Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Parents-Enfants : 100 textes sur la famille et l'éducation
Pierre-Henri Tavoillot  (Editions Le cherche midi)  octobre 2012

"Cette jeunesse est pourrie depuis le fond du cœur. Les jeunes gens sont malfaisants et paresseux. Ils ne seront jamais comme la jeunesse d’autrefois. Ceux d’aujourd’hui ne seront pas capables de maintenir notre culture". Citation retrouvée sur des poteries au fin fond de la Mésopotamie Babylonnienne… Comme quoi, depuis toujours il y a des vieux pour dire qu’il n’y a plus de jeunesse. Mais il y a aussi des vieux (et des jeunes) pour trouver le bon dans la jeunesse. C’est ce que font nombre de personnalités dans l’ouvrage de Cherche Midi : Parents-Enfants, 100 textes sur la famille et l’éducation.

Préfacé par un philosophe, un pédiatre et un psychiatre, le bouquin a le premier abord répulsif. Et puis non, je l’ouvre au hasard : un poème de Victor Hugo (mon chouchou sur l’étagère) sur l’art d’être grand-père attendri "je regarde une petite fille, mais cela chante et brille, c’est du rire, du ciel, du jour, de la beauté"… Quelques pages en arrière, une citation de Dussault (inconnu à mon bataillon) : "Si la théorie de l’évolution est vraie, comment se fait-il que les mères de famille n’aient toujours que deux mains ?"… Plus loin, paroles de Che Guevara : "la jeunesse doit créer, une jeunesse qui ne crée pas est une anomalie"… Et le voyage continue.

Ils y sont tous : dictateurs, rappeurs, écrivains, médecins, anonymes, philosophes, poètes, ménagères, dramaturges, journalistes, romanciers, chroniqueurs, humoristes, ethnologues, politiques… et j’en oublie… Pour n’en citer que quelques uns : Joey Star, Simone Veil, Corneille, Gad Elmaleh, Carlo Collodi (le papa de Pinocchio), Camus, Brassens, Freud, Platon et Grand Corps Malade… J’en oublie tellement. Je m’en excuse, parce qu’ils méritent d’être cités ceux qui regardent la jeunesse avec indulgence, qui la comprennent, la plaignent, et surtout, la défendent.

Malgré le bazar apparent (c’est moi qui lis le roman dans n’importe quel sens), il y a un agencement malin : d’abord les mamans, les papas, la famille, la jeunesse, et l’éducation. Le livre est un réel recueil d’idées, de pensées, d’avis, d’opinion, de regards, de certitudes sur les cellules familiales, l’amour qui les unit, les sommes de petits bonheurs et de grands malheurs qui les brisent ou les unissent. Oui, il y a de tout dans ce livre.

Et les photos. Des anonymes, des familles, des fiers papas qui tiennent leur princesse par la main, des regards tendres de mamans sur leurs bambins, des larmes sur des épaules aimantes, et ces photos avec maman qui regarde bébé avec une tendresse infinie et bébé qui regarde l’objectif de ses yeux ronds et souriant de ses toutes premières dents… On l’a tous celle-là. Et celle de la main rassurante du papa sur l’épaule de son fils… Et les photos de familles, toutes les mêmes, les grands derrière, les petits devant, les grands qui tiennent les petits sur les genoux, les tables de banquet et le pâté en croute…

Et les photos de connus : les regards détestables de Folcoche, James Dean et ses potes, les reproductions d’œuvres moyenâgeuses, de Caravage, illustration de la comtesse de Ségur, caricature de Pichon… Oui, tout y est.

Et l’intérêt de cet ouvrage ? Nous réconcilier avec la jeunesse ? Se dire que tout n’est pas perdu ? Comprendre ce que nous étions ? Se souvenir ? Partager des convictions ?... Je ne sais pas… Ce dont je suis sûre, c’est que les adultes de demain méritent bien qu’on se penche un peu sur leur cas, sans accabler la politique et la crise financière.

 
 

Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 22 septembre 2019 : Fin d'été

Fin d'été c'est le titre du nouvel album de Samir Barris, on vous en parle en ces premiers jours d'automne, tout comme les autres sorties musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques et muséales qui ont retenu notre attention cette semaine. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Corpse flower" de Mike Patton & Jean Claude Vannier
Rencontre avec Joseph Fisher autour de "Chemin Vert", assortie d'une session acoustique à découvrir ici
"Prokofiev : Visions fugitives" de Florian Noack
"The basement tapes" de Mister Moonlight
"The uncompleted works volume 1, 2 & 3" de Nantucket Nurse
"Là-Haut" de Gérald Genty
"Ilel" de Hildebrandt
"Buxton palace hotel" de Studio Electrophonique
"Vian" par Debout sur le Zinc
"Impressions d'Afrique" de Quatuor Béia & Moriba Koita
"Fin d'été" de Samir Barris
et toujours :
"Schlagenheim" de Black Midi
"Tokyo dreams" de Dpt Store
"Terry Riley : Sun rising" de Kronos Quartet
"Diabolique" de l'Epée
"Mer(s) : Elgar, Chausson & Joncières" de Marie-Nicole Lemieux
"Like in 1968" de Moddi
"Voodoo queen" de One Rusty Band
"Moon" de Violet Arnold

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"L'Autre monde ou les Etats et Empires de la Lune" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Le Misanthrope" à l'Espace Cardin
"L'Animal imaginaire" au Théâtre de la Colline
"Data Mossoul" au Théâtre de la Colline
"Danser à la Lughnasa" au Théâtre 13/Jardin
"Le Frigo" au Théâtre de la Tempête
"A deux heures du matin" au Théâtre L'Atalante
"La Veuve Champagne" au Théâtre de la Huchette
"Le Square" au Lavoir Moderne Parisien
"Jo" au Théâtre du Gymnase
"Jean-Marie Galey - Ma Comédie française" au Lavoir Moderne Parisien
"Ah ! Félix" à l'Eglise Sainte-Eustache
"Le Voyage musical des Soeurs Papilles" à la Comédie des 3 Bornes
"Lucie Carbone - Badaboum" à la Comédie des 3 Bornes
"Casse-toi diva" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Nora Hamzawi" au Théâtre du Rond-Point
des reprises
"Letzlove - Portrait(s) Foucault" aux Plateaux Sauvages
"One night with Holly Woodlawn" aux Plateaux Sauvages
"Diva sur Divan" à la Comédie Bastille
"La Liste de mes envies" au Théâtre Lepic
et la chronique des spectacles à l'affiche en septembre

Expositions avec :

"L'Age d'or de la peinture anglaise - De Reynolds à Turner" au Musée du Luxembourg

Cinéma avec :

"Ne croyez surtout pas que je hurle" de Franck Beauvais
Oldies but Goodies avec "Marie pour mémoire" de Philippe Garrel

et la chronique des films à l'affiche en septembre

Lecture avec :

"Barbarossa : 1941. La guerre absolue" de Jean Lopez & Lasha Otkhmezuri
"Bête noire" de Anthony Neil Smith
"Dictionnaire égoiste de la littérature mondiale" de Charles Dantzig
"Gaeska" de Elrikur Orn Norddahl
"Les refuges" de Jérôme Loubry
"Liquide inflammable" de Robert Bryndza
et toujours :
"Ici seulement nous sommes uniques" de Christine Avel
"Les altruistes" de Andrew Ridker
"Les yeux fumés" de Nathalie Sauvagnac
"Un autre tambour" de William Melvin Kelley
"Un mariage américain" de Tayari Jones
"Week end à New York" de Benjamin Markovits

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=