Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Woven Hand
Consider the birds  (Glitterhouse / Talitres)  novembre 2004

L’album noir de Sixteen Horsepower, Folklore , sorti au printemps 2002, a marqué un tournant dans la carrière du groupe, qui ne s’en est toujours pas remis, sortant compilation sur compilation (un live, des démos et maintenant un dvd), tournant à vide en novembre 2003 et à l’été 2004.

Depuis, le groupe semble fonctionner au ralenti alors que Lilium se reforme et qu’Edwards s’oriente vers d’autres horizons.

You know
The road does not me to keep
Beneath the bushes
The three of us asleep

David Eugene Edwards in “Chest of drawers”

A y regarder de plus près, Folklore est le premier album du Horsepower (et aussi le seul "vrai" album du groupe depuis que l’ère Woven Hand a commencé) où on sent David Eugene Edwards prendre confiance en interprétant très personnellement de vieux standards.

L’autre visage d’Edwards

Projet plus ou moins solo d’Edwards, Woven Hand y intègre régulièrement des amis proches comme David McMahon ou Steve Taylor.

Et, alors que le Sixteen Horsepower patauge depuis 2002, Woven Hand sort quatre albums en deux ans ( Woven Hand, Blush, Blush music et le dernier Consider the birds), multiplie les tournées en Europe, collabore avec Ultima Vez et Wim Vandekeybus pour Blush et Sonic boom jusqu’à accompagner la troupe sur scène.

Avec Woven Hand, Edwards explore des soundscapes jamais envisagés avec le Horsepower. Si nous le connaissions inspiré par Dieu et la foi, Woven Hand évolue à mi-chemin entre le champs de la religion et celui du spirituel en utilisant des termes qui appartiennent au premier et des thèmes qui s’interprètent dans le second, ou inversement. Libre à chacun alors de décider si les compositions d’Edwards relèvent de l’ordre du mystique ou du simple dark-rock (style Fire spirit ).

Edwards pourtant ne prêche pas, peut-être tout au plus fait-il pénitence, et s’il multiplie les références religieuses comme sur Consider the birds, il nous oblige à observer, remarquer telle ou telle chose, tel ou tel fait qui passeraient inaperçus sinon, en raison de notre manque d’habitude. Il nous invite dans un monde peuplé d’anges et de démons, souvent (toujours ?) à visages humains, à la recherche d’une identité qui paraît fuir.

Les concerts de Woven Hand sont des moments de recueillement, pendant lesquels le public reste silencieux et respectueux et où Edwards se fait maître d’une cérémonie dont on ne sait dire si elle est occulte, païenne ou religieuse.

Le paroxysme "Consider the birds"

Tout ce qui est écrit plus haut se confirme avec Consider the birds qui file le frisson à la première écoute.

Jamais Edwards ne s’est montré aussi puissant. Au niveau musical, il expérimente et pratique une sorte de folk (au sens large) immémorial, sans âge, prie parfois plutôt que ne chante. Et il aligne des textes aux clés de lecture multiples.

Pourtant tout commence en territoire connu avec "Sparrow falls" (trad : le moineau chute) et "Bleary eyed duty". Mais il faut l’avouer : ces titres sont les seuls auxquels l’on peut se raccrocher, même si l’on a écouté le premier album ou assisté à un concert de Woven Hand.

Ensuite c’est le vertige, la chute dans le vide et l’inconnu.

Introduction ésotérique, rythmiques lentes et sabbatiques, "To make a ring" et "Off the cut" sont la première étape d’un voyage inédit. Avec ces sons exotiques, distordus à l’ancienne, Edwards nous emporte à une époque qui ne peut être envisagée, ni même suggérée, encore moins considérée. A tel point qu’on ne sait plus se situer dans le temps.

Avec "Chest of drawers", rassurante et dépouillée, le premier niveau est atteint. Le voyage reprendra avec les processionnels "Oil on panel" et "Speaking hands", tentatives de prières aux paroles obscures.

Si la reprise "Down in Yon forest" (un chant de Noël plus ou moins traditionnel) constitue une courte pause qui évoque de lointains souvenirs (encore), les vraies supplications auront lieu quelques minutes plus tard avec "Tin fingers" et l’aérien, presque angélique, "In the piano" ("I pray him come I pray him soon").

Peut-être cela laissera-t-il indifférent la plupart des auditeurs qui ne verront dans ce somptueux Consider the birds" qu’un album solo de plus du leader de Sixteen Horsepower. Et ceux-là y trouveront assurément leur compte.

Mais Consider the birds prouve que c’est véritablement du côté de Woven Hand que tout se passe aujourd’hui pour David Eugene Edwards, qui semble avoir trouvé ici le médium idéal à l’expression de son talent : Consider the birds est L’album de l’année.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Blush Music de Woven Hand
La chronique de l'album The Threshing Floor de Woven Hand
Woven Hand en concert à L'Européen (28 novembre 2004)
Woven Hand en concert à L'Européen (28 novembre 2004) - 2ème
Woven Hand en concert à l'Espace Doun (8 juin 2007)
Woven Hand en concert au Festival La Route du Rock 2007 (mercredi)
Woven Hand en concert au Festival La Route du Rock 2007 (jeudi)
Woven Hand en concert au Divan du monde (29 novembre 2007)


Olivier K         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 2 août 2020 : Une petite pause s'impose

Le mois d'août arrive. Sans les festivals, l'actualité culturelle sera plus calme mais nous serons toujours là pour vous tenir compagnie chaque semaine notamment sur Twitch. Commençons par le replay de la Mare Aux Grenouilles #8 (la prochaine sera le 29 août) et bien entendu le sommaire habituel.

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

chez soi avec des comédies blockbusters at home :
"Lady Oscar" de Guillaume Mélanie
"La vie de chantier" de Dany Boon
"Post-it" de Carole Greep
"Mon meilleur copain" de Eric Assous
"L'ex-femme de ma vie" de Josiane Balasko
"Un point c'est tout" de Laurent Baffie
et de l'eclectisme lyrique avec :
"L'Ange de feu" de Serge Prokofiev revisité par Mariusz Trelinski
les antipodes stylistiques avec "L'Enfant et les Sortilèges" de Maurice Ravel par James Bonas et "Dracula, l'amour plus fort que la mort" de Kamel Ouali
et le concert Hip-Hop Symphonique avec des figures du rap et l'Orchestre Philharmonique de Radio France

Expositions :

en virtuel :
"Warhol" à la Tate Modern de Londres Exhibition Tour avec l'exhibition tour par les commissaires et et 12 focus
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des impressionnismes de Giverny
avec l'audioguide illustré ainsi qu'une approche en douze focus
en real life :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
du vintage avec la version restaurée de "Quelle joie de vivre" de René Clément
un documentaire "Dawson City : le temps suspendu" de Bill Morrison
des films récents dans son salon :
"Hauts les coeurs !" de Solveig Anspach
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert
"Pieds nus sur des limaces" de Fabienne Berthaud
"Le Voyage aux Pyrénées" de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La promesse" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Lecture avec :

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=