Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Papaya Cake
Le Bison Blanc  (Patchwork Productions)  mai 2012

Le trip-hop me fait toujours le même effet : celui de surfer sur les nuages, de planer au-dessus des toits. Pourquoi ? Mystère et bulles qui frisent…

Bienvenue au duo de Papaya Cake, la chanteuse de rock Illys et le musicien électro Bast.

Les premières notes font penser à la scène, à une petite salle de concert intimiste, où les bavardages cesseraient pour apprécier la qualité acoustique de Bison Blanc. Je ne sais pas si le choix est informé, donc je fais ma maligne et j’étale ma science (juste deux minutes, s’il vous plait…).

Avant que le catholicisme écrase les autres croyances, les Amérindiens, les Mayas, les Tibétains, les Egyptiens… bref, les intellos qui pensaient que le savoir pouvait vaincre les armes (ils se sont trompés), avaient connaissance de la polarité de la Terre, le Bison Blanc était le nom poétique donné au courant électromagnétique cheminant du Nord au Sud. Les temples étaient entre autre consacrés à l’entretien de ces courants.

Là où je voulais en venir, c’est la symbolique du bison blanc, la force et l’énergie du bison, combinée à la croyance oubliée de renouveau et de prospérité. Pas mal pour titrer un album (je préfère cette référence que celle du film bizarre que personne n’a vu), encore mieux pour illustrer ce mystérieux mélange de rock et d’électro, pour ce jeune groupe né en 2008. Certainement admirateurs de Massive Attack, avec un nom plus joyeux tout de même.

Les élégantes sonorités sont complétées par des paroles en anglais, douces comme des berceuses, situées juste entre nostalgie et futurisme. Le trip-hop parait triste au premier abord, mais il est tout en délicatesse et en rêveries, tout en subtilités et mélanges, s’accordant parfaitement aux accents dub des basses électro retravaillées jusqu’à la syncope.

Pas la peine de détailler les titres, leur fluidité n’est pas à démontrer, les perfectionnistes qualifiés de grincheux trouveront à redire à la jeunesse évidente du groupe (parce que ça fera pas classe de faire de l’ombre à Portishead tout de suite, ils ont plus de bouteille, question d’ancienneté).

Bref, un beau moment d’évasion, sur des plages désertes, dans des foules bigarrées, sur une falaise balayée par les quatre vents, dans une grotte de l’ère glaciaire, Papaya Cake est assurément l’album à emmener sur la sélection "île déserte" (avec des allumettes et un couteau).

 

En savoir plus :
Le Facebook de Papaya Cake
Le Myspace de Papaya Cake


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=