Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le grand ordinaire
Jeremy Chambers  (Editions Grasset)  janvier 2013

Il est des titres de roman dont parfois on cherche le sens bien après les avoir terminés. Jeremy Chambers avec Le grand ordinaire m’a provoqué l’effet inverse. Une vie, un morceau de vie brute, une vie ordinaire, et pourtant le commun devient page après page l’universel, et c’est sans doute cela qui fait la force d’une œuvre réussie.

A travers les yeux de Smithy, nous découvrons la dure réalité de la vie au cœur des vignobles dans une bourgade de la région de Victoria, au sud-est de l’Australie. Le début de l’œuvre est déconcertante, j’avoue avoir eu une certaine difficulté à me laisser captiver, sans doute parce que l’emploi du présent crée une dimension descriptive, bien choisie pour traduire le rythme journalier, mais un peu rébarbative de prime abord. Nous suivons ces hommes dans leur labeur comme si l’on assistait à un documentaire, avec une foultitude de détails sur la manière de travailler la vigne, sur les rapports des anciens aux jeunes saisonniers, et puis soudain, quelques pages surprenantes dont les débuts n’ont pas été sans me rappeler le rêve familier de Verlaine : "Et je fais ce rêve, qui se répète toute les nuits, toujours le même, presque toujours le même" (page 36). Une femme, que Smithy tente de figer et qui l’obsède, Florrie, Florence, son ex-femme décédée d’un cancer et cette dimension onirique qui soudain tranche complètement avec la réalité masculine du monde de la terre.

Et vite on s’aperçoit que Smithy, narrateur du récit est différent des autres, il ne boit pas, ou tout du moins il ne boit plus, il constate simplement et abruptement les ravages de l’alcool, il comprend ces hommes qui noient leur fatigue au pub après une journée sous un soleil de plomb : "Un signe de tête par-ci par-là, les hommes restent debout, le verre à la main, les silences durent longtemps, c'est l'heure où l'on parle en gardant les lèvres closes". Car il fut l’un deux, il a passé même sa vie à boire, il est obligé par une grave maladie au régime sec et semble avoir trouvé dans cette contrainte une certaine sérénité.

Tout est décrit avec finesse, je dirais même avec splendeur et désillusion, car déjà on distingue en ces jeunes saisonniers, encore fringants et animés de désir, les rêves perdus à venir et les destins marqués par l’alcool et le manque d’horizon. L’auteur traduit subtilement cette fatalité, ce manque d’ouverture que la démesure des paysages australiens renforce et nourrit.

Et puis un événement vient bousculer la vie du narrateur, il accueille chez lui la jeune Charlotte, apeurée par l’imminente sortie de prison de son mari. Au cœur de cette maison habitée par le silence et l’absence, les deux personnages se racontent, au cœur du monde rugueux et dur des vignes éclatent la beauté sensuelle de la nature et la poésie des émotions humaines. Un roman doux amer sur le temps, ce temps qui passe sur nos vies et que l’on ne rattrape jamais : "Je ne me souviens presque pas de ma vie. Parce que je l’ai bue… on n’a qu’une seule chance dans la vie et j’ai déjà bousillé la mienne" (pages 116 et 117).

 

Carine Ferreira         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot

Classique, pop, rock, découvertes, artistes confirmés, comédies, drames, art moderne ou plus classique, romans et livres historiques, tout se cotoient encore dans cette nouvelle et riche édition de Froggy's Delight. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Contemporary" de Adélaide Ferrière
"Un moment musical chez les Schumann" de Cyrielle Golin & Antoine Mourias
Rencontre avec Cyril Adda, autour de on album "L'îlot" et de sa session live de 5 titres
"Beethoven : intégrale des sonates pour piano" de Fazil Say
"Happy mood !" de François Ripoche
"L'appel de la forêt" de Julien Gasc
"Satchidananda", nouveau et 11eme mix de Listen in Bed
"Song for" de Noé Huchard
"Amours, toujours !" de Smoking Joséphine
"Rêve d'un jour" de The Chocolatines
"The Bear and other stories" de The Fantasy Orchestra
"Saint Cloud" de Waxahatchee"
et toujours :
"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Transmission" au Théâtre Hébertot
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Satsang !" au Théâtre La Croisée des Chemins-Belleville
"Labiche Repetita" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Le Tour du théâtre en 80 minutes" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Dieu est mort. Et moi non plus j'me sens pas trop bien !" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Palais des Glaces
"Cabaret décadent - Revue Electrique n°25" au Cirque Electrique
"Les Amants de Varsovie" au Théâtre du Gymnase
les reprises :
"Dementia Praecox" au Théâtre Elizabeth Czerzuk
"Ruy Blas" au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis
"Dieu, Brando et moi" au Studio Hébertot
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Coeurs" au Musée de la Vie romantique
et la dernière ligne droite pour :
"Hans Hartung - La fabrique du geste" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

"Le Cas Richard Jewell" de Clint Eatswood
"L'Etat sauvage" de David Perrault
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Ada & Rosie" de Dorothée de Monfreid
"De rien ni de personne" de Dario Levantino
"La mémoire tyranique" de Horacio Castellanos Moya
"Santa muerte" de Ganino Iglesias
"Tout pour la patrie" de Martin Caparros
"Bon Rundstedt, le maréchal oublié" de Laurent Schang
et toujours :
"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=