Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Versari
Ostinato  (T-Rec / Yotanka / Differ'Ant)  avril 2013

Pour son deuxième album, le trio Versari, emmené par Jean-Charles du même nom, délaisse les balades douces de son premier effort (Jour après Jour, 2007) et propose un rock hérissé, électrique, épidermique noir et sensuel, bancal comme les premiers Joy Division, élégant comme des Tindersticks en colère – et signe probablement l'un des meilleurs albums français de cette année 2013.

On pourrait croire reprendre l'histoire là où Les Hurleurs l'avaient laissée en 2002 avec l'impérial Blottie : un lenteur, une noirceur, une tension magnétique. Et la patte d'Adrian Utley (Portishead), revenu jouer quelques guitares et claviers mais aussi, pour la première fois, réalisé l'album. Ce ne serait pas totalement faux, mais ce serait passer à côté d'une dimension supplémentaire d'Ostinato : une certaine folie, obsessionnelle, brouillonne, qui lui donne une écriture bien plus directe, un son bien plus brut. Plus proche de Birthday Party et de la rencontre avec Blixa Bargeld que des derniers Bad Seeds et des projets avec Warren Ellis, sur l'échelle de Nick Cave.

Littéraire sans affectation ni tours de plume trop virtuoses pour être honnêtes, Ostinato est surtout un album existentialiste, où le désarroi est une présence tiède, où la vie, l'amour, la mort sentent la sueur, ont le souffle court de s'être trop cognés aux murs. Une faim, une envie. Un sentiment d'impossibilité perpétuelle. Un cri pour réclamer le silence, qui répond à d'autres cris réclamant le silence. Foule solitaire. Frayeur claustrophobe d'être enfermé en soi-même. S'anesthésier, s'assommer, s'oublier.

On sent derrière chaque titre, au-delà de la seule inspiration, déjà remarquable, la capacité du groupe à se mettre au service de ses compositions, abolissant un peu de la tentation du contrôle que l'on peut avoir dans le commerce de la musique, évitant sans effort le piège de se regarder jouer et toucher du doigt une évidence musicale. Jusqu'au cou empêtré dans sa propre musique, avec juste l'obstination de dire – et certainement est-ce de là qu'elle tire son authenticité, sa sève, sa vie, son génie, qui échappent totalement aux intentions de ses auteurs.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Versari dans la rubrique Ni Vus Ni Connus
Versari en concert au Nouveau Casino (27 septembre 2005)

En savoir plus :
Le site officiel de Versari
Le Bandcamp de Versari
Le Facebook de Versari


Cédric Chort         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=