Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Une jeunesse Amoureuse
François Callat  avril 2013

Réalisé par François Callat. France. Autobiographie. 1h45. (Sortie 3 avril 2013).

Désormais le cinéma du "je" a obtenu ses lettres de noblesse et ce n'est pas qu'un hasard si "Jaurès"" de Vincent Dieutre sort en DVD la semaine où sort en salles "Une jeunesse Amoureuse" de François Caillat.

Si Vincent Dieutre parle de sa "plus belle histoire d'amour", François Caillat fait le récit de sa longue jeunesse amoureuse. Tout démarre à l'aube des années soixante-dix, quelque part dans le quartier tranquille de Passy, à quelques pas du métro aérien, là où Brando dérivait dans "Le Dernier Tango à Paris".

Mais si le récit commence presque synchro avec le film de Bernardo Bertolucci, c'est à Patrick Modiano que l'on pense quand François Caillat se remémore sa première histoire d'amour. Il est tout jeune, la concierge est encore dans l'escalier et les jeunes filles ne reçoivent pas les jeunes gens romantiques dans leurs chambres d'étudiantes... Alors, on parle des heures sur le seuil de l'entrée, dans l'escalier ou sur un banc de parcs.

On marche beaucoup et on s'aime trop tôt et trop fort d'un amour éternel... qui quarante ans après n'est déjà plus qu'un lointain souvenir ponctué de photos aux couleurs passées, de cartes postales où l'encre a séché. Caillat filme les lieux de ses premières amours, les endroits qu'il fréquentait en préparant son agrégation de philo, lit les mots échangés.

Et bien vite, les histoires s'enchaînent, les jeunes filles entrent et sortent de sa vie. Il emménage et déménage, voyage, aime et déprime. Beau garçon aux cheveux longs, charmant, intelligent, doté d'un regard profond et d'une voix douce, François Caillat attire les jeunes femmes qui ont envie d'aimer, de vivre - à leurs risques et périls - une "grande histoire d'amour".

Dans "Une jeunesse Amoureuse", un homme dans la soixantaine regarde un jeune homme à la vie romanesque, presque étonné de parler de lui-même.

À Modiano Patrick succède Perec Georges. C'est en effet à un minutieux travail de reconstitution du mode d'emploi d'une vie que convie François Caillat. Archiviste de lui-même, il fournit un impressionnant dossier sur ce qu'il fut. Que de lettres ! Que de cartes postales ! Que de parcours dans Paris et ailleurs !

On part parfois au bout du monde, avec des images super-8 de l'Amérique en pleine effervescence hippie qui rappelle le cinéma des années 1970, les chansons de Simon et Garfunkel...

Et miracle du montage virtuose de Martine Bouquin, on ne sort pas épuisé de cette tentative d'englober exhaustivement tous les morceaux d'un puzzle dispersé par le temps. On ne sort pas non plus envieux ni jaloux de tout ce qu'a vécu François Caillat.

Au contraire, on pioche dans cette accumulation incroyable de quoi reconstituer son propre parcours, même si la route a été plus rectiligne et plus morne.

François Caillat aurait pu faire un livre de sa vie, il a préféré en faire un film et il a eu bien raison : "Une jeunesse Amoureuse" est un grand film personnel, une œuvre qui ouvre de multiples horizons et qui prouve qu'on peut faire un cinéma du "je" qui n'est pas nombriliste.

On peut prédire qu'" Une jeunesse Amoureuse" de François Caillat est un film qui marquera 2013 et qu'il ouvre un champ nouveau à l'autobiographie filmée.

 

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
"Qui croire " à la Comédie de Reims
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=