Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Rover - Bertrand Belin
Colisée  (Lens)  7 mars 2013

Ce soir là, j’étais à Lens. S’assoir ! Là ! J’étais à Lens. Ce soir, légère, à Lens. Ce soir là, j’ai l’aise à Lens. Ce soir là, c’était l’alliance.

Ce soir là, j’étais à Lens, au Colisée de Lens pour être exacte. Et, une fois n’est pas coutume, Bertrand Belin et Rover se retrouvaient tous deux en haut de l’affiche. Ni de première, ni de deuxième partie. Fifty fifty.

Ambiance cosy, gradin moelleux, couleurs chaudes. Les deux groupes s’attendaient, je pense, à avoir une attentive audience. Pendant que je patientais, que je scrutais le lever de rideaux, que j’observais la salle, je me demandais ce qui rapprochait Bertrand Belin de Rover et proportionnellement inversé. Bertrand Rover, s’ils s’assemblaient parfaitement, ce serait… Au fond de ma mémoire musicale, je recherchais, je triturais quelques chansons. J’essayais de mettre bout à bout des bouts. En vain. Et puis, je me suis dite que Rover Belin pourrait être un Colosse.

Bertrand Belin serait un de mes colosses de la post-Gainsbourg chanson française, avec Mathieu Boogaerts. Un jour, j’ai entendu répondre à la question qu’est-ce qu’une bonne chanson ? Qu’elle était celle qu’on réinterprète avec n’importe quel instrument, sans en dénaturer la moelle. Peut-être est-ce dû à la simplicité et la clarté de la création ? Bertrand Belin est un de ceux qui, à mon sens, va à l’essentiel. Le qualifier de minimaliste pourrait prêter à confusion. Loin de moi l’idée de décrire ses chansons comme "dénuées de" ou "sans". La recherche musicale est là. Mais le verbe et la strat, les deux ingrédients essentiels de Belin, vont à l’essentiel. Les mots ? Il les use pour leur sonorité, il les allonge, les accole, les fait sonner ou les arrête net. Et chacun est libre d’en absorber le sens qui résonne. Son jeu de guitare ? Il est cristallin et clinquant, vibrant, mais jamais hérissant, tricoté ou trituré. Dans un univers tantôt cotonneux voire brumeux, le dandy Belin chante de sa voix grave presque nonchalante des paysages, des émotions, des regrets, des douceurs.

Rover serait un colosse vocal ou une voix colossale. Et, quand le colosse oscille entre les cordes de David Bowie d’Elvis et celles de Robby Gibb, je m’écrie Champagne pour tout le monde ! Rover a connu, en 2012, un terrible coup de projecteur pour sa chanson "Aqualast". Elle est d’ailleurs aujourd’hui celle que le public attend à tous prix. Rover, voyageur aux multiples racines, ne se destinait pourtant pas d’emblée à la France. Thimothée Régnier s’est trouvé là, un jour, se découvrant d’ailleurs une voie par sa voix. Il s’est alors choisi le nom de scène "Rover" et roule... à jamais imprégné de l’image du hobo, troubadour musical, errant - aurait-il véritablement la passion des voitures ? - Rover a un registre plutôt sombre. Le passé au coeur du tourmenté Liban en est certainement une raison. Souvent, on cite pour le décrire, ses influences que sont les Black Keys ou encore Interpol. Le rock ténébreux sans nul doute. Pour ma part, en inconditionnelle de David Bowie, j’y vois beaucoup de parallèles.

Les rideaux se sont levés.

Bertrand Belin, que je pensais jusqu’alors très solitaire, s’était entouré d’une formation de quatre musiciens. Je l’ai toujours imaginé voyageur avec un baluchon, sa guitare, concédant parfois la présence de Tatiana Mladenovich pour sa douce voix et son jeu de batterie impeccable. Là, l’ensemble était plus orchestré, donnant une ouverture dans la création musicale. Quelques morceaux de l’album Hypernuit passés, Bertrand Belin s’est saisi de l’occasion pour donner un avant-goût de son prochain album Parcs. Décidément plus rock, emprunt de nouvelles influences, jazz, asiatique, Bertrand Belin s’éloignerait-il du registre intimiste ? L’affaire est à suivre...

Rover est, quant à lui, resté dans sa configuration trio. Tantôt au piano, tantôt à la guitare, le colosse a donné un concert survolté. Je l’avais vu, un an plus tôt, moins électrique. Les ballades folk rock trop, mis en avant, dénaturaient la force même de Rover. Ce soir là, Rover a continué, a joué Rover mais cette fois de manière plus dure, rock, éclatante.

Le concert terminé, c’était un goût de trop peu. Le public s’est levé pour en redemander encore. Belin - Rover, le mélange n’était pas si étrange, bizarrement raccord, étrangement rock. Ce soir là, je trouvais que les deux groupes dégageaient une énergie débordante. Si dans la voix de Rover se cachait un Elvis plus rock que jamais, Bertrand Belin était possédé de son déhanché. J’espère me retrouver bien vite, là, à m’assoir, à l’aise, voir d’autres alliances, à Lens.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Rover parmi une sélection de singles (octobre 2011)
La chronique de l'album eponyme de Rover
La chronique de l'album Let it glow de Rover
Rover en concert au Festival Les Paradis Artificiels #6 (édition 2012) - mardi 17 avril
Rover en concert au Festival Art Rock 2012 - vendredi, samedi et dimanche
Rover en concert au Festival Solidays #14 (édition 2012) - samedi
Rover en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - jeudi
Rover en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - jeudi - 2ème
Rover en concert au Fil (vendredi 19 octobre 2012)
Rover en concert au Festival Beauregard #5 (2013) - Samedi
Rover en concert au Festival Crazy Week !!! #4 (édition 2013) - vendredi
Rover en concert au Festival Art Rock 2016 - Dimanche 15 mai
Rover en concert au Festival Nancy Jazz Pulsations #44 (édition 2017)
L'interview de Rover (2 mars 2012)
L'interview de Rover (vendredi 19 juillet 2013)
La chronique de l'album eponyme de Bertrand Belin
La chronique de l'album La perdue de Bertrand Belin
La chronique de l'album Hypernuit de Bertrand Belin
La chronique de l'album Cap Waller de Bertrand Belin
La chronique de l'album Persona de Bertrand Belin
Bertrand Belin en concert au Studio Acousti (Showcase) (15 février 2005)
Bertrand Belin en concert à l'Espace Jemmapes (17 mai 2006)
Bertrand Belin en concert au Festival FNAC Indétendances 2007 (vendredi)
Bertrand Belin en concert à La Flèche d'Or (mardi 26 juillet 2012)
Bertrand Belin en concert au Trianon (mardi 15 décembre 2015)
L'interview de Bertrand Belin (samedi 9 mars 2019)

En savoir plus :
Le Myspace de Rover
Le Facebook de Rover
Le site officiel de Bertrand Belin
Le Facebook de Bertrand Belin


Rachel Debrincat         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Rover (2 mars 2012)
Bertrand Belin (5 octobre 2010)
Bertrand Belin (1 octobre 2009)


# 1er juin 2020 : Retour à la réalité

Le monde d'après ne sera sans doute pas mieux que celui d'avant. Ces 2 mois de répit n'auront sans doute servi qu'à amplifier les frustrations en tout genre. Sans prétendre y remédier voic de quoi vous détendre un peu avec notre sélection culturelle de la semaine.

vous pouvez également revoir notre première émission "La mare aux grenouilles" sur la Froggy's TV. Suivez la chaine pour ne pas rater émissions et concerts en direct.

Du côté de la musique :

"Nunataq" de Alexandre Herer
"Vodou Alé" de Chouk Bwa & The Angstromers
"Wallsdown" de Enzo Carniel
Interview de Jo Wedin et Jean Felzine à l'occasion de leur concert sur la Froggy's TV
"Pictures of century" de Lane
"Lullaby (mix #15)" nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"Introssessions" de Minhsai
"Guinea music all stars" de Moh! Kouyaté
"Parcelle brillante" de Orwell
"Evocacion" de Quatuor Eclisses
"Is this natural" de Tazieff
"EP 2" de The Reed Conservation Society
et toujours :
Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

les créations contemporaines :
"Le Mardi à Monoprix" de Emmanuel Darley
"Lucide" de Rafael Spregelburd
"Le Royaume des animaux" de Roland Schimmelpfennig
"Délivre-toi de mes désirs" de María Velasco
"L'étudiante et Monsieur Henri" de Yvan Calbérac
de la comédie signée Pierre Palmade:
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Pièce montée" de Pierre Palmade
"10 ans de mariage" de Alil Vardar
Au Théâtre ce soir :
"On dînera au lit" de Marc Camoletti
"Le canard à l'orange" de William Douglas Home
"L'Or et la Paille" de Barillet et Grédy
les classiques par la Comédie française :
"L'Avare" de Molière
"Les Rustres" de Goldoni
du côté des humoristes :
un spécial Christophe Alévêque à l'occasion de son inédit 2020 "Le trou noir"
avec
"Christophe Alévêque - Super rebelle... et candidat libre"
"Christophe Alévêque revient bien sûr"

"Christophe Alévêque - Debout"
et du théâtre lyrique revisité:
"Le Postillon de Lonjumeau" d'Adolphe Adam par Michel Fau
"Turandot" de Puccini par Robert Wilson
et de la caricature joyeuse avec "The Opera Locos"

Expositions :

découvrir la visite en ligne d'expositions virtuelles annulées :
"Giorgio de Chirico. La peinture métaphysique" au Musée de l'Orangerie
"Pompéi" au Grand Palais
et "Plein air, de Corot à Monet" au Musée des Impressionnismes de Giverny
s'évader en un clic en direction de la province :
à Nice pour une visite virtuelle du Musée Magnin et celle de l'exposition "Soulages, la puissance créatrice" à la Galerie Lympia
de l'Europe :
en Espagne vers le Musée Carmen Thyssen à Málaga
et en Allemagne avec la visite des 3 niveaux de la Kunsthalle de Brême
et plus loin encore aux Etats-Unis vers le Musée Isabella Stewart Gardner à Boston
et le Musée d'Art de Caroline du Nord à Raleigh
avant le retour sur Paris pour découvrir les éléments décoratifs de L’Opéra national de Paris

Cinéma at home avec :

de l'action :
"Code 211" de York Alec Shackleton
"Duels" de Keith Parmer
de la comédie : "Le boulet" de Alain Berbérian et Frédéric Forestier
du drame :
"Marion, 13 ans pour toujours" de Bourlem Guerdjou
"Happy Sweden" de Ruben Östlund
de la romance :
"Coup de foudre à Jaïpur" de Arnauld Mercadier
"Marions-nous !" de Mary Agnes Donoghue
du thriller :
"The Watcher" de Joe Charbanic
"Résurrection" de Russell Mulcahy
du fantastique : "Godzilla" de Masao Tamai
les années 40 au Ciné-Club :
"Boule de suif" de Christian Jaque
"Le carrefour des enfants perdus" de Léo Joannon
et un clin d'oeil au début du cinéma avec "Le Voyage dans la Lune" de Georges Méliès

Lecture avec :

"BeatleStones" de Yves Demas & Charles Gancel
"L'obscur" de Phlippe Testa
"La géographie, reine des batailles" de Philippe Boulanger
"Trouver l'enfant / La fille aux papillons" de René Denfeld
et toujours :
"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=