Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Benoit Carré
Celibatorium  (Washi Wahsa / Music of Music / Warner)  avril 2013

Celibatorium est le premier album de Benoît Carré. Ce nom plutôt mortifère n’est après tout que le lieu où a été enregistré l’album, un établissement d’hébergements pour des professionnels à l’écart de leur famille.

Qu’il paraît loin le Voyage en Italie de Lilicub, le groupe qu’il formait avec Catherine Diran, il y a plus de dix ans. Comme s’il avait cette fois-ci franchi une étape, celle de se présenter à découvert, sans recourir à un groupe ou à un personnage. Un album d’une tonalité douce-amère d’un homme qui a mûri, dont les illusions et les espérances se sont comme abîmées.

Benoît Carré endosse le personnage du spectateur, qui reste à l’écart, dans l’ombre. Toujours ébloui par le monde du spectacle, du cinéma, il est celui qui chasse les "autographes", "Le figurant" aux arrière-arrière-plans des scènes. Benoit Carré est aussi acteur et réalisateur, on peut imaginer qu’il les connaît ces gens qui ont pour absolu de parler aux vedettes, qui subliment leurs histoires par écran interposé… "sur l’écran noir de mes nuits blanches" chantait Nougaro. Ce pas de côté, cette vie à moitié des timides, des gens qui n’osent pas, comme une fatalité à rester en deça de soi qu’il chante encore dans "J’ai peur des filles", "A quoi ça m’a servi ?", les gens qui regardent passer le train de luxe avec les festins, les bijoux et les femmes à l’intérieur dans la lumière chaude.

C’est aussi cette histoire du batteur débarqué des Beatles avant que le groupe n’explose, "Pete Best" remplacé par Ringo Starr en 1962, qui devient boulanger. La vie pleine, le succès, l’argent reviennent à un autre, comme dans le titre "Peut-être" : est-il lieu de s’en plaindre, de crier à l’injustice, de souhaiter un quelconque châtiment pour ceux qui sont seulement du bon côté ? Pas même. Est-ce qu’à un certain âge, un homme se résigne ? Est-ce qu’il accepte la place qui lui semble assignée ? Quel est-ce désenchantement sur la vie ?

Dans "Piano Mécanique", il écrit : "L’amour reviendra comme il vient à tous ceux qui n’ont pas renoncé à souffrir". La phrase est sublime. Mais d’un désespoir féroce. Il suffisait qu’il remplace par "jou-ir" pour que l’amour se pare de magie, de légèreté, de plaisir, d’entente, d’harmonie, de camaraderie (vous voyez un tableau de Fragonard, "Les Hasards heureux de l'escarpolette"). L’amour et la souffrance : vision noire du ressentiment, de l’incommunicabilité des êtres. Peut-être… hélas !

Le refuge alors est dans l’enfance, boîte à musique, rêves entiers, "des marelles qui montent jusqu'au ciel", qu’il interprète avec sa sœur l’actrice Isabelle Carré.

En tirant le fil, en suivant la musique on comprend que Benoit Carré a créé ses chansons comme de petits courts-métrages, y convoquant tous les acteurs, les actrices de son panthéon personnel, d’Alain Delon à Jean Bouise, de Catherine Deneuve à Kim Novak. La musique et les orchestrations expérimentales à partir des sons d’instruments de cuisine sont bruitages, partitions à la Vladimir Cosma ("Peut-être" m’a semblé fraterniser avec la B.O. des Aventures de Rabbi Jacob).

On se doute que beaucoup de personnes se reconnaîtront dans cet album, elles y liront des références communes. Elles sauront qu’elles font nombre : combien sommes-nous à nous sentir des figurants à peine "calculés"… "rendez-nous la lumière" tambourine le grand Dominique A, sur un autre sujet. Et il y aurait encore à dire sur ce sujet de la dépossession de soi…

En mettant à nu les doutes et l’embarras à s’arranger avec la vie, Benoît Carré a touché juste. Il se place sur le même banc que Florent Marchet.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Benoît Carré en concert au Festival Les Nuits Secrètes 2012 - 11ème édition - Samedi
Benoît Carré en concert au Trois Baudets (mercredi 29 mai 2013)

En savoir plus :
Le site officiel de Benoît Carré
Le Facebook de Benoît Carré


Sandrine Gaillard         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=