Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Tue-Loup
Interview  (Paris)  lundi 1er avril 2013

Tue-Loup a sorti son neuvième album, sobrement intitulé 9, à la fin de l'année 2012, et l'a réédité en vinyle à l'occasion du Disquaire Day 2013. L'esthétique de l'objet, noir et blanc, rejoint l'éthique du groupe, des chansons françaises rock sans concession. Une citation d'Alain Bouvier zèbre le recto du disque comme un coup de fouet : "Un jour, j'écrirai une chanson belle comme une banque après un bombardement". Le ton est donné.

Avant leur concert parisien en mars dernier, nous avons rencontré les sarthois pour une session. L'occasion aussi de poser neuf questions à Xavier Plumas, chanteur, compositeur et parolier de ce groupe à part dans le paysage rock français.

Cet album donne l'impression d'un retour aux racines pour Tue-Loup. Était-ce un choix après une période d'expérimentations sur "Rachel au rocher" ou "Le goût du bonbon" ?

Xavier Plumas : Plusieurs personnes m'ont déjà dit cela, mais je ne vois pas pourquoi. Ce n'est pas réfléchi, en tout cas. Sur les premiers albums de Tue-Loup, je jouais exclusivement acoustique alors que, sur "9", tout est électrique. Après, peut-être est-ce dû à la composition des morceaux. Ou plutôt à l'énergie que nous avons mis dans le disque. Il a été fait de manière spontanée, même s'il a été enregistré deux fois avec deux batteurs différents. C'est peut-être cette spontanéité qu'on retrouve à l'écoute, et qui rappelle les premiers enregistrements de Tue-Loup. Pour ma part, je considère "9" plus comme une synthèse de tout ce qu'on a pu proposer depuis nos débuts, les chansons des premiers albums et les digressions qu'on a pu faire ensuite du côté du jazz et du post-rock.

Dès "Le couchant", la chanson qui ouvre l'album, on entend le son de clochettes comme celles d'un troupeau. Souvent on assimile votre musique à la terre. Ne pensez-vous pas que c'est cela qu'on retrouve de manière plus évidente dans ce nouvel album ?

Xavier Plumas : Disons que nous sommes un groupe terrien qui essaie de prendre de l'altitude. En l’occurrence, "Le couchant" est un couchant sur la mer, même si ce n'est pas explicite dans le texte. Mais c'est ainsi que je l'imaginais en l'écrivant. Les chansons sont inspirées du milieu dans lequel je vis, de ce que je vois au quotidien. Je vis à la campagne, mes métaphores sont plus bucoliques qu'urbaines.

Pourtant, les références à l'eau et à l'élément liquide sont présentes tout au long de l'album.

Xavier Plumas : Il n'y a pas que dans cet album, c'est le cas dans plusieurs de mes chansons. Je l'avais aussi remarqué sur mon album solo. L'élément liquide est souvent présent dans mes chansons. J'adore la présence de l'eau, c'est certainement lié. Mais ce n'est pas forcément la mer ou les rivières, c'est l'élément liquide en général. Encore une fois, ce n'est pas réfléchi, c'est toujours a posteriori que je m'en rends compte.

"Margot", sur l'album, est plus à rapprocher de "Brave Margot" de Brassens, de "Margot" de Murat ou de "Margot la ventouse" de Paul Meurisse ?

Xavier Plumas : Je ne connais pas celui de Paul Meurisse. Mais, en l'occurrence, c'est une reprise. Il y a toujours une reprise sur nos disques. C'est une sorte de gimmick chez Tue-Loup. "Margot" est la reprise d'une chanson d'un groupe folk des années 70 qui s'appelait Malicorne. Je les ai découvert très jeune, grâce à mon oncle. C'était une musique qui m’envoûtait un peu. En fait, ils sont du Berry mais, pour l'anecdote, ils s'appelaient ainsi en raison d'un village sarthois qu'ils avaient découvert lors d'une tournée. "Margot", l'originale, est interprétée a cappella à deux voix. J'invite tout le monde à aller l'écouter parce qu'elle est très jolie. Nous en avons fait une version plus riche au niveau sonore, mais pas forcément plus belle (rires).

"Mark Mark" serait-elle un hommage à Mark Hollis ?

Xavier Plumas : En effet. Le disque solo de Mark Hollis est, et restera, un de mes albums de chevet. Par contre, l'inspiration de ce morceau est plus à chercher du côté du dernier album de Talk Talk, "Laughing Stock". C'est une référence assumée. Je l'ai appelé "Mark Mark" pour ne pas être accusé de plagier, mais c'est clairement un hommage à Mark Hollis. Je l'ai laissé en instrumental parce que je ne me serais pas tenté à chanter comme lui (rires).

Le traitement de "Marinette" est très électrique. N'est-ce pas un paradoxe, alors que cette chanson traite de la mort ?

Xavier Plumas : En fait, c'est inspiré d'une histoire vraie, celle de ma voisine qui s'est noyée dans sa mare. L'humeur que j'ai essayé de mettre dans ce morceau est autant le recueillement qu'on peut être invité à partager en période de deuil, qui est présent dans le tempo et dans les nappes d'orgues, mais aussi la violence par le traitement électrique. C'est toujours très violent d'apprendre la mort de quelqu'un. C'est un séisme intérieur. En faire une chanson électrique ne me semble pas incompatible. C'est une sorte de messe intérieure électrique.

Sur "En partance", vous abordez le thème de l'errance. Mais chez vous, l'errance se fait à proximité d'un lieu. L'errance est-elle très différente du voyage ?

Xavier Plumas : Sur ce disque, c'est en effet beaucoup plus le thème de l'errance qui revient. Ce n'est pas toujours le cas, il m'arrive d'aborder dans certaines chansons des lieux très éloignés de chez moi, où je me suis retrouvé à l'étranger. Mais sur "9", un peu comme dans les livres de Jean-Loup Trassard, on ne quitte pas un rayon d'environ un kilomètre. Je vois ce disque comme un chemin de rédemption à travers la nuit. Ça commence avec "Le couchant", au crépuscule, et ça se termine à l'aube avec "Les chevauchées", et même jusqu'en début d'après-midi. "En partance" ne signifie pas forcément partir loin de chez soi physiquement, mais intérieurement.

"Les chevauchées" donne une impression d'apaisement. Vous-même, dans quel état d'esprit êtes-vous au moment de la sortie du disque ?

Xavier Plumas : Je suis surtout ravi que ce disque sorte enfin. C'est très frustrant d'avoir des disques qui dorment, comme ça, dans les tiroirs. J'en ai encore trois à sortir, sous mon nom ou sous le nom de Tue-Loup. C'est de plus en plus en dur de trouver des labels qui acceptent de sortir des groupes comme nous, avec une notoriété toute relative. C'est forcément un risque financier pour les gens qui se lancent dans l'aventure. Mais il ne faut pas désespérer. Ce disque a quatre ans. Je ne suis donc forcément plus dans le même état d'esprit que lorsque j'ai écrit les chansons de ce disque.

D'ailleurs, n'avez-vous pas l'impression d'être en constant décalage par rapport à votre musique lorsque vous êtes en promo ou en tournée avec un album écrit plusieurs années auparavant ?

Xavier Plumas : C'est vrai. Mais je crois que c'est vrai pour tout artiste qui doit promouvoir son travail, que le décalage soit de quatre années ou de six mois. Ce décalage est là tout le temps, ça ne change pas grand-chose. A titre personnel, ça ne me dérange pas parce que j'ai l'impression qu'il y a une cohérence dans ce que j'essaie de proposer depuis le début.

C'est Dylan qui disait "On écrit toujours la même chanson". On essaie de changer d'angle, de point de vue, mais on raconte toujours un peu la même chose. Alors, non, ce n'est pas si gênant que ça. Je suis d'ailleurs toujours assez surpris lorsque j'entends des artistes dire que la promo est une torture, qu'ils n'aiment pas ça. C'est vrai que ce n'est pas la partie la plus drôle de ce boulot mais pour ma part, je suis toujours surpris et flatté que des gens s'intéressent à ce qu'on fait. Alors ce n'est pas une épreuve pour moi d'en parler, même si les morceaux commencent à dater.

Retrouvez Tue-Loup
en Froggy's Session
pour 2 titres en cliquant ici !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Rachel au rocher de Tue-Loup
La chronique de l'album Le lac de Fish de Tue-Loup
La chronique de l'album 9 de Tue-Loup
La chronique de l'album Total musette de Tue-Loup
Tue-Loup en concert au Nouveau Casino (27 septembre 2005)
Tue-Loup en concert à La Maroquinerie (2 décembre 2005)
Tue-Loup en concert au Zèbre de Belleville (jeudi 31 mars 2016)
L'interview de Tue-Loup (2 décembre 2005)
La chronique de l'album La gueule du Cougouar de Xavier Plumas
La chronique de l'album Mayerling de Xavier Plumas
Xavier Plumas en concert au Festival Les Nuits de L'Alligator 2009
L'interview de Xavier Plumas (20 février 2009)

En savoir plus :
Le site officiel de Tue-Loup
Le Facebook de Tue-Loup

Crédits photos : Thomy Keat (Toute la série sur Taste of Indie)


Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Tue-Loup (1 avril 2013)
Xavier Plumas (20 février 2009)


# 20 octobre 2019 : De tout, pour Tous

Encore un programme bien chargé et très éclectique au travers de notre sélection culturelle hebdomadaire. Beaucoup à lire, à voir, à écouter... alors ne perdons pas de temps. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Engine of paradise" de Adam Green
"Phantom solids" de Lunt
"Fear of an acoustic planet" de Tahiti 80
"A wonder plante to" de Nilok 4tet & Daniel Zimmermann
"Six strings under" de Eric Legnini
Sarah McCoy et Dom La Nena au Nancy Jazz Pulsation
"Nothin' but" de Flyin' Saucers Gumbo Special
"Comfort zone" de Hugo Lippi
"Hors l'amour" de Jean Felzine
"A ciel ouvert" de Kaori
Rencontre avec Lady Arlette, accompagnée d'une session live et acoustique
"Vinyles, suite" c'est le titre de l'émission #3 de Listen in Bed
"Déluge" c'est le troisième volume des Mix de Listen in Bed
"Hybrid" de Yosta
et toujours :
"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Orouni en session live dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Cirque Leroux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Libre
"Un jardin de silence" à La Scala
"Frida jambe de bois" au Théâtre de l'Union à Limoges
"Fleur de peau" au Théâtre Essaion
"Habiter le temps" au Lavoir Moderne Parisien
"Wilde - Chopin" au Théâtre Le Ranelagh
"En ce temps là l'amour..." au Théâtre des Mathurins
"Imposture posthume" au Centre Culturel Suisse
"Fred Tousch - Fée" au Théâtre de Belleville
"Corinne Zarzavatdjian - Un nom à coucher dehors !" au Mélo d'Amélie
des reprises :
"L'Ingénu" au Théâtre Le Lucernaire
"Le Crépuscule" au Théâtre de l'Epée de Bois
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et la chronique des spectacles déjà à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Vampires - De Dracula à Buffy" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

le film de la semaine :
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"Cléopâtre" de Alberto Angela
"Histoire du Canada" de Daniel de Montplaisir
"Je te suivrai en Sibérie" de Irène Frain
"La source de l'amour propre" de Toni Morrison
"Ordinary people" de Diana Evans
"Vik" de Ragnar Jonasson
et toujours :
"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Guerilla, le temps des barbares" de Laurent Obertone
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=