Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Soundtrack Of Our Lives
Nouveau Casino  (Paris)  18 novembre 2004

Le fil ténu entre le rock qui a la classe et celui qui sent la sueur...

The Soundtrack Of Our Lives, c’est ce groupe suédois qui assure sur scène de façon démoniaque : le son est énorme, tout est parfaitement en place, les deux guitaristes sont géniaux, la rythmique, irréprochable et le chanteur, un gros hippie viking, a la voix la plus magnifique qui soit, avec un registre qui va du falsetto à la basse profonde. Pourtant...

Musicalement, imaginez 1968-1972, quand le psyché pop-rock délirant des clubs londonniens se transforme lentement mais inexorablement en hard prog satisfait qui remplit les stades.

Et le concert au Nouveau Casino recréait un peu cette crise : le groupe commence parfaitement par des morceaux superbes, mélange de la puissance et de la mélodie des Who ou des Small Faces époque fin des années 60. Le chanteur roule des yeux de fou et prend des allures chamaniques, le guitariste de gauche saute comme Pete Townshend, l’autre a la classe et l’allure déjantée de T Rex ou de Keith Richards.

Puis, au fur et à mesure du concert, ce joyeux délire sympathique s’enlise ; le groupe commence à y croire, les compos deviennent prétentieuses et on termine avec des morceaux étirés en longueur autour d’un pauvre riff stonien ou des ballades avec piano gluant qu’on imagine bien à Bercy dans une ambiance à la Queen, avec lightshows et feux d’artifices.

Artifices, justement... Ce groupe est bien meilleur dans son inoccence première. C’était amusant de le voir recréer devant nous cette belle faille entre les innocentes années 60 et les arrogantes années 70, quand les groupes ne vivaient plus que sur leur réputation et leur bedaine pleine de champagne.

La salle était pleine de suédois bourrés, eux, à la bière. On sait s’amuser en Scandinavie. A se demander si on n’avait pas continué depuis 1970 à écouter Led Zep sans complexe dans les stades de Stockholm et qu’ils trouvent tout naturel que la mode les rattrappe aujourd’hui...

Alors bon ou mauvais concert ? Bon : un grand, gros groupe de scène... avec un mauvais arrière-goût final et pas vraiment l’envie de les revoir ni d’écouter leurs disques.

Dernier point intéressant : la collections de guitares vintage, mieux que tous les magasins de Pigalle réunis. (Ca explique peut-être pourquoi les frères Gallagher adorent The Soundtrack Of Our Lives...).. Ma préférence va à une belle Les Paul sunburst comme on n’en voit plus sur scène depuis la retraite de Jimmy Page.

En première partie, Les Parisians, les petits chéris de la scène rock parisienne, s’en sont bien tirés. Avec leur mélange de Libertines, de Heartbreakers et de Stooges, avec leurs belles gueules, leur look cool et le jeu de scène qui assure, ils ont de quoi aller loin (surtout si leur manager veut bien leur payer un accordeur et une guitare de rechange...).

 

PascalR         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 juillet 2019 : La folle histoire de l'espace

Ces jours-ci on célèbre les premiers pas de l'homme sur la lune, on ambitionne d'y retourner. En attendant, c'est les pieds sur terre que nous vous proposons notre petite sélection culturelle pour vous inviter à décoller un peu vous aussi du quotidien. C'est parti :

Du côté de la musique :

"Triple ripple" de Automatic City
"Jaws" de Condore
"480" de DBK Project
"Echo" de Marion Roch
"Bach & co" de Thibault Noally & Les Accents
"To be continued" de Tropical Mannschaft
Haiku Hands au festival Terre du Son #15
Sara Zinger égalment à Terre du Son, à retrouver en interview
interview de The Psychotic Monks toujours à Terre du Son
On vous parle du Festival de Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Samedi avec Beach Youth, Clara Luciani, Idles, The Hives, Mogwai...
Dimanche pour finir avec Bro Gunnar Jansson, Jeanne Added, Tears for Fears, Interpol...
et toujours :
"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...

Au théâtre :

"Iceberg" au Théâtre de la Reine Blanche
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle

Cinéma :

la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"Benalla, la vraie histoire" de Sophie Coignard
"Floride" de Laurent Groff
"Whitman" de Barlen Pyamootoo
et toujours :
"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"La traque du Bismarck" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=