Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Prix Martin
Théâtre National de l'Odoén  (Paris)  mars 2013

Comédie de Eugène Labiche, mise en scène Peter Stein, avec Jean-Damien Barbin, Rosa Bursztein, Julien Campani, Pedro Casablanc, Christine Citti, Manon Combes, Dimitri Radochevitch, Laurent Stocker et Jacques Weber.

Le spectateur habitué aux vaudevilles vibrionnants de Labiche risque d'être décontenancé par le train de sénateur emprunté par "Le Prix Martin" dans la mise en scène de Peter Stein. Contre-sens, contre-pied ou analyse judicieuse ?

Peter Stein, 75 ans, est un metteur en scène de la "vieille école" pour qui tout procède du texte et pour lequel le metteur est un directeur d'acteur : "Je n'ai pas d'idées, pas de vision. Je ne suis pas un actif créatif mais récréatif. Un interprète".

En conséquence, d'une part, avec son conseiller dramaturgique, l'écrivain, universitaire et metteur en scène Jean Jourdheuil, il s'appuie sur le registre choisi par Labiche, celui de la comédie de moeurs, ce dernier qualifiant lui-même cet opus tardif non de vaudeville mais de comédie, "qui marquerait une évolution du Labiche considéré comme une simple distraction bourgeoise à un Labiche charriant une humanité étrange", pour privilégier, dans cette partition féroce, le comique burlesque à la folie comique qui actionne un ressort dramatique différent.

D'autre part, sa mise en scène ressortit au théâtre d'acteurs qui place l'acteur au coeur de la représentation théâtrale avec, en l'espèce, une distribution épatante pour porter une partition au subtil caractère jubilatoire qui fustige certes l'hypocrisie bourgeoise et la petitesse d'esprit généralisée, thématiques récurrentes de Labiche, mais se répand également en misanthropie sabrant sans exclusive les habitants de "la vieille Europe, flasque et sans énergie", les rastaquouères et les femmes présentées comme des luronnes.

"Le Prix Martin" commence et finit par une partie de besigue - un beau jeu attachant, qui n’absorbe pas et permet de tuer agréablement le temps - entre deux amis parvenus à l'automne de leur vie et à la quiétude des sens qui n'aspirent plus qu'à la tranquillité.

Entre les deux, cette amitié subit un tragique coup du sort - qui va également être le révélateur de son caractère passionnel - quand le cousin guatémaltèque de Ferdinand Martin, petit-bourgeois rentier, qui forme avec son ami Agénor Montgommier, qui a "porté l'épaulette", et son épouse un paisible ménage à trois, lui révèle son infortune conjugale et l'incite à venger l'honneur de la famille en éliminant le coupable.

Le bonhomme, plus chagriné par la trahison de son ami que l'infidélité de sa femme, est acculé à organiser un voyage en Suisse qui donnerait l'occasion d'un providentiel accident de montagne.

Mais, à instar d'une chanson des années 30,"avoir un bon copain, voilà c´qui y a d´meilleur au monde, oui, car, un bon copain c´est plus fidèle qu´une blonde, unis main dans la main, à chaque seconde, on rit de ses chagrins quand on possède un bon copain" et l'amitié, empreinte d'une affection proche de l'homosexualité latente, subliminale voire refoulée, triomphera pour sceller une vraie vie de couple.

Ce couple qui vit sous les bons services d'un frère de lait énamouré réduit au rôle de valet, dont Jean-Damien Barbin fait une composition savoureuse, est campé par deux figures "hénaurmes" qui donnent la pleine mesure de leur talent flirtant toujours sans y verser avec le numéro d'acteur.

Le colossal Jacques Weber, avec son énorme perruque crêpue qui lui donne un faux air de Dumas, retrouve le plaisir du jeu sans "faire du Weber" dans le rôle du bourgeois ridicule et de l'ami offensé et forme avec Laurent Stocker, petit gabarit époustouflant en "petit vieux qui sent la pommade" ami empreint de gratitude et tenaillé par le remords, las de l'emploi d'amant de service, un duo comique fonctionnant sur le mode clownesque.

Autour d'eux, dans un décor du scénographe Ferdinand Woegerbauer peu inspiré et à l'insipidité anachronique par rapport aux costumes d'époque confectionnés par Anne Maria Heinreich, tous son au taquet : Pedro Casablanc, pittoresque cousin guatémaltèque à la Dali, Dimitri Radochevitch le médecin, et Julien Campani en jeune marié lymphatique.

Pour la gent féminine à qui incombe la tâche d'incarner les femmes peintes comme des luronnes par Labiche, Christine Citti joue parfaitement l'épouse rouée en demande de satisfaction des sens et Rosa Bursztein la jeune mariée insatiable et, mention spéciale à Manon Combes pétulante dans le rôle de la fille d'auberge suisse et idiote à qui l'esprit vient en jouant aux cartes, excellente dans l'emploi de soubrette et remarquée dans chaque rôle depuis sa sortie du CNSAD.

Quant à la nature du Prix Martin, le spectateur devra patienter jusqu'au dernier acte pour voir sa curiosité satisfaite.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 20 septembre 2020 : Orages ...ô des...espoirs !

Ce bel été indien se termine sur des orages, du tonnerre et des inondations terribles. Décidément 2020 ne nous épargne rien. Dans l'espoir de jours meilleurs et se faire plaisir au milieu de tout cela, voici notre sélection culturelle de la semaine.

Du côté de la musique :

"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses
et toujours :
"Transience of life" de Elysian Fields
"Cerna vez" de Thomas Bel
"Bandit bandit" de Bandit Bandit
"Twins" de Collectif La Boutique
"Run run run (hommage à Lou Reed" de Emily Loizeau
Emily Loizeau en concert au CentQuatre
"Papillon blanc" de Gabriel Tur
"Dix chansons naturelles et sauvages" de Hugo Chastanet
"Both sides" le spectacle de Jeanne Added au CentQuatre

Au théâtre :

les nouveautés :
"Aux éclats..." au Théâtre de la Bastille
"Onéguine" au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis
"Surprise parti" au Théâtre de la Reine Blanche
"Mademoiselle Else" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Killing Robots" au Théâtre Paris-Villette
les reprises :
"Marie des Poules" au Théâtre du Petit Montparnasse
"Hector Obalk - Toute l'Histoire de la peinture en moins de deux heures" au Théâtre de l'Atelier
"Trinidad - Pour que tu t'aimes encore" au Studio Hébertot
"Carla Bianchi - Migrando" à la Nouvelle Seine
"Jos Jouben - L'Art du rire" à La Scala
"Mudith Monroevitz" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec "Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris
la dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - La collection de Madame" au Musée du Quai Branly
et toujours :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Ailleurs" de Gints Zilbalodis
at home :
"Caramel" de Nadine Labaki
"Tomboy" de Céline Sciamma
"Peur" de Danielle Arbid
"La Cour de Babel" de Julie Bertucelli
"La Bataille de Solférino" de Justine Triet

Lecture avec :

clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi

"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel
et toujours :
"Apeirogon" de Colum McCann
"Ce lien entre nous" de David Joy
"Dans la vallée du soleil" de Andy Davidson et "Les dynamiteurs" de Benjamin Whitmer
"Ensemble, on aboie en silence" de Gringe
"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz
"Mes fous" de Jean-Pierre Martin et "Et si on arrêtait de faire semblant" de Jonathan Franzen

Froggeek's Delight :

"A short hike" sur Windows, Mac, Linux, Switch

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=