Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Nick Cave - Mercury Rev
La Mutualité  (Paris)  15 novembre 2004

Trois ans déjà ! Nous avions gardé le souvenir de Nick Cave en live lors de son double passage à l'Olympia. Et quel souvenir, tant sa prestation avait cette force et ce charisme qui caractérisent le personnage, sans oublier les incroyables Bad Seeds au rang desquels se trouvait encore Blixa Bargeld, aujourd'hui trop occupé avec son groupe Einsturzen Neubauten.

En novembre 2004, dès 17h30, les spectateurs se pressaient déjà devant les portes du Palais de la mutualité. Fans de toujours, plutôt des quadras, ils étaient venus de l'Europe entière, espagnols, allemands, scandinaves, anglo-saxons, et avaient formés une sage file d'attente. Les commentaires allaient bon train, suite à la sortie du double album Abattoir blues / The lyre of Orpheus, plein d'espoirs (Nick Cave plaçant la barre très haute) et d'inquiétude (quand même du gospel sur les chansons de Nick Cave...).

L'intervention complètement shadokienne du service d'ordre a saccagé ce beau et fébrile moment d'attente pour le transformer en panique, faisant reculer les gens sur le bitume, réduisant la file à néant pour poser d'inutiles barrières et inciter aux poussées des adeptes de l'ancien testament, les derniers arrivés voulant être les premiers.

Cela étant, rien ne pouvait entacher la belle humeur et, quoi qu'il puisse arrrive, la première partie annoncée aurait pu suffire à notre bonheur. En effet Mercury Rev, dont un nouvel album devrait sortir au début 2005, avait l'honneur d'ouvrir le bal.

A peine trois quarts d'heure accordés à ce groupe atypique qui réussit cependant à poser ses ambiances planantes et à imposer ses morceaux aux constructions étranges à un public encore en train d'arriver dans la salle.

 

Nous aurons l'honneur de quelques nouveaux titres mais surtout des classiques provenant des 2 derniers albums du groupe.

Jonathan Donahue, le chanteur avec des fleurs accrochées à son micro est toujours aussi impressionnant, hors du temps dans ses chansons mais aussi dans ses gestes, tel un extra terrestre essayant d'imiter les hommes.

Amarré à son micro ou sur une jambe tel un héron qui tente d'étendre ses ailes, il plane et sourit, souvent. Heureux. Nous aussi.

Ce trop petit set de Mercury Rev n'a fait qu'attiser notre curiosité et notre impatience en attendant le prochain disque.

 

 

La mise en place du matériel de Nick Cave et ses Bad Seeds est assez rapide et c'est largement avant 21h que le groupe arrive sur scène, 2 batteries, 2 claviers, guitares, basse, et bien entendu le violon de Warren Ellis, sont au programme ainsi que le fameux choeur composé de quatre choristes.

Démarrage sur les chapeaux de roues, Nick Cave est tout feu tout flamme, courrant partout dès les premières secondes et ... le son disjoncte... plus de sono ... Voilà tout le monde sans voix, c'est le cas de le dire...

On remet en route et c'est reparti ... pour 30 secondes ! Nick Cave jette son micro par terre, il y a de quoi être sur les nerfs, mais vient calmement expliquer au public (en tout cas aux gens du premier rang qui arrivent à l'entendre) que, en attendant que le problème soit résolu, les musiciens vont retourner dans leur loge...

Voilà une entrée en matière bien décevante et on peut imaginer, tant pour les musiciens que pour le public l'effet douche froide et une certaine perte de motivation...

Sur la scène, le public assistera pendant plus d'une demie heure à un ballet surréaliste de techniciens, certains traversant simplement la scène à la recherche de l'inspiration sans doute, à des conciliabules penchés sur les amplis comme au chevet d'un grand malade avec le spéléo de la régie, puis au changement de cable, le tout sur fond de musique d'ambiance et de sifflets et de hurlements.

On se dit que les gagmen de la Mutu devraient se limiter aux meetings de la LCR ou aux symposiums médicaux. Les techniciens branchent et rebranchent inlassablement l'électricité pour mieux constater que cela disjoncte... En désespoir de cause, ils décideront enfin à tout recabler ... et nos coeurs de battre plus fort en espérant que cette fois-ci sera la bonne...

Troisième départ qui sera le bon même en dépit d'un son assez moyen durant toute la première moitié du concert. Concert pour le moins réussi malgré tout avec les choeurs qui seront certes mis à toutes les sauces mais de manière assez judicieuse, sans devenir trop envahissants.

L'essentiel de la première partie sera consacré au dernier album, tandis que la deuxième comportera quelques vieux classiques.

Quoi qu'il en soit, Nick Cave vieillit mais ne change pas.

Toujours aussi électrique il saute, danse, gesticule et remercie le public, heureux d'être là, sans doute.

Les Bad Seeds, quant à eux, toujours aussi efficaces, restent un peu en retrait, Mick Harvey en père tranquille qui tient sa troupe, Warren Ellis, toujours excellent et survolté, est l'exception et s'agite presque autant que Nick Cave.

On pourra néanmoins regretter le final a cappella des choristes qui donne un côté kermesse au concert, d'autant qu'il s'agit de la dernière image que l'on en gardera.

Final précédé de l'inamovible, et devenu incontournable, "The Mercy Seat", certes rock'n'roll à souhait pour un final mais qui gagnerait à être remplacé tant ce n'est plus une surprise pour personne.

Un très bon concert mais les problèmes techniques auront quand même empêché de l'apprécier pleinement.

... Vivement 2007 !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Nocturama de Nick Cave
La chronique de l'album Abattoir blues / The lyre of Orpheus de Nick Cave & The Bad Seeds
La chronique de l'album Push the sky away de Nick Cave & the Bad Seeds
La chronique de l'album Live From KCRW de Nick Cave & The Bad Seeds
La chronique de l'album Skeleton Tree de Nick Cave & The Bad Seeds
Nick Cave en concert à Roseland Ballroom (24 juin 2003)
Nick Cave en concert au Festival International de Benicassim 2005 (dimanche)
Nick Cave en concert au Festival Beauregard #5 (2013) - Dimanche
Nick Cave en concert au Festival La Route du Rock #23 (jeudi 15 août 2013)
La vidéo de The Videos par Nick Cave and The Bad Seeds
La chronique de l'album The Secret Migration de Mercury Rev
La chronique de l'album Stillness Breathes - Hello Blackbird de Mercury Rev
La chronique de l'album Snowflake Midnight de Mercury Rev
Mercury Rev en concert à l'Elysée Montmartre (24 mars 2005)
Mercury Rev en concert au Festival Art Rock 2005 (Vendredi)
Mercury Rev en concert au Festival La Route du Rock 2005 (vendredi)
Mercury Rev en concert au Festival de Dour 2006 (vendredi)

En savoir plus :
Le site officiel de Nick Cave & The Bad Seeds
Le Bandcamp de Nick Cave & The Bad Seeds
Le Soundcloud de Nick Cave & The Bad Seeds
Le Facebook de Nick Cave & The Bad Seeds


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=