Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Erik Truffaz Quartet - Bazz Phaz
L'Aéronef  (Lille)  jeudi 28 mars 2013

Ces mots, à l’instant où je les dépose, je me languis de connaître la note qui sera gravée sur le cuivre du carnet de bord du musicien. Erik Truffaz. Le 28 mars 2013. A l’Aéronef. Bientôt le trompettiste se remémorera la salle lilloise. Il écrira - qui sait ? - l’émotion du son, rétines et pupilles, le piquant du Nord sur les pistons, les va-et-vient habituels de mousses au devant de la scène.

Ces mots, avant que je les libère, je vagabondais. Et, alors que je pesais le pour et le contre de mes pensées, tout en feuilletant les pages de l’artiste, je tombai nez à nez avec le journal de bord que tient le musicien. A chaque concert, son petit commentaire aigre ou doux. Je le dévorai littéralement. Était-ce le goût de la curiosité ? Des mots simples mais vrais ? Des émotions prises sur le vif ? J’aime ces dons que font les artistes, même avec autant d’années en arrière, autant de duos exceptionnels, autant de lieux traversés. Précieuses traces écrites données à coeur ouvert.

Ces mots, lus, je me demandais comment j’allais modeler les miens. Rester vrai toujours. Et puis, je me suis souvenue, que pour réconforter l’estomac malade de mon ami photographe, je lui dessinerai une trompette. Et là, je me grattais les neurones en pensant très fort au Petit Prince. Dessine moi la trompette de Erik Truffaz Quartet...

Sa trompette, il la bichonne comme sa pupille musicale.

Les musiciens s’installent sur la scène : Marcello Giuliani à la basse, Marc Erbetta à la batterie, Benoît Corboz au clavier - au passage, monumental ingénieur de son du quartet. Le quatrième homme, Erik Truffaz, apparaît, valise à la main, élégamment vêtu, un chapeau à jamais vissé sur la tête. Venait-il de sauter hors du train ? Il fait cliqueter les verrous. La coque s’ouvre. Elle est là, brillante, dans son écrin.

Sa trompette, si je lis bien entre les lignes, il ne la quitte plus depuis 2010.

Un soir de décembre froid à Zurich, ces lèvres rencontraient la ligne Inderbinen. Leur précision, leur vibration le possédaient. Il faut dire que, dans son atelier suisse, Thomas Inderbinen façonne ses trompettes avec une précision d’orfèvre. Il accomplit un travail titanesque : des heures entières, au marteau, pour dessiner la courbure du pavillon et donner cette possibilité de produire le son rêvé.

Sa trompette, il la pare de bijoux qui sembleront rocambolesques pour les puristes de jazz.

Quand Miles Davis explora la mixité acoustique-electrique, ajoutant des pédales wa-wa, certains pensèrent qu’il vendait son âme de jazz-man. Mais il était surtout possédé par le jazz et les richesses que l’ouverture musicale pouvaient lui apporter. Le jazz-rock, jazz-fusion était né. A l’image de ce "dieu de la trompette", Erik Truffaz aime, certes, le son juste mais aussi les effets qui lui tordent le cou, le dispersent, le cisaillent, l’explosent, le transforment. Le paysage de ces compositions en est d’autant plus fleuri : planant, atmosphérique, organique. Cette voie, il l’explore depuis 2003 avec The walk of the giant turtle, album-pivot marqué par ses choix de compositions clairement rock.

Sa trompette, il la sublime dans un ensemble virtuose.

Ses trois musiciens développent autour de son jeu un accompagnement terriblement vibrant. Et, voguant sur une rythmique drum & bass déchaînée, soulignée par un clavier frénétique, Erik Truffaz développe ses phrasés tout en longueur, tout en lenteur, poétique. Son dernier album, El tiempo de la revoluciòn, paraît être un voyage. C’est, l’explique-t-il, un regard sur les moments de révolution qui se succèdent tout au long de la vie.

Avant ces mots, avant ce concert, je ne connaissais rien du groupe Erik Truffaz Quartet. Quelques bribes. Pourtant le jazz dans la peau, je me cachais pudiquement derrière mon voile Miles Davis-sien. Qui mieux que Miles pourrait offrir l’extase jazz à la trompette, voyons ? Il aura fallu ce concert. Etonnant. Dès le premier morceau, je suis devenue béate d’admiration, emportée dans l’univers Truffaz-ien. Je me suis plongée dans la justesse des compositions, l’ouverture et la richesse musicale, la générosité du travail... pour retrouver cette extase jazz.

En première partie du concert, le groupe lillois Bazz Phaz. Mélangeant jazz et hip-hop, le groupe dégage une énergie communicante. Contraste avec un public assis. Le groupe soupçonne d’avoir été choisi pour leur nom en "azz". Rires. Contraste avec Erik Truffaz ? Pas tant que ça ! Du reste, des musiciens et une plume de qualité donnent à penser que l’affaire est à suivre...

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album El Tiempo de la Revolución de Erik Truffaz Quartet
Erik Truffaz Quartet en concert à L'Aéronef (vendredi 8 mars 2019)
L'interview de Erik Truffaz Quartet (27 septembre 2012)

En savoir plus :
Le site officiel de Erik Truffaz Quartet
Le Myspace de Erik Truffaz Quartet
Le Facebook de Erik Truffaz Quartet
Le Myspace de Bazz Phaz
Le Facebook de Bazz Phaz

Crédits photos : Thomy Keat (Toute la série sur Taste of Indie)


Rachel Debrincat         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Erik Truffaz Quartet et Anna Aaron (27 septembre 2012)


# 15 septembre 2019 : Life in Vain

Cette semaine Daniel Johnston nous a quitté, mais aussi Philippe Pascal de Marquis de Sade. Merci à eux pour tout ce qu'ils ont apporté à la musique mondiale pour l'un et hexagonale pour l'autre.
Pour ce qui est du reste de l'actualité culturelle de la semaine, c'est parti pour le sommaire :

Du côté de la musique :

"Schlagenheim" de Black Midi
"Tokyo dreams" de Dpt Store
"Terry Riley : Sun rising" de Kronos Quartet
"Diabolique" de l'Epée
"Mer(s) : Elgar, Chausson & Joncières" de Marie-Nicole Lemieux
"Like in 1968" de Moddi
"Voodoo queen" de One Rusty Band
"Moon" de Violet Arnold
et toujours :
"L'horizon" de Manu
"Twelve nudes" de Ezra Furman
"Spleen 1" de Fleur du Mal, chronique assortie d'un entretien
Rencontre avec Le Flegmatic autour de son nouvel album "Ruine nouvelles" Le Flegmatic
"Echoplain Ep" de Echoplain
"Michel on my mind - Tribute to Michel Petrucciani" de Laurent Coulondre

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Pompiers" au Théâtre du Rond-Point
"La Vie de Galilée" à La Scala
"Suite française" au Théâtre La Bruyère
"The ways she dies" au Théâtre de la Bastille
"La Fin de l'Homme rouge" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Pour un oui ou pour un non" à la Manufacture des Abbesses
"Louise au parapluie" au Théâtre du Petit Gymnase
"La Réunification des deux Corées" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Ecoutez leur silence" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Les Naufragés" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Vive Bouchon !" au Théâtre du Splendid
"Marie-Antoinette" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Tempête en juin" au Théâtre La Bruyère
"Aux rats des paquerettes" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Pas vue, Ni connue" au Théâtre Essaion
des reprises
"L'homme à tête de chou" au Théâtre du Rond-Point
"Fables" au Studio Hébertot
"Le Défunt" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Dom Juan ou les limbes de la mémoire" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Une leçon d'Histoire de France - De l'An mil à Jeanne d'Arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France - De 1515 au Roi-Soleil " au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Karine Dubernet - Souris pas !" au Point Virgule
"Sandra Colombo - Instagrammable et cervelée" à la Comédie des Trois Bornes
"Marion Mezadorian - Pépites" à la Nouvelle Seine
"Carla Bianchi -Migrando" à la Nouvelle Seine
"Giorgia Sinicorni - Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et la chronique des spectacles à l'affiche en septembre

Expositions avec :

"Le Monde selon Roger Ballen" à la Halle Saint-Pierre

Cinéma avec :

"Les Fleurs amères" de Olivier Meys
Oldies but Goodies avec "Les Idoles" de Marc'O
et la chronique des films à l'affiche en septembre

Lecture avec :

"Ici seulement nous sommes uniques" de Christine Avel
"Les altruistes" de Andrew Ridker
"Les yeux fumés" de Nathalie Sauvagnac
"Un autre tambour" de William Melvin Kelley
"Un mariage américain" de Tayari Jones
"Week end à New York" de Benjamin Markovits
et toujours :
"Autoportrait d'une vie heureuse" de Ingo Schulze
"Conversations entre amis" de Sally Rooney
"Le dernier grenadier du monde" de Bakhtiar Ali
"Le siècle des dictateurs" Sous la direction d'Olivier Guez
"Les opérations extraordinaires de la seconde guerre mondiale" de Claude Quétel
"Les réfugiés" de Viet Thanh Nguyen

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=