Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Numero 17
Alfred Hitchcock  sortie 1932

Qui ne connaît pas Hitchcock? Les Oiseaux, Psychose, Vertigo, La corde, Fenêtre sur cour, La mort aux trousses...

Mais avant tous ces grands classiques de la période hollywoodienne, Hitchcock a commencé sa carrière par des films muets en Angleterre. Réalisé en 1932, Numéro 17 fait partie des premiers films parlants tournés par Hitchcock et des derniers de sa période anglaise.

Ce film est une pure merveille. Et ce à double titre : véritable morceau d’anthologie, il contient en substance toutes les marques de fabrique du maître, qui excellait dans la manipulation du spectateur, et la première utilisation du fameux "Mac Guffin".

A l’exercice imposé par le producteur, adapter une pièce populaire qu’il considérait comme un amalgame de clichés, Hitchcock répond par un thriller débridé et totalement fantaisiste. En moins de soixante minutes, il nous propose une sombre histoire de meurtre dans une maison abandonnée qui se transforme en vol de bijou pour finir par une course poursuite invraisemblable entre un bus et un train.

Dans la première partie du film, le spectateur est captivé par une parodie des films expressionnistes, au cours de laquelle, à grand renfort d’ombres menaçantes, de lueurs de bougies et de dialogues minimalistes, au cours de laquelle s’emberlificote, non sans humour ("Une ficelle ? Je l’ai poignardé avec. Une saucisse qui m’a servi à l’assommer!" réplique le vagabond sommé de vider ses poches) une intrigue policière, qui se déroule dans le décor limité d’un escalier.

Quand tous les personnages, dont les identités et l'innocence sont pour le moins incertaines, se sont retrouvés dans ce fameux escalier et qu’Hitchcock a épuisé le sujet et amené le spectateur au comble de l’ahurissement et de l’impatience pour connaître le dénouement, il embraye sans transition dans une poursuite incroyable entre un train, qui passe sous la maison, et un bus.

Coup de théâtre, suspense et invraisemblance sont utilisés à doses massives, sans souci du réalisme. Car l'histoire, le prétexte qui constitue le mobile du héros et conditionne l'action du film n'intéresse Hitchcock que dans la mesure où elle lui permet de retenir l'attention du spectateur et de le divertir.

"Certains films sont des tranches de vie, les miens sont des tranches de gâteaux" disait Hitchcock.

 

Suspense de Alfred Hitchcock avec Leon M. Lion, Anne Grey, John Stuart, Garry Marsh et Ann Casson
Film britannique (1932). Durée : 1h 10mn.


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
"Qui croire " à la Comédie de Reims
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=