Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Django unchained
Quentin Tarantino  janvier 2013

Réalisé par Quentin Tarantino. Etats-Unis. Western. 1h25. (Sortie 16 janvier 2013). Avec Leonardo DiCaprio, Christopher Waltz, Jamie Foxx, Samuel L. Jackson et Kerry Washington.

Après l'original, la semaine dernière, voilà non pas la copie, mais la version Tarantino, "Django Unchained". C'est-à-dire quelque chose qui n'a rien à voir avec l'original, mais qui en emprunte l'esprit, presque jusqu'à le vampiriser.

"Django Uuchained" ne commence pas comme le "Django" de Sergio Corbucci après la guerre de Sécession, mais juste avant. Il n'y est pas question de Sudistes vaincus réorganisés en milice pour terroriser les Mexicains dans une ville boueuse et fantomatique, mais de Sudistes en plein âge d'or, avec plantations somptueuses et esclaves noirs sur qui passer leurs nerfs.

Dans les deux films, on massacre sec et Django, qui n'est pas le dernier à appuyer sur la gâchette pour occire son prochain surtout si c'est plutôt un lointain, devra bien serrer les dents vu ce qui l'attend en supplices qui font bien mal.

Ah... un détail qui n'échappera à aucun spectateur, quel que son degré de distraction : Django, chez Tarantino, n'a pas les yeux bleus de Franco Nero ni un faux-air de Clint Eastwood dans les films de Sergio Leone. "Django unchained" est enchaîné et, donc, ça ne coupe pas, à la peau noire. C'est Jamie Foxx (avec deux "x", attention!) qui s'y frotte avec autant de classe et de flegme que son homologue transalpin.

Les plus cinéphiles des spectateurs reconnaîtront avec émotion Franco Nero himself, trinquant avec son successeur, l'adoubant avec la dérision solennelle dont Tarentino est friand.

Film d'action sanglante, "Django unchained" se permet une alternance de scènes hyper-violentes aux confins de l'insoutenable et de discussions alambiqués qui portent la marque Tarantino, c'est-à-dire cette science du dialogue qui n'en finit pas sans pour cela incommoder les ennemis de la parlotte dans les films de divertissement. On y retrouve les coutumiers des bla-blas de Quentin, tels un incroyable Samuel L. Jackson grimé en méchant oncle Tom et un Christophe Waltz, passé du méchant nazi des "Bastards" au bon chasseur de primes allemand humaniste...

Méchant avec un flingue, le héros tarantinien est gentil avec les mots et a un bon fond, comme son papa. Car Quentin a un avantage sur ceux qui dominent le cinéma américain, les Scorsese, les Coen et toute la compagnie du cinéma bourré d'effets virtuoses : il n'est jamais cynique. Jamais ! C'est pour cela que l'on peut l'aimer et se laisser guider dans son cinéma tour à tour référentiel, populaire et maniéré.

Si l'on est cinéphile, on s'amusera de toutes ses références, à commencer par la présence d'acteurs ayant traversé bien des décennies hollywoodiennes (Don Stroud, Russ Tamblyn, Bruce Dern...), par des clins d'oeil (l'héroïne qui s'appelle... Shaft) et des hommages clairs et inattendus (un avocat s'appelle Léonide Moguy, réalisateur français passé par Hollywood où il a découvert Ava Gardner !)

Si l'on ne l'est pas, ce ne sera pas grave et on verra sans s'user les méninges l'un des meilleurs films de Tarantino, un film qu'on pourra ensuite revoir maintes et maintes fois, en y prenant toujours beaucoup de plaisir.

Car "Django Unchained" de Quentin Tarantino est avant-tout un film plaisant où l'on sent une fois de plus que son réalisateur aime vraiment le cinéma et sait faire partager cet amour.

Tarantino est un cinéaste altruiste, un chic gars, quelqu'un avec qui il fait bon vieillir de film en film...

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=