Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Chambre 108
Théâtre des Deux Rives  (Charenton-le-Pont)  février 2013

Comédie dramatique de Gérald Aubert, mise en scène de Bruno Bernardin et François Bourcier, avec Isabelle Rougerie, Jean David Stepler et Hervé Masquelier.

"Chambre 108" n'est pas une chambre d'hôtel pour frasque galante et comédie de boulevard avec le fameux trio du vaudeville mais une chambre d'hôpital. Moins drôle bien évidemment.

Encore que, hors de tout pathos naturaliste et toujours sur le fil de la comédie dramatique, Gérald Aubert titille la veine humoristique.

En effet, il signe une comédie épatante, spirituelle et presque philosophique comme une ode à la vie, et cependant empreinte de réalisme, qui aborde les sujets les plus redoutables, la solitude, la maladie, la vieillesse et la mort, avec beaucoup de justesse, de sensibilité et d'humour, l'humour noir rivalisant avec l'humour allénien, dans laquelle les personnages naviguent à vue entre autodérision et désenchantement.

Une comédie avec une vraie intrigue théâtrale qui repose sur la rencontre et la confrontation de deux personnages que tout oppose et qui vont devoir partager le même espace "vital" : un vieux grigou bougon, qui élirait bien domicile à l'hôpital pour échapper à la solitude du retraité d'autant qu'il y a du mouvement avec la succession des voisins de lit, et surtout logorrhéique et un quadra inquiet fauché au bel âge par une suspicion de cancer.

Entre les deux, joignant le geste médical à l'oreille de la confidente, une sympathique infirmière fait à la fois officie d'arbitre et de substitut maternel pour ces hommes fragilisés.

Pas d'esbroufe dans la mise en scène de Bruno Bernardin et François Bourcier mais une direction d'acteur serrée pour éviter tout numéro d'acteur. Et l'interprétation n'appelle donc aucune critique.

Isabelle Rougerie campe parfaitement l'infirmière qui sait dédramatiser sans infantiliser et qui, pleine d'empathie malgré son professionnalisme, y laisse parfois, peut-être même à chaque fois, des plumes.

Le jeu de Jean-David Stepler est également remarquable pour restituer le malaise existentiel qui assaille le malade déstabilisé, quasiment en rupture avec le réel, focalisé sur sa petite personne, obnubilé par un diagnostic pressenti comme grave et pessimiste au point d'avoir choisi pour livre de chevet "Le pavillon des cancéreux" de Alexandre Soljenitsyne.

Quant à Hervé Masquelier, il se taille la part du lion avec une partition ciselée qui cerne de manière éloquente la solitude du retraité qui ne parvient pas à remplir le vide de journées scandée par le rythme des repas devenus son unique plaisir.

Il apporte beaucoup de nuances de jeu au personnage de vieux misanthrope qui, sous couvert d'une sénilité affichée, instrumentalise son entourage, ce qui ne l'empêche pas d'être facétieux et d'agir presque à l'insu de son plein gré de manière compassionnelle.

Un spectacle à voir absolument. Et sa programmation au Théâtre des Deux Rives à Charenton-le-Pont ne constitue pas une excuse absolutoire puisqu'il est desservi par une ligne de métro directe depuis Opéra.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 août 2019 : C'est la rentrée ... littéraire

Cette semaine on continue de passer en revue les sorties littéraires de la rentrée en attendant la fin des vacances alors que la rentrée théâtrale commence à pointer son nez. Bonne lecture.

Lecture avec :

"Baikonour" de Odile d'Oultremont
"Civilizations" de Laurent Binet
"Kintu" de Jennifer Nansubuga Makumbi
"L'été meurt jeune" de Mirko Sabatino
"Les liens" de Domenico Starnone
"Tous les hommes n'habitent pas le monde de la même façon" de Jean Paul Dubois
et toujours :
"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

"Les Témoins" à la Manufacture des Abbesses
"Hervé" au Théâtre de la Reine Blanche
"Quand l'Amour des Notes..." au Théâtre Essaion
des reprises
"La Machine de Turing au Théâtre Michel
"Sherlock Holmes et le Mystère de Boscombe" au Grand Point Virgule
"Michel For ever" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Tchekhov en folie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Bronx" à la Scène Libre
"Lisa et moi" au Théâtre Essaion
"Les Swinging Poules - Chansons sunchronisées" au Théâtre Essaion
"Cyrano de Bergerac" à La Folie Théâtre
"J'admire l'aisance avec laquelle tu prends des décisions catstrophiques" au Théâtre de la Reine Blanche
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

la dernière ligne droite "L'Allemagne romantique - Dessins des musées de Weimar" au Petit Palais

Cinéma avec :

"Une fille facile" de Rebecca Zlotowski


Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=