Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Numero 17
Alfred Hitchcock  sortie 1932

Qui ne connaît pas Hitchcock? Les Oiseaux, Psychose, Vertigo, La corde, Fenêtre sur cour, La mort aux trousses...

Mais avant tous ces grands classiques de la période hollywoodienne, Hitchcock a commencé sa carrière par des films muets en Angleterre. Réalisé en 1932, Numéro 17 fait partie des premiers films parlants tournés par Hitchcock et des derniers de sa période anglaise.

Ce film est une pure merveille. Et ce à double titre : véritable morceau d’anthologie, il contient en substance toutes les marques de fabrique du maître, qui excellait dans la manipulation du spectateur, et la première utilisation du fameux "Mac Guffin".

A l’exercice imposé par le producteur, adapter une pièce populaire qu’il considérait comme un amalgame de clichés, Hitchcock répond par un thriller débridé et totalement fantaisiste. En moins de soixante minutes, il nous propose une sombre histoire de meurtre dans une maison abandonnée qui se transforme en vol de bijou pour finir par une course poursuite invraisemblable entre un bus et un train.

Dans la première partie du film, le spectateur est captivé par une parodie des films expressionnistes, au cours de laquelle, à grand renfort d’ombres menaçantes, de lueurs de bougies et de dialogues minimalistes, au cours de laquelle s’emberlificote, non sans humour ("Une ficelle ? Je l’ai poignardé avec. Une saucisse qui m’a servi à l’assommer!" réplique le vagabond sommé de vider ses poches) une intrigue policière, qui se déroule dans le décor limité d’un escalier.

Quand tous les personnages, dont les identités et l'innocence sont pour le moins incertaines, se sont retrouvés dans ce fameux escalier et qu’Hitchcock a épuisé le sujet et amené le spectateur au comble de l’ahurissement et de l’impatience pour connaître le dénouement, il embraye sans transition dans une poursuite incroyable entre un train, qui passe sous la maison, et un bus.

Coup de théâtre, suspense et invraisemblance sont utilisés à doses massives, sans souci du réalisme. Car l'histoire, le prétexte qui constitue le mobile du héros et conditionne l'action du film n'intéresse Hitchcock que dans la mesure où elle lui permet de retenir l'attention du spectateur et de le divertir.

"Certains films sont des tranches de vie, les miens sont des tranches de gâteaux" disait Hitchcock.

 

Suspense de Alfred Hitchcock avec Leon M. Lion, Anne Grey, John Stuart, Garry Marsh et Ann Casson
Film britannique (1932). Durée : 1h 10mn.


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=