Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les années fastes
Chan Koonchung  (Editions Grasset)  janvier 2012

"Le roman chinois le plus polémique de l’année" dit le Time Out. Pourquoi ne pas préciser qu’un doctorat en chinoiserie avancé est absolument indispensable pour cerner ce roman ? Mais trêve de ronchonnées, commençons par le début :

Chan Koonchung a écrit ce roman en 2009, Les années fastes, avec en tête une idée géniale : 2013, Pékin, la Chine est en pleine glorieuse, alors que le reste du monde courbe encore l’échine, suite au trauma post-crise fincancière. Après quelques recherches, on comprend assez vite qu’il a une grosse envie d’ouvrir les yeux aux jeunes de son pays, élevés avec une histoire tronquée, où les persécutions de Mao sont aux oubliettes, Tiananmen une gentille bourgade au passé fleuri et la famine de 1959-1961 n’a jamais eu lieu…

Toute la population chinoise vit dans le meilleur des mondes, et je suis bien obligée de faire le lien avec Huxley et Orwell (Le Meilleur des mondes et 1984) puisque tout le monde l’a fait, en même temps, c’est tellement évident ! Le roman est présenté sous forme de thriller : l’écrivain Lao Chen et ses amis asthmatiques se rendent compte qu’un mois entier de l’année 2011 a tout bonnement disparu des écrans radars, et la population entière semble l’avoir également oublié. Avec Xiao Xi la paranoïaque en chef, il va enquêter sur ce mois disparu, et se rendre vire compte que ce n’est que le coin du voile, la vérité est bien pire.

C’est exactement la raison pour laquelle le roman circule sous le manteau en Chine et ses provinces associées, après quelques recherches (non, je n’ai pas mon diplôme de chinologie, mais j’ai lu 1984 !) depuis la chute du communisme (lui-même précédé par des flamboyantes dynasties d’empereurs) la Chine est sous le joug d’une forme de dictature totalitaire, préférant vanter le faste en oubliant le reste un peu plus fâcheux.

Le début du roman se laisse lire assez facilement, la dystopie prend forme, on pense à Huxley et son meilleur des mondes (dans lequel les bébés sont conditionnés à des tâches, la société est castée, les vivants surveillés 24 heures sur 24, tout est contrôlé, répertorié, bridé, guindé, pendant que les preuves du passé sont détruites une à une), on imagine une suite rebondissante et étonnante. En effet, Chan Koonchung a eu la bonne idée de débuter son roman par la réalité de son pays, la curiosité est de savoir jusqu’où son imagination va nous emmener.

Mais l’accession à la deuxième et à la troisième partie du livre ne s’adresse qu’à un petit cercle d’initiés, habitués à la lecture d’essais critiques géopolitiques. Personnellement, cela ne m’a pas botté, ça m’a même carrément ennuyée. Oui, je l’avoue, j’ai sauté des pages… je suis même retournée en arrière. Pour comprendre. Au fond, que voulait vraiment Chan Koonchung pour ses idées ? Les travestir dans un roman pour terminer par un pamphlet politique amer ? A croire qu’il avait une idée de roman, une envie d’essai, qu’il a écrit les deux séparément et les a réunit à la "va-comme-je-te-pousse" !

Et même si l’idée est d’expliquer qu’on ne peut avancer sans connaître les erreurs du passé, qu’on peut toujours tirer une leçon des précédentes crises, tout ceci aurait mérité de suivre le ton romanesque de la première partie, ou d’avoir le ton politicien ronflant des deuxième et troisième parties.

Bref, une grande déception sur fond de dystopie proche futuresque… Un grand dommage pour un roman avec une si jolie couverture.

 
 

Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=