Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Parloir
Théâtre Le Guichet Montparnasse  (Paris)  mai 2013

Comédie dramatique de Christian Morel de Sarcus, mise en scène de Paul-Antoine Veillon et Mélanie Charvy, avec Jean-Dominique Peltier, Frédérique Van Dessel et Romain Picquart.

"Parloir forcé pour deux emmurés du divorce". Ainsi Christian Morel de Sarcus définit-il sa partition dramatique intitulée "Parloir" qui constitue un huis-clos terrifiant entre deux ex-époux.

Au chevet de leur fils hospitalisé après une tentative de suicide, se déroule le dernier acte d'un drame du divorce dans sa déclinaison la plus tragique, celle où, malgré le temps écoulé, il continue de distiller son venin en broyant les protagonistes pour des raisons différentes.

Entre eux, dix ans après le divorce, rien n'a changé parce que, en sus de leur acrimonie réciproque, les enfants sont au coeur du conflit.

Elle, pour qui le mariage, outil d'ascension sociale et remède à la solitude, a été "une horreur", est ravagée par une haine maladive à l'encontre de celui qu'elle nomme "l'autre" et érige en suppôt du mal, "l'autre, qui nous porte malheur", une haine personnelle dont elle a nourri ses enfants devenus les otages de la furie maternelle.

Lui, incapable de résilience, ne peut se résoudre à cet échec de l'amour, à l'éclatement de la famille et à sa paternité "volée" par un divorce pour faute prononcé à son encontre, ressenti comme une profonde injustice, qui, outre les sanctions pécuniaires, attribuait à sa femme, auteur d'accusations mensongères de mauvais traitements envers les enfants, leur garde exclusive.

Au-delà de l'histoire d'un couple, dont les causes originelles de dissensions ne sont pas totalement révélées et de l'ultime règlement de comptes qui révèle la souffrance impuissante de l'un et la psychose de l'autre, Christian Morel de Sarcus aborde un sujet bien plus grave encore, si tant est qu'il puisse y avoir une hiérarchie dans ce domaine.

Celui du syndrome d'aliénation parentale que subissent les enfants du fait d'un parent qui consacre toute son énergie à une campagne de dénigrement de son ex-conjoint afin de susciter l'animosité et le rejet, voire la haine, et la rupture définitive du lien familial.

La confrontation frontale est d'une violence absolue même si elle se matérialise de manière différente pour chacun des protagonistes.

Elle, d'origine plébéienne et rurale, plutôt ordinaire et vulgaire au sens premeir du terme, déploie une rage autodestructrice et l'énergie viscérale de la louve défendant ses petits en se retranchant derrière l'amour maternel pour justifier la maltraitance psychologique volontaire envers ses enfants ("Mon fils, vingt ans à l'élever contre l'autre").

Lui, écrivain, manie l'arme redoutable que sont les mots et déploie leur puissance meurtrière pour stigmatiser "la gorgone" devenue une "Médée" de banlieue et tenter de faire rendre gorge tout en esquissant un illusoire rapprochement.

Cette immersion d'une férocité sauvage dans l'horreur d'un couple défait, également plaidoyer pour le maintien du lien familial et le rééquilibrage en faveur du père des mesures concernant la garde des enfants, est servie par le jeu incarné des deux comédiens qui campent les géniteurs d'un fils sacrifié (Romain Picquart).

Dans ce énième round conjugal à la redoutable écriture-scalpel, Jean-Dominique Peltier campe parfaitement l'homme défait qui brûle ses dernières cartouches face à Frédérique Van Dessel, comédienne de la trempe des Valérie Dréville et Audrey Bonnet, à l'intensité tragique saisissante.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
"Qui croire " à la Comédie de Reims
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=