Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Les Paradis Artificiels #7 (édition 2013) - lundi 15 avril
Heymoonshaker - John Fairhurst  (La Péniche, Lille)  du 8 au 18 avril 2013

Et si un jour, perchés dans vos Paradis Artificiels, quelqu’un venait vous parler et de "blues" et de "beatbox" ? Votre curiosité ne serait-elle pas un tantinet titillée ? Quasi aveuglément, je suis partie à la rencontre des Heymoonskaker, rien qu’à l’idée de voir de mes propres yeux un groupe qui pouvait réunir ces deux styles.

Le groupe Heymoonshaker est un duo anglais. On raconte, de façon idyllique, que les deux musiciens, se sont rencontrés trois ans plus tôt, alors qu’ils parcouraient les rues de la Nouvelle Zélande, eux et leur "instrument". J’imagine le choc, la curiosité, l’enthousiasme, le partage lors de la découverte.

D’un côté, Andy Balcon, le côté blues. Muni d’une guitare et de sa voix érayée, il réussit à lui seul cette prouesse de réveiller les fantômes du blues. Son regard, quand il chante, est hypnotique. On le croirait possédé par la musique. Il rugit, il gémit, au bord de l’apoplexie. Chaque parole, chaque émotion, chaque trémolo, il les déniche au plus profond de son être. Il étonne par sa puissance inquiétante. De l’autre, Dave Crowe, le côté urbain. Muni de sa bouche comme caisse de résonance, comme instrument de musique, il offre un "human beatbox" d’une qualité impressionnante. Fermez les yeux et vous n’y verrez que du feu : est-ce un enregistrement ? Mais fermer les yeux serait dommage. Le jeu scénique du beatboxer est tout aussi fascinant que son acolyte. C’est d’ailleurs souvent vers lui que les yeux se tournent. Ils vibrent à son rythme, parfois lent, parfois rapide, sans cesse en mouvement, ils esquissent des gestes, miment des frappes. On a envie de savoir comment ces bruits de cymbales, de caisses nous parviennent si réelles ? Sa technique, il la maîtrise jusqu’au bout des ongles. Très vite, on entrevoit des passages électro, dubstep. Jusqu’à nous plonger dans de véritables saynètes digne de films de science fiction.

Beatbox et blues sont-ils deux genres si différents ? En y réfléchissant, les deux genres sont faits pour s’unir. Le blues tire ses racines des chants populaires afro-américains. Genre ancien, le blues ne perd rien aux travers les âges et les décennies. C’est une musique qui vient des tripes, comprise de tous. Elle continue à se déployer, universelle. On pourrait croire que le human beatbox, tel que le pratique David Crowe, est une technique récente, déconnectée du vieux Blues. On raconte que le human beatbox est né dans les ghettos de New York, dans les années 70. Le hip-hop s’est emparé des techniques vocales qui existaient déjà : le jazz et son scat, les musiques traditionnelles indiennes et leurs percussions vocales ou konnakol "les percussions vocales" et d’autres pour réaliser ces boîtes à rythmes étonnantes. C’est, de fait, quelque chose qui vient du corps et dont finalement tout le monde peut se saisir.

Il fallait un jour faire ce croisement. Les deux musiciens de Heymoonshaker ont été très fins en choisissant de fusionner. Ils ont compris qu’ils donneraient au public une musique humaine et universelle mais aussi qu’ils étaient là où il fallait, au bon moment : de pleins pieds dans l’ère de la dubstep. Du reste, le duo est comme connecté sur scène : il s’écoute, s’énerve, s’émeut, ensemble. Il communique surtout une grande générosité, une musique physique, vibrante et hypnotique.

En première partie, John Fairhurst était invité par les Heymoonshaker. Je l’imagine tel un cowboy solitaire, flânant sur les routes du monde entier pour jouer, juste jouer du blues. Sur scène, il en donne l’image : seul, muni de sa guitare dobro qu’il fait souvent sonner chaud et entraînant avec un bottleneck voire même parfois un couteau. Assis sur une caisse, il frappe du pied le rythme. Rien de plus. Nous voilà déjà dans l’ambiance. John Fairhurst a une voix rauque qu’il déploie parfois pour envelopper ses morceaux et nous emmener dans les plus lointains troquets américains. Assez étonnant pour un anglais pur souche en fin de compte. Mais je ne peux pas réduire John Fairhurst à cette simple description. J’ai été bluffée par sa virtuosité à la guitare. Ses morceaux sont finement composés, mêlant différentes influences : orientales... John Fairhurst paraît surtout infatigable, prêt à tout donner à son public. Un artiste généreux à suivre, sans aucun doute.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Shakerism de Heymoonshaker
Heymoonshaker en concert au Festival Marsatac #14 (édition 2012) - Marseille
Heymoonshaker en concert au Festival Marsatac #14 (édition 2012) - Jeudi 27 septembre
Heymoonshaker en concert au Festival Le Cabaret Vert #9 (dimanche 25 août 2013)
Heymoonshaker en concert au Festival Europavox 2015 - Dimanche 24 mai

En savoir plus :
Le site officiel du Festival Les Paradis Artificiels
Le Myspace du Festival Les Paradis Artificiels
Le Facebook du Festival Les Paradis Artificiels
Le site officiel de Heymoonshaker
Le Facebook de Heymoonshaker
Le site officiel de John Fairhurst
Le Bandcamp de John Fairhurst
Le Myspace de John Fairhurst
Le Facebook de John Fairhurst


Rachel Debrincat         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=