Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce My Bloody Valentine
Défense raisonnée de My Bloody Valentine  mars 2013

Je ne ferai pas une chronique de My Bloody Valentine, d'autres l'ont déjà fait de manière très pertinente. Je noterai de façon préalable que ce groupe déchaine une certaine forme de passion. Le passif des concerts, au volume digne d'un jumbo jet au décollage, ne souffre aucune nuance quant aux jugements : catastrophique ruée dans la bouillie sonore pour certains, expérience mystique et indépassable pour d'autres.

Que l'on aime ou que l'on n'aime pas My Bloody Valentine (ce qui est de l'ordre du jugement de goût), j'éprouve un malaise à entendre qu'il s'agirait d'un groupe surestimé. De même que la comparaison avec leurs contemporains des années 90 est peu pertinente (Ride, Spacemen 3, The Boo Radleys), la question de la place et de l'influence de ce groupe est très souvent mal posée. Une certaine forme de hype voudrait faire croire qu'Isn't Anything est un album plus intéressant et plus important que Loveless. Je ne discuterai pas ce point tellement il me semble grotesque : à prendre le contre-pied de certaines évidences, on marche sur le râteau qu'on a posé par terre pour d'autres.

Je poserai comme prémisses le fait que Loveless comporte les marqueurs sonores suivants :
- les chansons sont basées sur des accordages ouverts non standards,
- la saturation est "baveuse", aidée en cela par des amplis poussés à un volume assourdissant,
- l'usage courant du vibrato des guitares et des pitch benders incite l'auditeur novice à se questionner sur le fonctionnement de sa platine K7 (dans l'hypothèse où on a l'âge de s'être fait une copie K7 de l'album. Ce constat me parait pertinent vu l'époque où est sorti Loveless, et le moment où aurait dû sortir son successeur),
- la voix est en arrière-plan, bercée par du coton, dans les limbes d'une réverbération dont l'attaque est inversée,
- le mixage est particulier et on s'est longtemps demandé comment ce nappage énigmatique pouvait faire coexister tous ces ingrédients.

De ce dernier point on peut déjà en déduire que les années 2000 ont vu fleurir de nombreux groupes qui ont eu la mauvaise idée de mixer un nombre de pistes=x en perdant de vue l'essentiel en musique. Le démon de l'informatique musicale ne donnait pas accès au paradis du mixage mais à la tombe de l'ingénieur du son inconnu, parfois on a découvert quelques autodidactes inspirés mais très rarement.

Une fois relevé cet ensemble de marqueurs sonores, on a encore dit trop peu de choses. Il faut comprendre que, dans cette série d'entités, un élément en entraine un autre dans une sorte de boucle immanente de causalités interdépendantes. Ainsi, modifier les accordages appelle une distorsion généreuse ; la distorsion appelle des harmonies fantômes, des tonalités générales autour desquelles tournent les autres sons sans tout à fait se dévoiler. De même, l'accordage devenant un accord auto-suffisant on peut le faire sonner grâce au vibrato de la guitare ; la voix n'a plus qu'une place de réserve dans ce magma créateur.

Le génie de Kevin Shields est d'avoir mis en lumière cette ligne d'interactions sonores. My Bloody Valentine représente, comme le Velvet Underground, une discontinuité insécable dans l'histoire de la musique rock, car leur son n'est pas circonscrit tel quel. Il ne peut que nous marquer car nous n'arrivons pas à comprendre qu'il ne pourrait pas être autrement. Loveless est incontournable car sa quiddité musicale est en tension entre une absolue singularité et les standards de son époque. Toutefois, le piège est identique à celui de l'art contemporain : utiliser cette série d'ingrédients, c'est sonner comme My Bloody Valentine. Filmer un immeuble 12h d'affilée, c'est faire du Andy Warhol.

Loveless bien qu'ayant été salué avant tout par des personnes ayant une "culture rock" préfigurait, dans son versant psychédélique, les musiques électroniques qui invitent à un voyage ou une expérience. Kevin Shields n'avouait-il pas, dans une interview donnée à Bernard Lenoir à la fin des années 90, sa proximité avec la musique jungle ? Je crois qu'on ne peut que difficilement douter de la postérité de My Bloody Valentine, sa marque la plus pertinente étant l'hommage de Rafael Toral dans son album manifeste Wave Field. Ecouter Loveless appelait-il violence de la découverte et calme de l'acceptation ? Quelque chose dans cette musique semble faire encore violence à certains.

 

En savoir plus :
Le site officiel de My Bloodie Valentine
Le Myspace de My Bloodie Valentine
Le Facebook de My Bloodie Valentine


Gilles Deles         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec la captation de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquillité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=