Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Book Burning
Théâtre de la Bastille  (Paris)  février 2013

Spectacle conçu et interprété par le comédien Pieter De Buysser et le plasticien Hans Op de Beeck.

Sur la scène, un grand coffre, un énorme coffre qui pourrait contenir des merveilles ou un homme qui en sortirait d'un bond... Mais, pour l'instant, l'homme qui apparaît à son tour s'approche de l'avant-scène sans en être sorti.

Il est grand, presque dégingandé. On pense d'emblée à Jacques Tati. Au coin de son oeil, une lueur, une flamme. Il est souriant mais timide. Le voilà qui s'affuble d'une espèce de moustache... Non, ce n'est pas tout à fait ça. C'est une queue de chat qui va faire office de moustache et dépasser largement son nez...

Car Pieter De Buysser se présente comme le chat de Schrödinger "dont il est prouvé scientifiquement qu'il était aussi mort que vivant quand il fut enseveli dans un cercueil contenant de l'acide prussique".

C'est sur cette incertitude que s'ouvre donc ce spectacle philosophique, poétique... et politique. Et tout ça sans jamais être ennuyeux, verbeux, oiseux. Rien en "eux", et tout en "é" comme légèreté, beauté.

Pieter De Buysser va dès lors emmener ses écouteurs attentifs vers une destination que n'auraient pas dédaigné tous ces merveilleux surréalistes belges, tous ces modestes et admirables descendants de Raymond Roussel.

Pour cela, il va lui suffire d'ouvrir sa grande boîte en forme de coffre, d'ouvrir l'un de ses tiroirs ingénieux, pour faire partager son rêve gentiment philosophique, hautement poétique et souverainement politique à ceux qui auront vaincu leur réticence et l'auront suivi dans une utopie qui aura bien vite franchi les frontières d'airain du monde actuel.

Entre colère et humour, sagesse et déraison, Pieter De Buysser n'oublie jamais qu'il est un chat qui voit les Indignés manifester, les livres brûler, les banquiers profiter et les humains, les vrais humains, s'enfuir, s'évanouir, tenter de se serrer les uns contre les autres là où n'ira pas les traquer le désordre libéral. Pieter De Buysser parle de "gérilleros de l'omission" de gens qui s'extraient de ce monde bavard, de sa censure subtile où pour taire la parole on ne la supprime pas mais on la multiplie, la subdivise, la rend idiote sous une cacophonie de points de vue.

Il parle beaucoup, Pieter, mais il laisse soudain son interlocuteur récupérer analyser ses paroles dans un silence sans compromis pendant lequel il en profite pour en revenir à son coffre, à sa grande boîte de Pandore qui a tout du cabinet de curiosité.

Créé par le plasticien Hans Op de Beeck, son coffre est une énorme pochette-surprise. Pieter de Buysser en extrait des pièces grises, magnifiquement austères, qu'il pose sur la surface des tiroirs ou des compartiments. Il peut ainsi ériger une bibliothèque comme recopier en volume un tableau. Le clou de ses installations malicieuses sera la reconstitution d'une "vanite" avec crâne humain et pots à la Morandi.

Pieter de Buysser fait surgir tout le temps l'inattendu par ses mots comme par ses gestes. C'est un conteur hors pair et un subtil commentateur qui sait raconter le vrai sous la forme de la parabole.

On saura gré à ce néerlandophone d'avoir joué son spectacle en français. Certes, les grognons ont souligné qu'il lisait son texte... Et alors ? Même si les chats, dans son interprétation mot à mot de "Book Burning" (La Mite brûlée), ont tendance à "gongoner", leurs "gongonements" raisonnent au cœur et Pieter de Buysser s'avère un sacré acteur.

On a évoqué la flamme dans son œil, sa bouche qui a parfois le sourire triste. Tout ça n'est rien à côté de ce corps habité par les mots : Pieter de Buysser est chat-rissmatique.

Ceux qui auront vent de sa venue dans leur ville n'auront aucune excuse s'ils laissent passer sans le voir ce grand moment de théâtre total.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 avril 2021 : En avril ne te cultive pas d'un fil

Pas de nouvelle bonne nouvelle... pas sûr. En attendant de pouvoir aller à nouveau vers la culture, faisons la venir vers nous. Voici notre sélection de tout un tas de choses à écouter, lire, voir et (re)découvrir. On commence évidemment avec le replay de la MAG #25 ! et oui déjà, en on n'est pas peu fier !

Du côté de la musique :

"Djourou" de Ballaké Sissoko
"A live full of farewells" de The Apartments
"Racine carrée de vos utopies" de Les Marteaux Pikettes
"Detectorists" le 19ème mix de la saison 2 de Listen In Bed
"Bach en miroir" de Marie-Andrée Joerger
"Drot og Marsk" de Peter Heise
"Bye bye baby" de Requin Chagrin
"Good for you" de Slim Paul
et toujours :
"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La Collection" d'Harold Pinter
"Le Cabinet horrifique" de Valérie Lesort
"Vêtir ceux qui sont nus" de Luigi Pirandello
'Féminines" de Pauline Bureau
"Noire" de Tania de Montaigne
"Love & Politics" de Dan Turden
"NinaLisa" de Thomas Pédour
"Le Bœuf-musical Boris Vian" au Hall de la Chanson
"Hippolyte et Aricie" de Rameau

Expositions :

en virtuel :
"Trésors Nabis" du Musée d'Orsay
"Bonnard, Le Cannet, une évidence" au Musée Bonnard au Cannet
"Yan Pei-Ming - Au nom du père" au Musée Unterlinden à Colmar
"Crinolines et chapeaux, la mode au temps des impressionnistes" au Musée de la Corderie Valois en Normandie
"Camille Moreau-Nélaton, Une femme céramiste au temps des impressionnistes" au Musée de la céramique à Rouen
"Jean Ranc, un montpelliérain à la Cour des rois" au Musée Fabre à Montpellier

Cinéma :

at home :
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"La course navette" de Maxime Aubert
des films cultes :
"Au revoir les enfants" de Louis Malle

"Little Odessa" de James Gray
"37°2 le matin" de Jean-Jacques Beyneix
"C'est arrivé près de chez vous" de Rémy Belvaux et André Bonzel
"La Balance" de Bob Swaim
et un court métrage "La pince à ongles" de Jean-Claude Carrière

Lecture avec :

"C'est quoi ton genre ?" de Agnès Vannouvong
"La petite ville des grands rêves" de Fredrik Backman
"Les somnambules" de Chuck Wending
"Mondes en guerre : tome IV, guerre sans frontières" de Louis Gautier
"Séquences mortelles" de Michael Connely
et toujours :
"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood

Du côté des jeux vidéos :

Retrouvez les jeux vidéos en live sur la TV de Froggy's Delight chaque soir de la semaine à partir de 21H

 

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=