Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La polygamie, pourquoi pas ?
Catherine Ternaux  (Editions Grasset)  mars 2012

S'interroger sur le mariage et la constitution de la cellule familiale est une activité très à la mode par les temps qui courent. Toutefois, si en France le mariage dit "pour tous" nourrit un débat véhément et trouve beaucoup de défenseurs, la polygamie reste un tabou trop fort pour faire débat. Le mariage de couples homosexuels vient conforter le schéma occidental classique plus qu'il ne l'inquiète réellement : il s'agit toujours de formaliser l'union de deux personnes qui s'aiment, deux et pas davantage.

Catherine Ternaux pose les bases de ce débat inaudible en formulant cette question : La polygamie, pourquoi pas ? - premier pas qui n'est pas loin d'être déjà un grand bond en avant. Nous sommes tellement pris dans des habitudes culturelles et des facilités de pensée, que ce simple petit exercice - s'autoriser le jeu du "pourquoi pas" - est déjà salutaire. Catherine Ternaux n'est pas une spécialiste du sujet auquel elle a choisi de consacrer ce bref essai. Elle-même, elle est mariée et monogame. Auteur jeunesse, on l'avait déjà vue soucieuse de sérénité et d'équilibre dans Respirer la vie, ouvrage consacré au bien-être par la respiration. Par ce livre-ci, elle ouvre la réflexion, invite le lecteur à franchir avec elle les premières étapes et à cheminer ensuite de son côté.

Son constat de départ est le suivant : dans la société française contemporaine, le schéma monogame occidental est considéré comme le seul valide, alors même que la réalité des mœurs est bien différente, entre polygamie de fait et multiplication des divorces.

Première raison de refus en bloc de l'idée de polygamie : l'assimilation trop fréquente (par méconaissance étymologique) de la polygamie à la polyginie. La polygamie ne serait qu'une expression de l'inégalité entre hommes et femmes, la femme étant considérée comme une propriété. Pour Catherine Terneaux, cette assimilation hâtive est typique d'une bien-pensance qui impose son refus de penser, et conduit à jeter le bébé avec l'eau du bain. Les violences faites aux femmes s'exercent bien souvent dans un cadre monogame, et le mariage forcé est choquant indépendamment du nombre des épouses. Enfin, la polygamie (qui textuellement signifie : mariages multiples) inclut la polyandrie aussi bien que la polyginie.

Pour soutenir sa réflexion, Catherine Terneaux interroge aussi bien l'actualité que l'Histoire, qui ne manque pas d'être instructive. En autorisant le divorce en 1792, la Révolution française a permis la "polygamie successive", comme celui-ci fut appelé alors. L'adultère n'est plus un délit depuis 1975, et pourtant la société continue à rejeter le droit à contracter plusieurs mariages simultanés, alors qu'elle autorise les mariages successifs et les relations amoureuses simultanées. Pour Catherine Terneaux, un clou ne chasse pas l'autre : pourquoi faut-il forcément divorcer d'un conjoint que l'on aime, si on veut en épouser un autre (que l'on aime aussi) ? Le divorce est un droit, mais il est aussi en un certain sens une obligation...

Ce qui est considéré comme choquant en matière de moeurs n'a rien d'éternel ni d'universel ; le divorce a pu sembler autrefois aussi immoral que la polygamie aujourd'hui. Et il fut un temps où en France, il semblait hérétique qu'un mariage put être d'amour ! Pour la bourgeoisie du XIXème siècle encore, le mariage était moins une question de choix amoureux qu'un moyen d'assurer l'accumulation de biens dans un cercle restreint.

On entend souvent que la polygamie serait "compliquée" – drôle d'argument pour interdire quelque chose ! (Je vous laisse imaginer le nombre de procédures qui seraient interdites en France si on généralisait ce principe)...

Le mythe de l'amour monogame rend en occident très difficile toute réflexion sur l'amour. "Un amour peut en chasser un autre, c’est vrai, mais certains n’ont pas forcément envie d’exclure brutalement une personne qu’ils aiment encore", écrit-elle ; "Si les personnes sont consentantes, où est le délit ? Je trouve curieux que la société condamne cela aussi fortement".

Loin de la logique d'exclusion et d'isolement qui va de pair avec le fonctionnement actuel du divorce, Catherine Terneaux rêve d'une logique qui crée davantage de lien social.

Le polyamour (fait d'aimer plusieurs personnes à la fois) fait peur, car il signifierait moins d'amour pour chacun... triste méconaissance du fonctionnement du coeur, qui multiplie mais ne divise pas. Il y a dans le livre de Catherine Terneaux de très belles pages sur la formule alchimique de l'amour. Déployant une pensée de l'abondance affective et non de l'appauvrissement, elle invite à "vivre dans une dynamique d'enrichissement, un lien s'ajoutant à l'autre", inclure plutôt qu'exclure. Il s'agit de diluer les névroses possessives, vaste programme.

Dans le film de Julie Taymor, Frida Kahlo demande à son époux Diego Rivera non pas d'être fidèle, mais d'être loyal : on peut être fidèle sans être exclusif.

Dans son essai, Catherine Ternaux va plus loin que l'acceptation du polyamour : elle interroge le législateur ; c'est bien de polygamie qu'il s'agit, de mariage multiple donc, avec toute la dimension contractuelle accompagne le mariage.

En définitive, elle secoue les puces d'une société qui manque cruellement d'imagination et de générosité.

Citons pour finir le philosophe Vincent Cespedes : "Que l’amour puisse créer une complicité indestructible, voilà ce que les encouplés refusent de prendre en compte dans leurs donnant-donnant paranoïaques, leurs tractations sévères. Ils ne croient pas à la fidélité naturellement engendrée par l’amour. Ils l’exigent comme point de départ, alors qu’elle est le fruit d’un libre tremblé commun. Mais cette fidélité-là ne leur importe guère. Dans leur jargon, la "fidélité" est fidélité non pas à l’autre parce qu’on l’aime, mais à une religion parce qu’on y voit la clé du bonheur : le culte de l’Encouplement, autrement dit, l’exclusivité sexuelle. Sortir de l’encouplement ? Plutôt crever. Dont acte : à trop vouloir programmer l’amour, nous crevons à petit feu d’une anorexie d’amour insensée."

 

En savoir plus :
Le site officiel de Catherine Ternaux


Anaïs Bon         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"Guerilla, le temps des barbares" de Laurent Obertone
"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=