Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La polygamie, pourquoi pas ?
Catherine Ternaux  (Editions Grasset)  mars 2012

S'interroger sur le mariage et la constitution de la cellule familiale est une activité très à la mode par les temps qui courent. Toutefois, si en France le mariage dit "pour tous" nourrit un débat véhément et trouve beaucoup de défenseurs, la polygamie reste un tabou trop fort pour faire débat. Le mariage de couples homosexuels vient conforter le schéma occidental classique plus qu'il ne l'inquiète réellement : il s'agit toujours de formaliser l'union de deux personnes qui s'aiment, deux et pas davantage.

Catherine Ternaux pose les bases de ce débat inaudible en formulant cette question : La polygamie, pourquoi pas ? - premier pas qui n'est pas loin d'être déjà un grand bond en avant. Nous sommes tellement pris dans des habitudes culturelles et des facilités de pensée, que ce simple petit exercice - s'autoriser le jeu du "pourquoi pas" - est déjà salutaire. Catherine Ternaux n'est pas une spécialiste du sujet auquel elle a choisi de consacrer ce bref essai. Elle-même, elle est mariée et monogame. Auteur jeunesse, on l'avait déjà vue soucieuse de sérénité et d'équilibre dans Respirer la vie, ouvrage consacré au bien-être par la respiration. Par ce livre-ci, elle ouvre la réflexion, invite le lecteur à franchir avec elle les premières étapes et à cheminer ensuite de son côté.

Son constat de départ est le suivant : dans la société française contemporaine, le schéma monogame occidental est considéré comme le seul valide, alors même que la réalité des mœurs est bien différente, entre polygamie de fait et multiplication des divorces.

Première raison de refus en bloc de l'idée de polygamie : l'assimilation trop fréquente (par méconaissance étymologique) de la polygamie à la polyginie. La polygamie ne serait qu'une expression de l'inégalité entre hommes et femmes, la femme étant considérée comme une propriété. Pour Catherine Terneaux, cette assimilation hâtive est typique d'une bien-pensance qui impose son refus de penser, et conduit à jeter le bébé avec l'eau du bain. Les violences faites aux femmes s'exercent bien souvent dans un cadre monogame, et le mariage forcé est choquant indépendamment du nombre des épouses. Enfin, la polygamie (qui textuellement signifie : mariages multiples) inclut la polyandrie aussi bien que la polyginie.

Pour soutenir sa réflexion, Catherine Terneaux interroge aussi bien l'actualité que l'Histoire, qui ne manque pas d'être instructive. En autorisant le divorce en 1792, la Révolution française a permis la "polygamie successive", comme celui-ci fut appelé alors. L'adultère n'est plus un délit depuis 1975, et pourtant la société continue à rejeter le droit à contracter plusieurs mariages simultanés, alors qu'elle autorise les mariages successifs et les relations amoureuses simultanées. Pour Catherine Terneaux, un clou ne chasse pas l'autre : pourquoi faut-il forcément divorcer d'un conjoint que l'on aime, si on veut en épouser un autre (que l'on aime aussi) ? Le divorce est un droit, mais il est aussi en un certain sens une obligation...

Ce qui est considéré comme choquant en matière de moeurs n'a rien d'éternel ni d'universel ; le divorce a pu sembler autrefois aussi immoral que la polygamie aujourd'hui. Et il fut un temps où en France, il semblait hérétique qu'un mariage put être d'amour ! Pour la bourgeoisie du XIXème siècle encore, le mariage était moins une question de choix amoureux qu'un moyen d'assurer l'accumulation de biens dans un cercle restreint.

On entend souvent que la polygamie serait "compliquée" – drôle d'argument pour interdire quelque chose ! (Je vous laisse imaginer le nombre de procédures qui seraient interdites en France si on généralisait ce principe)...

Le mythe de l'amour monogame rend en occident très difficile toute réflexion sur l'amour. "Un amour peut en chasser un autre, c’est vrai, mais certains n’ont pas forcément envie d’exclure brutalement une personne qu’ils aiment encore", écrit-elle ; "Si les personnes sont consentantes, où est le délit ? Je trouve curieux que la société condamne cela aussi fortement".

Loin de la logique d'exclusion et d'isolement qui va de pair avec le fonctionnement actuel du divorce, Catherine Terneaux rêve d'une logique qui crée davantage de lien social.

Le polyamour (fait d'aimer plusieurs personnes à la fois) fait peur, car il signifierait moins d'amour pour chacun... triste méconaissance du fonctionnement du coeur, qui multiplie mais ne divise pas. Il y a dans le livre de Catherine Terneaux de très belles pages sur la formule alchimique de l'amour. Déployant une pensée de l'abondance affective et non de l'appauvrissement, elle invite à "vivre dans une dynamique d'enrichissement, un lien s'ajoutant à l'autre", inclure plutôt qu'exclure. Il s'agit de diluer les névroses possessives, vaste programme.

Dans le film de Julie Taymor, Frida Kahlo demande à son époux Diego Rivera non pas d'être fidèle, mais d'être loyal : on peut être fidèle sans être exclusif.

Dans son essai, Catherine Ternaux va plus loin que l'acceptation du polyamour : elle interroge le législateur ; c'est bien de polygamie qu'il s'agit, de mariage multiple donc, avec toute la dimension contractuelle accompagne le mariage.

En définitive, elle secoue les puces d'une société qui manque cruellement d'imagination et de générosité.

Citons pour finir le philosophe Vincent Cespedes : "Que l’amour puisse créer une complicité indestructible, voilà ce que les encouplés refusent de prendre en compte dans leurs donnant-donnant paranoïaques, leurs tractations sévères. Ils ne croient pas à la fidélité naturellement engendrée par l’amour. Ils l’exigent comme point de départ, alors qu’elle est le fruit d’un libre tremblé commun. Mais cette fidélité-là ne leur importe guère. Dans leur jargon, la "fidélité" est fidélité non pas à l’autre parce qu’on l’aime, mais à une religion parce qu’on y voit la clé du bonheur : le culte de l’Encouplement, autrement dit, l’exclusivité sexuelle. Sortir de l’encouplement ? Plutôt crever. Dont acte : à trop vouloir programmer l’amour, nous crevons à petit feu d’une anorexie d’amour insensée."

 

En savoir plus :
Le site officiel de Catherine Ternaux


Anaïs Bon         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 5 juillet 2020 : Un avant goût de vacances

il fait (presque) beau partout, on sort un peu de chez nous, on voit nos amis, on pense aux vacances. Chez Froggy's on continuera tout l'été à vous alimenter en culture mais ce sera peut être un peu plus calme. En attendant, voici le sommaire et bien sûr le replay de La Mare Aux Grenouilles #5 !

Du côté de la musique :

"Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.
et toujours :
"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"La Putain respectueuse" par Gérard Gélas
"Dracula Asylum" par Felicien Chauveau
"L'Homme qui rit" par Gaële Boghossian
"Cage" par Jacques Bellay
"Kyste" de et par Eloïse Hallauer et Camille Soulerin
et une pépite : "Jimmy's blues" de James Baldwin par Nicolas Repac et Anouk Grinberg
du théâtre moderne :
"Vient de paraître" d'Edouard Bourdet par Jean-Paul Tribout
"La vie de Galilée" de Bertold Brecht par Eric Ruf
le répertoire classique par la Comédie français d'hier et d'aujourdhui :
"Le Mariage de Figaro" de Beaumarchais
"On ne badine pas avec l'amour" d'Alfred de Musset
Au Théâtre ce soir :
"Les Petits oiseaux" d'Eugène Labiche
"La Reine Blanche" de Barillet et Grédy
"Les Petites têtes" d?André Gillois
des comédies :
"L'Opération du Saint-Esprit" de Michel Heim
"Jeux de mots bêtes pour gens laids" autour de textes de Bobby Lapointe
"Pochettes Surprise" de Jacky Goupil
du côté des humoristes :
"Jean Luc Lemoine - Au naturel"
"Moustapha El Atrassi - Second degré"
du théâtre visuel avec "L'Avare" par la Compagnie Tàbola Rassa
et enfin du théâtre lyrique avec"Ercole Amante" de Francesco Cavalli par Christian Hecq et Valerie Lesort

Expositions :

les réouvertures de la semaine :
le Musée d'Art Moderne dela Ville de Paris avec les collections permanentes de "La Vie Moderne" dans sa nouvelle présentation et la salle Matisse
le Musée Rodin
le Musée national des Arts asiatiques-Guimet
le Musée Cognacq-Jay et le Musée du Louvre
et les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :
en salle "L'Envolée" de Eva Riley
at home avec :
du thriller :
"La Isla minima" de Alberto Rodriguez
"La Onzième heure" de John Lyde
de la romance :
"La revanche d'une blonde" de Robert Luketic
'"Aime-moi comme je suis" de Stephan Meyer
"Coup de foudre en cuisine" de James Hacking
du drame :
"L'ombre du doute" d'Aline Issermann
"Tout va bien on s'en va" de Claude Mouriéras
"Henri" de Yolande Moreau
Ciné-Club français des années 60 :
"L'Insoumis" d'Alain Cavalier
"Le Chien" de François Chalais
"La Voleuse" de Jean Chapot
"Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
et des raretés :
"Le Champignon des Carpathes" de Jean-Claude Biette
"King of the White Elephant de Sunh Vasudhara

Lecture avec :

"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson
et toujours :
"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=