Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Erik Truffaz Quartet - Bazz Phaz
L'Aéronef  (Lille)  jeudi 28 mars 2013

Ces mots, à l’instant où je les dépose, je me languis de connaître la note qui sera gravée sur le cuivre du carnet de bord du musicien. Erik Truffaz. Le 28 mars 2013. A l’Aéronef. Bientôt le trompettiste se remémorera la salle lilloise. Il écrira - qui sait ? - l’émotion du son, rétines et pupilles, le piquant du Nord sur les pistons, les va-et-vient habituels de mousses au devant de la scène.

Ces mots, avant que je les libère, je vagabondais. Et, alors que je pesais le pour et le contre de mes pensées, tout en feuilletant les pages de l’artiste, je tombai nez à nez avec le journal de bord que tient le musicien. A chaque concert, son petit commentaire aigre ou doux. Je le dévorai littéralement. Était-ce le goût de la curiosité ? Des mots simples mais vrais ? Des émotions prises sur le vif ? J’aime ces dons que font les artistes, même avec autant d’années en arrière, autant de duos exceptionnels, autant de lieux traversés. Précieuses traces écrites données à coeur ouvert.

Ces mots, lus, je me demandais comment j’allais modeler les miens. Rester vrai toujours. Et puis, je me suis souvenue, que pour réconforter l’estomac malade de mon ami photographe, je lui dessinerai une trompette. Et là, je me grattais les neurones en pensant très fort au Petit Prince. Dessine moi la trompette de Erik Truffaz Quartet...

Sa trompette, il la bichonne comme sa pupille musicale.

Les musiciens s’installent sur la scène : Marcello Giuliani à la basse, Marc Erbetta à la batterie, Benoît Corboz au clavier - au passage, monumental ingénieur de son du quartet. Le quatrième homme, Erik Truffaz, apparaît, valise à la main, élégamment vêtu, un chapeau à jamais vissé sur la tête. Venait-il de sauter hors du train ? Il fait cliqueter les verrous. La coque s’ouvre. Elle est là, brillante, dans son écrin.

Sa trompette, si je lis bien entre les lignes, il ne la quitte plus depuis 2010.

Un soir de décembre froid à Zurich, ces lèvres rencontraient la ligne Inderbinen. Leur précision, leur vibration le possédaient. Il faut dire que, dans son atelier suisse, Thomas Inderbinen façonne ses trompettes avec une précision d’orfèvre. Il accomplit un travail titanesque : des heures entières, au marteau, pour dessiner la courbure du pavillon et donner cette possibilité de produire le son rêvé.

Sa trompette, il la pare de bijoux qui sembleront rocambolesques pour les puristes de jazz.

Quand Miles Davis explora la mixité acoustique-electrique, ajoutant des pédales wa-wa, certains pensèrent qu’il vendait son âme de jazz-man. Mais il était surtout possédé par le jazz et les richesses que l’ouverture musicale pouvaient lui apporter. Le jazz-rock, jazz-fusion était né. A l’image de ce "dieu de la trompette", Erik Truffaz aime, certes, le son juste mais aussi les effets qui lui tordent le cou, le dispersent, le cisaillent, l’explosent, le transforment. Le paysage de ces compositions en est d’autant plus fleuri : planant, atmosphérique, organique. Cette voie, il l’explore depuis 2003 avec The walk of the giant turtle, album-pivot marqué par ses choix de compositions clairement rock.

Sa trompette, il la sublime dans un ensemble virtuose.

Ses trois musiciens développent autour de son jeu un accompagnement terriblement vibrant. Et, voguant sur une rythmique drum & bass déchaînée, soulignée par un clavier frénétique, Erik Truffaz développe ses phrasés tout en longueur, tout en lenteur, poétique. Son dernier album, El tiempo de la revoluciòn, paraît être un voyage. C’est, l’explique-t-il, un regard sur les moments de révolution qui se succèdent tout au long de la vie.

Avant ces mots, avant ce concert, je ne connaissais rien du groupe Erik Truffaz Quartet. Quelques bribes. Pourtant le jazz dans la peau, je me cachais pudiquement derrière mon voile Miles Davis-sien. Qui mieux que Miles pourrait offrir l’extase jazz à la trompette, voyons ? Il aura fallu ce concert. Etonnant. Dès le premier morceau, je suis devenue béate d’admiration, emportée dans l’univers Truffaz-ien. Je me suis plongée dans la justesse des compositions, l’ouverture et la richesse musicale, la générosité du travail... pour retrouver cette extase jazz.

En première partie du concert, le groupe lillois Bazz Phaz. Mélangeant jazz et hip-hop, le groupe dégage une énergie communicante. Contraste avec un public assis. Le groupe soupçonne d’avoir été choisi pour leur nom en "azz". Rires. Contraste avec Erik Truffaz ? Pas tant que ça ! Du reste, des musiciens et une plume de qualité donnent à penser que l’affaire est à suivre...

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album El Tiempo de la Revolución de Erik Truffaz Quartet
L'interview de Erik Truffaz Quartet (27 septembre 2012)

En savoir plus :
Le site officiel de Erik Truffaz Quartet
Le Myspace de Erik Truffaz Quartet
Le Facebook de Erik Truffaz Quartet
Le Myspace de Bazz Phaz
Le Facebook de Bazz Phaz

Crédits photos : Thomy Keat (Toute la série sur Taste of Indie)


Rachel Debrincat         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Erik Truffaz Quartet et Anna Aaron (27 septembre 2012)


# 17 septembre 2017 : A quelques pas de l'automne

Les compagnies de théâtres sont toutes rentrées d'Avignon, les Festivals de musique se raréfient, les jours raccourcissent et on va bientôt passer à l'heure d'hiver. Au milieu de tout cela, voici de quoi aiguiser, comme chaque semaine votre curiosité et oublier les tracas du quotidien.

Du côté de la musique :

"Bury the hatchet" de Jay Jay Johanson que nous avons rencontré cet été pour un nouvel entretien avec notre chouchou suédois
"La nébuleuse" de Lisa Portelli
"Crescent hôtel" de Antoine Bataille
"Circle songs" de Francesco Tristano
"Settlement" de Lodz
"Incorporée EP" de Mina Sang
"Juchu ! EP" de Odds & Ends
"Massage" de The Cats Never Sleep
"The source" de Tony Allen
"Welcome Oxygen" de Will Samson
Présentation du festival Nancy Jazz Pulsation
et toujours :
"Hippopotamus" de Sparks
"Tchaikovski : String quartet N°1, souvenir de Florence" de Novus String Quartet
"Devil on TV" de Balkun Brothers
"Agitato charismatic" de Dissonant Nation
"Armor" de Emmanuel Tugny
"The end of everything EP" de The Off-Keys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Marco Polo et l'Hirondelle du Khan" au Théâtre La Bruyère
"Et Swan s'inclina poliment" au Théâtre de Belleville
"Amphitryon" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Au but" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Terre Sainte" au Théâtre de l'Opprimé
"La gentillesse" au Théâtre Paris-Villette
"Tristesse Animal noir" au Théâtre L'Atalante
"You-You" au Studio Hébertot
"Bovary" à la Maison ds Métallos
"La Huchette en liberté" au Quartier Latin
"Ecrits d’Art Brut à voix haute" au Centre Culturel Suisse
les reprises :
"Grande" au Centquatre
"La logique des femmes" au Théâtre Les Feux de la Rampe
"Arrête ton char Ben-Hur !" au Théâtre de Dix Heures
"Elodie Poux - Le syndrome du Playmobil" au Théâtre Apollo
"Guillaume Bats - Hors Cadre !" à la Comédie des Boulevards
"Karine Lyachenko - Rebelle(s)" au Théâtre du Marais
"Passage en revue" au Théâtre Les Feux de la Rampe
"Laura Laune - Le diable est une gentille petite fille" au Petit Palais des Glaces
et les autres spectacles de septembre

Expositions :

"Caro/Jeunet" à la Halle Saint Pierre
dernière ligne droite pour "Costumes espagnols - Entre ombre et lumière" à la Maison de Victor Hugo,
et les autres spectacles de septembre

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Faute d'amour" de Andreï Zviaguintsev
"Nos années folles" de André Téchiné
"A ciambra" de Jonas Carpignano
"Kidnap" de Luis Prieto en E-cinema
Ciné en bref avec :
"Otez-moi d'un doute" de Carine Tardieu
"Le prix du succès" de Teddy Lussi-Modeste
"Seven Sisters" de Tommy Wirkola
"Bonne pomme" de Florence Quentin
"Barbara" de Mathieu Amalric
les chroniques des autres sorties de septembre
et les chroniques des sorties d'août

Lecture avec :

"Ecrire liberté, à l'école des migrants" de Lauriane Clément
"Et soudain la liberté" de Evelyne Pisier & Caroline Laurent
"Les primates de Park Avenue" de Wednesday Martin
"Théâtre des dieux" de Matt Suddain
et toujours :
"Gaston Lagaffe : La galerie des gaffes" en hommage à André Franquin
"Hillbilly elégie" de J.D. Vance
"Il nous reste que la violence" de Eric Lange
"La mythologie Viking" de Neil Gaiman
"Mon étincelle" de Ali Zamir
"Pourquoi les oiseaux meurts" de Victor Pouchet

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=