Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Je pense à Yu
Théâtre Artistic Athévains  (Paris)  mai 2013

Comédie dramatique de Carole Fréchette, mise en scène Jean-Claude Berutti, avec Marianne Basler, Antoine Caubet et Yilin Yang. Pékin. 1989. En ces jours de mai, les étudiants chinois, révoltés, attendent l’écrasement par le Pouvoir. Trois jeunes gens, dont Yu Dongyue, jettent des œufs passés à la peinture rouge sur le portrait géant du Grand Timonier. Ils paieront cher cette profanation.

Montréal, des années plus tard. La température chute à moins vingt-cinq. C’est l’épouvantable hiver québécois, contre lequel on lutte par l’alcool et le coït. Bien loin de ces dérivatifs, une jeune femme bouleversée, bloquée dans sa vie et dans son emménagement, retrouve la trace de ce Yu Dongyue, son visage, et se prend à l’aimer, à admirer son courage.

Autour d’elle, rien, si ce n’est une petite immigrée chinoise, son élève, qui apprend le français avec délices et qui l’importune par sa joie de vivre, sa gaîté irritante, ses naïvetés. La jeune femme s’emmure dans ses souvenirs, sa solitude, et lorsque un homme - la rencontre d’un grizzly est moins déstabilisante pour une célibataire québécoise que celle d’un homme, un homme ! - un voisin, apparait par hasard dans sa vie, tout bascule.

C’est un bon bûcheron, un rustaud, un brave type qui a élevé seul son fils inadapté, après le départ de la mère, qui ne connait ni haine, ni révolte, ce dernier point exaspérant Madeleine, qui n’aime que le virtuel, fantomatique et courageux Yu.

Elle va recommencer à poser des questions - une renaissance - et la petite Chinoise - qui est la Chine elle-même - de s’indigner, par patriotisme, et l’homme, père submergé d’amour, d’exploser enfin d’indignation. On saura, presque accessoirement, le secret de cette femme ravagée, poussée par la vie contre le butoir.

Carole Fréchette est un auteur d’une grande sensibilité, dégagée de l’arbitraire "politiquement correct", osant une philosophie certes un peu "compassionnelle" propre aux Américains du Nord, avec des personnages très contemporains qui s’attachent toujours plus au lointain qu’au prochain, mais elle réussit brillamment à émouvoir et à ébranler, ce qui est la marque de ceux qui écrivent vraiment.

Etincelante et homogène distribution pour "Je pense à Yu" : Marianne Basler, divine, incarne cette Madeleine brisée, cette contemporaine flottante, cette résignée qui se rebiffe pour l’Autre, et son métier, sa diction, ses accents, sa justesse, la finesse d’un jeu nerveux et subtil, confirment, sans conteste, qu’elle est la plus remarquable comédienne de sa génération.

Antoine Caubet, gigantesque adolescent blessé par la maturité, est magnifique de virilité tendre et protectrice, comédien d’une puissance et d’une émotion convaincantes. Enfin, Yilin Yang, excellente, parfaite en optimiste de parade qui cache les blessures et les attentes de l’exil, agaçante comme les enfants questionneurs, et, comme eux, fendeuse de carapaces, est une vraie révélation.

La mise en scène de Jean-Claude Berutti, contemporaine et avisée, sert l’œuvre comme il se faut.

Pour tous ceux qui aiment le meilleur du théâtre, ce spectacle prodigue, généreusement. A découvrir absolument.

 

C-L. Morel         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 26 janvier 2020 : Les rois des galettes

En cette fin de période de galettes à tout va, on vous parle surtout de celles en vinyles avec de la bonne musique dessus mais pas que : théâtre, littérature, cinéma, expos sont aussi au programme. C'est parti.

Du côté de la musique :

"Pesson, Abrahamsen & Strasnoy : Piano concertos" de Alexandre Tharaud
"Paris Beyrouth" de Cyril Mokaiesh
"Water is wet" de Theo Hakola
"Musique de chambre" de Le Noiseur
"Les identités remarquables" de Tristen
Interview avec No One Is Innocent à Saint Lô
Theo Lawrence et Mr Bosseigne au Fil
"La légende de Nacilia" de Nacilia
"C'est quoi ton nom ?" de Blankass
"Il est où le bonheur" 9ème émission de Listen in Bed
"Swin, A Benny Godman story" de Pierre Génisson, BBC concert Orchestra et Keith Lockhart
et toujours :
"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Deux euros vingt" au Théâtre Rive Gauche
"Vive la Vie" au Théâtre Gaité-Montparnasse
"Mon Isménie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"La Paix dans le monde" à la Manufacture des Abbesses
"Un Tramway nommé Désir" au Théâtre La Scène Parisienne
"Trop de jaune" au Studio Hébertot
"Oh ! Maman" au Théâtre La Scène Parisienne
"Le fantôme d'Aziyadé" au Théâtre Le Lucernaire
"Le hasard merveilleux" au Théâtre de la Contrescarpe
"Attention les Apaches !" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Norma Djinn" au Théâtre Montmartre-Galabru
"Blond and Blond and Blond - Hømåj à la chønson française" au Café de la Danse
les reprises :
"Tanguy Pastureau" au Théâtre de la Renaissance
"Close"
"Elisabeth Buffet - Obsolescence programmée" au Théâtre du Marais
"Le comte de Monte-Cristo" au Théâtre Essaion
"L'Analphabète" à l'Artistic Théâtre
"La Diva divague" au Théâtre de Dix heures
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Kiki Smith à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

"Botero" de Don Millar
"Mission Yéti" de Pierre Gréco et Nancy Florence
et la chronique des films sortis en janvier

Lecture avec :

"Le ciel à bout portant" de Jorge Franco
"Le prix de la démocratie" de Julia Cagé
"Les champs de la Shoah" de Marie Moutier Bitan
"Les rues bleues" de Julien Thèves
"Trois jours d'amour et de colère" de Edward Docx
et toujours :
"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=