Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Tété
Nu là-bas  (Cinq 7 / Wagram)  février 2013

Plus besoin de le présenter, depuis qu’il nous a chantonné "A la faveur de l’automne" un beau soir de novembre 2003, pendant les bouchons, en pleine grisaille. Que celui qui ne connait pas lève la main, que je lui jette des cailloux. Ou des boules de neige.

Et pourtant, il n’avait pas grand-chose pour plaire, à commencer par un nom ridicule (surnom de ma cousine entre 3 et 8 ans), des bésicles en fond de bouteille, d’indomptables cheveux, les dents du bonheur et des fossettes de bébé : Tété.

Attention aux grincheux, éloges droit devant !

Un fabuleux poète, un troubadour musicien doublé d’un esthète du verbe sans égal, un armistice à lui tout seul, le Zizou de la musique, le grandiloquent conteur des petites vies, de Madeleine qui thésaurise tant que faire se peut dans ses bas de laine, de "Eleanor Rigby" et de "Emma Stanton" en passant par "La Ballade de Oogie Tsuggie" et "Le retour d'Ootsie Putsie", le fidèle porte-parole d’émotions mélancoliques, celui qui "chante l'ivresse de n'être rien, la détresse en moins", des grands moments de solitudes au "Bal des boulets" en passant par "Le premier clair de lune". Non, je ne vais pas tout citer, mais au nom de ce cinquième album, tous les autres méritent d’être à nouveau cités.

A moi l’honneur de vous présenter Nu là-bas, du "Guide" Tété, cinquième chef-d’œuvre du nom. Entre groove créole et blues gaulois, entre pop à bulles et mélodies enjouées, que du frais, du beau, du bio. Miam !

Des histoires ("Marie Laveau" qui parle à Satan), l’hommage d’un grand garçon à sa tendre maman ("Comment te dire"), des jeux d’enfants ("allo Houston ici Tutu"), du centre du monde en Gironde, sur le perron de ses aïeux, où il a passé trois étés sur deux ("A l’ancienne"), de son déménagement à Paris ("De ce côté-ci du bonheur").

Mais je garde le meilleur pour la fin, la déclaration d’amour "Nus là-bas" façon "met ton bikini blanc, prend ton paréo bleu, nous irons nous aimer là-bas, tout nus dans les vagues abandonnées sur la plage au fil de l’onde", drôle et romantique, les qualités du prince charmant, bien sûr qu’li existe, il a les dents du bonheur et des fossettes quand il sourit.

Mais avec Tété, il n’y a jamais de fin, il fait allègrement des aller-retours dans son passé et vers son futur, il garde la classe des dandys des trentes glorieuses et y ajoute le pétillant de la génération Y, élevée aux génériques et à la radio ("La bande son de ta vie") : "Le bon refrain au bon moment, un goût de rien si fort pourtant".

Quel génie ce Tété, snobé par la génération Z, ces zombies qui mangent de l’écran à longueur de temps, adulé par les fous de mon espèce. Le mieux de Tété est de savoir accorder les lalala et les pampampam comme de vraies paroles, et non comme des bouche-trous pour les malheureux de la rime.

Ça y est ! On a décrypté l’ADN de la ritournelle ! La classe façon dernière séance. Youhou !

Allez, une dernière : "Le bonheur, c’est quoi ? Le bon refrain au bon moment, la bande son de ta viiiiiiieee".

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album La tête qui flotte de Melodium
La chronique de l'album Le coeur dans la tête de Ariane Moffatt
La chronique de l'album Tête de mule de Anaïs Kaël
La chronique de l'album Madones des yeux d’la tête
La chronique de l'album Panier sur la tête de Girafe et Bruno Girard
Tété en concert au Festival RocknSolex 2004
Tété en concert au Festival Solidays 2004 (vendredi)
Tété en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2004 (samedi)
Tété en concert à Festival du Bout du Monde 2004 (dimanche)
Tété en concert au Festival FNAC Indétendances 2007 (vendredi)

En savoir plus :
Le site officiel de Tété
Le Myspace de Tété
Le Facebook de Tété


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
"Qui croire " à la Comédie de Reims
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=