Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La véritable histoire de Maria Callas
Théâtre Dejazet  (Paris)  janvier 2013

Comédie dramatique de Jean-Yves Rogale, mise en scène Raymond Acquaviva, avec Andréa Ferréol, Pierre Santini, Sophie Carrier, Lola Dewaere, Raymond Acquaviva et Cécile Pallas.

Si l’on aime les grands livres d’images, que l’on ne méprise pas le savoir-faire au service d’un vrai spectacle populaire, on ne pourra qu’aimer "La véritable histoire de Marias Callas" écrite par Jean-Yves Rogale et mise en scène par Raymond Acquiviva.

Projet né en 1988, qui aura mis presque vingt-cinq ans à voir le jour, "La véritable histoire de Maria Callas" anticipe la mode actuelle cinématographique, des "biopics" (Biographical Pictures) et tombe aujourd’hui à pic.

En effet, dans cette période où les vedettes du moment sont ceux qui restent enfermés six mois à se chercher des noises dans un faux loft télé, ou pire encore sont des stars simplement parce qu’elles sont photographiées à chacune de leurs sorties nocturnes, on ne peut qu’être heureux de retrouver les hauts et les bas de l’existence d’une chanteuse d’opéra hors du commun.

Croisant dans sa vie un milliardaire qui a fait fortune comme un aventurier et pas en agiotant, s’opposant bec et ongles à la femme du président américain le plus illustre de l’après-guerre, Callas est aussi en lutte avec elle-même, affronte sa mère et son mari, s’oppose à son propre corps, son poids, sa voix.

Callas se bat contre Callas dans un combat de titan qui est bien rendu par la douzaine de tableaux imaginés par Jean-Yves Rogale. Il a eu raison de faire cohabiter sur scène la Callas des débuts, ronde, diva dondon et obsédée par son surpoids pulpeux et la Callas mythique, ayant perdu 45 kilos, devenue une des femmes les plus adulées du monde.

L’une est dans l’autre. Elles ne se succèdent pas, mais se complètent en fragilité, en angoisse, en appétit, en fureur. Callas est tellement extra-ordinaire qu’elle méritait bien de se dédoubler et Lola Dewaere et Sophie Carrier sont parfaites dans ce pas de deux.

Les images qui les entourent sont à leur unisson. Raymond Acquiviva joue magistralement Meneghini, le mari-Pygmalion de Maria, avec un petit quelque chose qui rappellera les compositions de Marcel Dalio.

Pierre Santini ose Onassis en se pourléchant les babines et Cécile Pallas trouve le ton juste pour faire de Jackie Kennedy une puritaine perverse. On n’oubliera pas non plus Andréa Ferréol, en maman qui n’aimait pas Maria.

Et l’on saluera, la "dame blanche" dansant entre chaque tableau, ange de la mort tournoyant au gré des arias de Maria.

Raymond Acquaviva, aidé par les caresses des lumières de Jacques Rouveyrollis, livre un spectacle qui rend vraiment hommage à la Diva des divas. Ce qui n’aurait pu être qu’un très beau défilé de clichés, de gravures d’Épinal, prend peu à peu une autre tournure. On est dans l’émotion théâtrale, celle que Callas, véritable tragédienne de l’opéra, fut la première à savoir rendre sur les grandes scènes du

Elle n’était pas qu’une voix et une vie excessives. Elle était une grande comédienne. "La Véritable histoire de Callas" le dit bien. C’est un exercice d’admiration qu’il ne faut donc pas rater.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=