafka, Miossec à Berlioz, il y a de quoi lire, voir, écouter cette semaine dans la petite sélection culturelle de nos chroniqueurs. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Gallipoli" de Beirut
"Ulysse et Mona" de Minizza
Rencontre avec Miossec autour de son album "Les Rescapés"
Une discographie d'Hector Berlioz par Jérôme Gillet
"Been meaning to tell you" de Ina Forsman
"4eme jour, Kan Ya Ma Kan" de Interzone
"A thousand days" de June Bug
EP de Bertille
"Morning room EP" de Catfish
"Souviens toi" de Laurent Montagne
"Blood siren" de Sarah McCoy
"Complètement flippé" de 16 Kat
et toujours :
"Persona" de Betrand Belin
"Les rivages barbelés" de Intratextures
"The mirror" de Nicolas Gardel et Rémi Panossian
"La révolte des couverts" de Wildmimi
"The sublime" de Yeruselem
"Aksham" de Aksham
"Last train" de Big Dez
"Tightrope EP" de Bigger
Caroline Loeb au Grand Point Virgule pour jouer "Comme Sagan" en live
Présentation du 11ème festival de Beauregard et de sa programmation
"Kalune EP" de Kalune

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Kafka sur le rivage" au Théâtre de la Colline
"Matin et Soir" au Théâtre de l'Aquarium
"J'ai pris mon père sur mes épaules" au Théâtre du Rond-Point
"Pourquoi dis, m'as-tu volé mes yeux" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Les membres fantômes" au Théâtre La Flèche
"Le bois dont je suis fait" au Théâtre de Belleville
"Peur(s)au Théâtre L'Etoile du Nord
"A vue" au Théâtre de la Tempête
"Merci" à La Folie Théâtre
"Barber Shop Quartet - Chapitre IV" au Théâtre Essaion
"Maria Dolorès y Habibi Starlight" au Café de la Danse
les reprises:
"Grande" au Centquatre
"Politiquement correct" au Théâtre de l'Oeuvre
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Roux ! De Jean-Jacques Henner à Sonia Rykiel" au Musée Jean-Jacques Henner
et dernière ligne droite pour "Rodin - Dessiner Découper" au Musée Rodin

Cinéma avec :

le film de la semaine : "Le jeune Picasso" de Phil Bradsky

Lecture avec :

"Dans la neige" de Danya Kukafka
Interview de Nylso dans le cadre du festival de la Bande Dessinée d'Angoulême
"L'île longue" de Victoire de Changy
"La main noire" de Robert Vincent illustré des musiques de Anthony Reynolds
"Le manufacturier / responsabilité absolue" de Mattias Köpling / Jocko Willink & Leif Babin
"Sans compter la neige" de Brice Homs
"So sad today" de Melissa Broder
et toujours :
"Angola janga" de Marcelo D'Salete
Interview de Stella Lory dans le cadre du festival de la BD d'Angoulême
"Gangs of L.A." de Joe Ide
"Hunger : une histoire de mon corps" de Roxane Gay
"L'Amérique derrière moi" de Erwan Desplanques
"L'ombre d'un père" de Christoph Hein
"Le président des ultra riches" de Michel Pinçon et Monique Pinçon Charlot
"Que faire des cons ?" de Maxime Rovere
"Une éducation" de Tara Westover

Froggeek's Delight :

"I Will Survive" petit tour d'horizon des jeux dits "Survival"

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=