Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Popopopops
Interview  (Bar La Planète Mars, Paris)  mardi 12 mars 2013

Jour de neige sur Paris. Difficile de sortir, pourtant les quatre garçons des Popopopops sont là, affutés, prêts à chanter autant qu'à échanger des blagues. On les a vu grandir sur scène, et même sur des grandes scènes. C'est pourtant dans un minuscule bar rock du 11ème arrondissement, où règne le vinyle, qu'on rencontre les quatre rennais venus nous parler de leur premier album, Swell.

Dans quel état d'esprit êtes-vous à quelques jours de la sortie de Swell, votre premier album ?

Victor : Pour moi, c'est l'ascenseur émotionnel. Un matin je me réveille en me disant "Tu es un lion, ton album, il est bon". Et le lendemain, parce qu'on reçoit tel retour, je me dis "Mais ça ne marchera jamais. Accepte-le".

Guillaume : Globalement, c'est tout de même l'état d'excitation qui domine. C'est un premier album, c'est la première fois que les gens vont pouvoir écouter autant de musique de nous. Avant, nous n'avions sorti qu'un EP. On a hâte de le défendre en live, de se retrouver devant un public qui connaîtra déjà notre musique.

C'est surtout ça qui va changer. Parce que depuis quatre ou cinq ans, on vous croise régulièrement sur scène et les retours sont globalement positifs. Est-ce cette envie de sortir le disque qui vous a poussé vers l'avant pendant tout ce temps ?

Victor : Le live nous a longtemps portés. Le fait de jouer à l'international a aussi été super motivant. Or après un moment, il n'y avait toujours qu'un seul titre qui était sorti. Nous avions alors deux options : soit se concentrer sur le studio, ce qui était un travail très long car tous nos titres étaient orientés vers le live et nous devions donc les revoir, soit nous levions le pied. On s'est pris la tête pour savoir qui on voulait être en studio et ce que l'on voulait faire. Ça nous a pris presque un an pour réaliser l'EP qui est sorti en mai, car on a planché dessus comme si c'était un album.

Vous avez commencé votre groupe alors que vous étiez encore au lycée, vous avez eu du succès rapidement. Vous êtes encore tous très jeunes. Comment votre entourage a-t-il réagi lorsque vous avez décidé de vous lancer dans cette carrière musicale ?

Guillaume : Oui, il y a des risques. Pour les parents, ce n'est pas forcément facile. Mais nous ne nous sommes jamais posé la question de savoir si nous voulions en faire un métier. Ça s'est fait petit à petit. Au début c'était un hobby, puis c'est devenu notre métier. Ça fait maintenant trois ans qu'on en vit. C'est donc plutôt bien accepté, d'autant que les retours, après les lives, l'EP, et même les premiers retours à l'écoute de l'album sont plutôt positifs. Du coup, notre entourage comprend mieux pourquoi on travaille autant, et ils voient que ça porte ses fruits.

Victor : C'est drôle de constater qu'autour de nous, dans notre famille ou nos amis, il y a beaucoup d'a priori sur ce métier, ce milieu, le fait d'être artiste. On s'entend dire qu'on fait la fête tout le temps, ou qu'on devrait avoir peur de se retrouver dans la précarité. Au final, on a réussi à rassurer tout le monde. On tient dans la durée. Ma mère me disait : "Je te lâcherai les baskets quand tu arriveras à être indépendant financièrement". Ça fait deux ans que je ne lui demande plus d'argent pour m'acheter une nouvelle paire de Nike. (rires)

Vous avez en live franchi les étapes très vite. Cigale, les transmusicales, l'Olympia, le Zénith de Paris... Abordez-vous ces scènes de la même manière, ou voyez-vous cela comme des étapes dans une carrière ?

Victor : Dans l'histoire du groupe, on a vécu une longue période d'insouciance. Ce qui nous arrivait n'était pas programmé, et nous ne l'avions pas longtemps désiré. On prenait ça comme ça tombait. Pour les Transmusicales de Rennes, on était candide. On ne se rendait absolument pas compte qu'on allait jouer au Parc Expo.

Guillaume : Oui, tout nous tombait dessus alors que nous n'avions enregistré qu'un single. On était content, on était pris dans une forme non de cercle vicieux mais de tourbillon vertueux.

Victor : On n’hallucinait pas, alors que nous aurions dû. Ensuite, ça a été la grosse descente parce que les gens nous demandaient autre chose, un album. Tout à coup, nous n'avions plus de date, c'est pour cela que nous nous sommes enfermés pour travailler l'EP à fond pendant un an.

Guillaume : On a grandi dans notre façon de composer. Ce n'est plus aussi jeune que les premiers titres. On est jeune, mais pas un jeune groupe. On a six ans de vécu derrière nous.

Victor : "My mind is old", c'est un peu ça. C'est une référence au rappeur américain Mobb Deep qui raconte qu'il a fait de la prison et qui chante "I'm only nineteen but my mind is old". On a en plus des caractères perfectionnistes qui nous poussent à aller plus loin.

Sur Swell, les chansons sont-elles justement un moyen de montrer vos références, d'où vous venez, ou un moyen d'affirmer votre propre son ?

Guillaume : Les chansons sont jeunes, elles ont deux ans maximum. Seule Sign est plus vieille. On a composé en même temps que l'EP. Nous n'avons pas cherché à retranscrire le live en studio. Ce sont des choses différentes.

Victor : Il y a quatre ou cinq ans, les gens n’appréciaient pas nos productions live en studio. On ne le comprenait pas. On se disait "pourtant ça fonctionne bien sur scène". On se demandait ce qui se passait. En studio, il y a beaucoup de doublages d'instruments, de la trompette... Ensuite, on simplifiera en live.

Guillaume : Sur l'album, on a voulu privilégier l'humain, quitte à préserver des prises un peu bancales plutôt que les recaler avec des logiciels.

Victor : On voulait un album vivant. La force du groupe, c'est de ne pas s'être rencontré alors qu'on aimait tous la même musique, on ressent donc des influences très diversifiées. La vraie ambition était de créer une patte. On verra maintenant comment le public réagit.

Guillaume : On ne s'est jamais dit : "On voudrait que tel morceau rappelle tel artiste ou telle chanson".

Victor : On prend d'ailleurs mal les critiques qui disent "les Pops, c'est vachement bien. Ça ressemble à Machin". On cherche à avoir notre son. On entend forcément des choses, mais on ne cherche pas à ressembler à un autre groupe. Et aussi on essaie de garder ce côté humain.

Comment s'est passée l'approche des maisons de disques puisque vous deviez être chassés ?

Guillaume : On a eu des touches avec divers labels. Des majors comme des petits. Très tôt. Il y a eu des choses qui n'ont pas abouti. Et finalement on a signé sur un tout jeune label, ZRP, dont nous sommes la première signature. On est très bien avec eux.

Victor : Si on avait un conseil à donner aux jeunes groupes, c'est de ne pas écouter le chant des sirènes. De prendre son temps, de continuer à se concentrer sur la scène dans un premier temps. Et de bien affiner ses compos.

Guillaume : Notre label semble prendre autant de plaisir que nous sur la musique. Ils nous laissent prendre nos propres choix artistiques, ils nous font confiance.

Victor : Le plus dur aujourd'hui semble être de rester dans une démarche artistique, de ne pas se faire happer par les aspects business du métier. Comme l'industrie du disque est en train de se transformer, on demande aujourd'hui à un artiste de savoir ce qu'est la production, la promotion, la distribution... mais aussi de garder ses valeurs et son authenticité.

Vos bonnes et les mauvaises surprises durant ces années avant de sortir le disque ?

Victor : En mauvaises surprises, d'avoir cru tout ce que différents labels nous ont fait miroiter durant des années alors que nous étions encore candides. Ils sont tous dans un jeu de séduction alors qu'ils ne souhaitaient pas forcément nous signer. Ils assurent éventuellement le truc. Il y a eu des retours de bâton qui ont été durs. C'est ainsi qu'on a appris à se reconcentrer sur notre musique.

Guillaume : Et la meilleure surprise, ça a été la rencontre avec notre label actuel, ZRP, qui est vraiment à notre écoute.

Retrouvez The Popopopops
en Froggy's Session
pour 2 titres en cliquant ici !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

The Popopopops parmi une sélection de singles (juin 2012)
La chronique de l'album A Quick Remedy EP de The Popopopops
La chronique de l'album Swell de The Popopopops
The Popopopops en concert au Festival Les Transmusicales 2008 (Jeudi)
The Popopopops en concert au Festival Les Inrocks tck tck tck 2009 (samedi 7)
The Popopopops en concert au Festival Art Rock 2013 - vendredi, samedi et dimanche

En savoir plus :
Le site officiel de The Popopopops
Le Myspace de The Popopopops
Le Facebook de The Popopopops

Crédits photos : Thomy Keat (Toute la série sur Taste of Indie)

Merci au Bar La Planète Mars pour son accueil


Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

The Popopopops (12 mars 2013)


# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec la captation de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquillité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=