Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ça coule de source
Jean-Pierre Fleury  (Editions Marivole)  octobre 2012

Il est mon partisan CNPT préféré, un sacré bourlingueur en salopette en caoutchouc verdâtre, un pêcheur et un amoureux de la nature sans limite… Faune et flore président les méandres de son cœur, son imagination et sa plume. C’est du Loir-et-Cher propice aux réflexions aquatiques (et à ses moustiques assoiffés de l’été) que Jean-Pierre Fleury revient avec une histoire d’eau : Ça coule de source.

"Des villes d’eau, des châteaux d’eau, des histoires d’O, des eaux de toilettes et l’eau des toilettes, des eaux usées, des eaux douces pour s’y baigner, des eaux-de vie pour s’y noyer et de l’eau lourde pour faire la guerre, l’argent liquide pour la financer et l’eau de Lourdes pour huiler les miracles."

Le message (et pas des moindres) de ce livre est de rappeler à tous que ce qui semble couler de source ne l’est pas forcément. Ce que nous pensons acquis ne l’est pas vraiment. Mathématiquement, la Terre a été "livrée" avec une quantité finie d’eau. Le cycle naturel de l’eau évapore les océans, les cumule dans les nimbus, moléculise les atomes qui retombent sous forme de pluie, bue par les sapins (et les autres), infiltrée dans la terre où elle rejoint les sources, qui rejaillissent, qui coulent dans les fleuves, rivières ruisseaux, rus et compagnie, se jettent dans les mers et océans et tout et tout…

Oui mais l’homme, cette arrogante erreur de la nature a bien compris que maîtriser les 1% de ressources en eau potable lui donnerait l’ascendant sur ses pairs. Ce qu’il fit. Gaspillant, polluant, gâchant, souillant, dépensant… Ah le con !

Jean-Pierre Fleury raconte Basile et Augustin, et leur maître à penser Anselme. Ce dernier sensibilise les enfants aux mystères de ce précieux liquide. Liquide qui nous compose, liquide qui nous nourrit, liquide à qui on doit beaucoup, pour ne pas dire tout. Parce que sans eau, pas de vie. Et puis l’eau, on ne sait pas la fabriquer.

Et c’est là qu’interviennent les scientifiques, les purs et durs, les mêmes qui ont bravé l’église pour dire que la Terre est ronde… Parce que si, on sait fabriquer de l’eau… Et oui, en respirant ! Concrètement, ceux qui dessinent encore dans la buée (et qui en fabriquent en soufflant sur les carreaux) comprendront… Oui d’accord, mais de là à en produire en quantité industrielle il y a quelques années de recherches et de prototypes de bouches géantes qui souffleraient sur des vitres d’autant plus géantes, et de ruissellements dans des bassins très très géants, et d’un entonnoir tout mini dans un petit coin pour récupérer la précieuse denrée.

Avec l’humour et la plume légère, Jean-Pierre Fleury tient en haleine du début à la fin. Et pourtant, ce n’était pas gagné, un roman d’un amoureux du terroir parlant de l’eau. Et un bon gros coup de gueule, parce que c’est vrai, on abuse… Carrément.

Je ne dirai pas que ce livre changera fondamentalement mes habitudes, je continuerai de gaspiller des litres dans la cuvette des toilettes, je ne prendrai pas de douche froide (en attendant que l’eau chaude arrive du ballon), et je ne boirai pas l’eau des poissons… Dans mon égoïsme civilisé qui ne possède pas de baignoire, je laverai ma voiture sous la pluie, j’arroserai mes géraniums avec l’eau de la salade, et je récupère l’eau des flaques pour la gamelle du chaton… Pas pour moi (j’aime pas les vers de terre).

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :
La chronique de "Drôles de bêtes" du même auteur


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=