Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Dears
No cities left  (V2 / Bella Union)  octobre 2004

Au mois de juillet dernier, un ami canadien m’a concocté une compilation incroyable, remplie de groupes aussi talentueux que Metric, Stars, Broken Social Scene ou encore Arcade Fire. Le genre de compil que j’aurais vu de préférence sur une cassette C-90, à écouter dans le walkman ou sur un radio cassette pourri dans la voiture.

Mais bon, le tout figurait sur un cd-r impersonnel. Ce cd a néanmoins été la bande son de mon été.

Le premier groupe qui figurait sur cette compile s’appelait The Dears. Le morceau, "We can have it" était une petite merveille de pop exaltée et exécutée avec une classe hors du commun. Vous imaginez mon état quand j’ai récupéré No Cities Left

Le livret précise que ce disque a été "écrit et réalisé" par Murray A. Lightburn, un garçon à la sensibilité exacerbée, qui a visiblement eu du mal à se remettre des disques des Smiths et de Morrisey.

La séance débute par "We can de have it". Sur l’introduction atmosphérique, la voix de Lightburn n’est pas sans rappeler celle de Damon Albarn, période The Great Escape. S’ensuit un fondu enchaîné sur des arpèges cristallins. Le tout se termine dans un symphonie pop baignée de cordes, de nappes d’orgues et de cuivres, sur lesquels Lightburn égrène ses paroles douces amères : "Jamais les choses ne seront comme on le veut vraiment".

"Who Are You Defender Of The Universe" rappelle encore la glorieuse époque de la Britpop, quelque part entre Blur et Pulp. Pour le moment, le scénario reste classique mais sans faille; le tout est exécuté avec brio. On se prend quand même à sourire quand on pense que ce disque célèbre à sa manière un genre vieux d’à peine dix ans : La Britpop.

"Lost in the plot" porte bien son titre, car dès les premières mesures, on pense sérieusement perdre le fil de l’histoire, tant on se croirait un album du Moz. Tout y est : la mélodie, implacable, et surtout la voix, d’un mimétisme bluffant. La fin du morceau est tout bonnement jouissive. Sur un air fédérateur en diable, Lightburn chante "J’ai promis de ne plus jamais pleurer;".

Sur "The Second part" on a l’impression que le groupe a convié Jarvis Cocker pour un petit rôle (de composition), tant la mélodie rappelle la pop lyrique des Britanniques.

"ExpectTthe Worse/Cos She Is A Tourist" est un titre épique, huit minutes de pop classieuse et racée… Entracte…

L’intro de "Pinned Together, Falling Apart" commence dans un maelstrom proche de Godspeed You Blak Emperor, pour se muer en un morceau de pop délicate. Le reste de la séance est sans surprise seul un soubresaut punk vient troubler l’apparente quiétude de "Never Destroy Us".

Alors que la fin du dernier morceau, "No cities left" approche, et que the end défile sur l’écran, on a un peu la même sensation que lorsque l’on ressort de Kill Bill de Tarantino : on ne peut s’empêcher de questionner son obsession pour les film de kung fu . Mais on se dit qu’après tout on a passé un bon moment et on est épaté par la maestria du cinéaste.

No Cities Left laisse un peu la même impression. En réfléchissant un peu, on se dit qu’il n’y avait pas que des choses mauvaises dans la Britpop. On repense alors à cette fameuse compil, sur une cassette C-90, dans la voiture d’un pote, on écume la côte bretonne au son de Blur, Pulp, Gene…

Et puis on se dit que l’on va chérir ce No Cities Left des Dears en souvenir du bon vieux temps….

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Gang of losers de The Dears
La chronique de l'album Degeneration Street de The Dears
The Dears en concert au Nouveau Casino (10 mai 2005)


Julien P.         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 1er juin 2020 : Retour à la réalité

Le monde d'après ne sera sans doute pas mieux que celui d'avant. Ces 2 mois de répit n'auront sans doute servi qu'à amplifier les frustrations en tout genre. Sans prétendre y remédier voic de quoi vous détendre un peu avec notre sélection culturelle de la semaine.

vous pouvez également revoir notre première émission "La mare aux grenouilles" sur la Froggy's TV. Suivez la chaine pour ne pas rater émissions et concerts en direct.

Du côté de la musique :

"Nunataq" de Alexandre Herer
"Vodou Alé" de Chouk Bwa & The Angstromers
"Wallsdown" de Enzo Carniel
Interview de Jo Wedin et Jean Felzine à l'occasion de leur concert sur la Froggy's TV
"Pictures of century" de Lane
"Lullaby (mix #15)" nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"Introssessions" de Minhsai
"Guinea music all stars" de Moh! Kouyaté
"Parcelle brillante" de Orwell
"Evocacion" de Quatuor Eclisses
"Is this natural" de Tazieff
"EP 2" de The Reed Conservation Society
et toujours :
Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

les créations contemporaines :
"Le Mardi à Monoprix" de Emmanuel Darley
"Lucide" de Rafael Spregelburd
"Le Royaume des animaux" de Roland Schimmelpfennig
"Délivre-toi de mes désirs" de María Velasco
"L'étudiante et Monsieur Henri" de Yvan Calbérac
de la comédie signée Pierre Palmade:
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Pièce montée" de Pierre Palmade
"10 ans de mariage" de Alil Vardar
Au Théâtre ce soir :
"On dînera au lit" de Marc Camoletti
"Le canard à l'orange" de William Douglas Home
"L'Or et la Paille" de Barillet et Grédy
les classiques par la Comédie française :
"L'Avare" de Molière
"Les Rustres" de Goldoni
du côté des humoristes :
un spécial Christophe Alévêque à l'occasion de son inédit 2020 "Le trou noir"
avec
"Christophe Alévêque - Super rebelle... et candidat libre"
"Christophe Alévêque revient bien sûr"

"Christophe Alévêque - Debout"
et du théâtre lyrique revisité:
"Le Postillon de Lonjumeau" d'Adolphe Adam par Michel Fau
"Turandot" de Puccini par Robert Wilson
et de la caricature joyeuse avec "The Opera Locos"

Expositions :

découvrir la visite en ligne d'expositions virtuelles annulées :
"Giorgio de Chirico. La peinture métaphysique" au Musée de l'Orangerie
"Pompéi" au Grand Palais
et "Plein air, de Corot à Monet" au Musée des Impressionnismes de Giverny
s'évader en un clic en direction de la province :
à Nice pour une visite virtuelle du Musée Magnin et celle de l'exposition "Soulages, la puissance créatrice" à la Galerie Lympia
de l'Europe :
en Espagne vers le Musée Carmen Thyssen à Málaga
et en Allemagne avec la visite des 3 niveaux de la Kunsthalle de Brême
et plus loin encore aux Etats-Unis vers le Musée Isabella Stewart Gardner à Boston
et le Musée d'Art de Caroline du Nord à Raleigh
avant le retour sur Paris pour découvrir les éléments décoratifs de L’Opéra national de Paris

Cinéma at home avec :

de l'action :
"Code 211" de York Alec Shackleton
"Duels" de Keith Parmer
de la comédie : "Le boulet" de Alain Berbérian et Frédéric Forestier
du drame :
"Marion, 13 ans pour toujours" de Bourlem Guerdjou
"Happy Sweden" de Ruben Östlund
de la romance :
"Coup de foudre à Jaïpur" de Arnauld Mercadier
"Marions-nous !" de Mary Agnes Donoghue
du thriller :
"The Watcher" de Joe Charbanic
"Résurrection" de Russell Mulcahy
du fantastique : "Godzilla" de Masao Tamai
les années 40 au Ciné-Club :
"Boule de suif" de Christian Jaque
"Le carrefour des enfants perdus" de Léo Joannon
et un clin d'oeil au début du cinéma avec "Le Voyage dans la Lune" de Georges Méliès

Lecture avec :

"BeatleStones" de Yves Demas & Charles Gancel
"L'obscur" de Phlippe Testa
"La géographie, reine des batailles" de Philippe Boulanger
"Trouver l'enfant / La fille aux papillons" de René Denfeld
et toujours :
"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=