Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Mendelson - Fauve
Le Grand Mix  (Tourcoing)  samedi 11 mai 2013

Alors oui, l'affiche ce soir là était quelque peu particulière.

Mais si vous voulez bien, laissons pour le moment ces histoires et évoquons d'abord le seul souvenir que l'on veut garder : ce soir là, on a vu Mendelson en concert.

Groupe rare tant sur scène qu'en qualité, c'est leur deuxième concert depuis 2009. "Autant dire que c'est exceptionnel" comme l'introduit Pascal Bouaziz, chanteur, guitariste, homme des mots du groupe.

Et animateur de la soirée qui ne croit pas si bien dire. L'opportunité de cette venue, c'est la sortie de leur dernier album, éponyme et triple, à la force pour ainsi dire indicible (voir la chronique parlante de Cédric Chort en ces pages).

Dans la vie sur ses albums, Mendelson, c'est surtout une voix en avant. Douce dans sa texture, dure dans ses mots, sans cruauté que celle du quotidien, un quotidien de l'usure, du désenchanté, où le bonheur et l'innocence ne sont qu'a posteriori, passés, dépassés sans que l'on sache. Où parfois la bonté émeut au point qu'on veuille la détruire. C'est une relation intime parce que pas fière et touchante.

Dans la vie sur la scène, on retrouve ça. Et c'est différent bien sûr. Mais à tel point, c'est une joie. Déjà la voix est là, mais l'homme est là. Qui présente poliment, amuse éloignement, "Est-ce que vous êtes froids ?… Tant mieux".

Seul, debout, entouré de quatre musiciens assis en arc de cercle, il occupe l'espace en voix sans effets. Il suffit des premiers mots du premier titre (premier du triple également) : "La force quotidienne du mal…" et boum, coup de poing sourd, on restera sonnés jusqu'à la fin.

Mais c'est aussi l'homme qui à la fin des titres tripote un peu des pédales qu'il semble découvrir, un petit carnet pense-bête à la main, aux croquis illisibles. Tellement accessible à la fin du concert, désarmant de gentillesse. Intelligence des émotions.

Autre étonnement fantastique : ici la musique prend presque le dessus. On la savait riche, elle devient impressionnante de l'ordre de l'empreinte, une pression. Sur certains titres, deux batteries à chaque extrémité de la scène, c'est d'une force copieuse, appuyée, et les guitares électriques en apothéose. C'est le "bruit", la perturbation autour des mots qui prend corps, et ça bouscule, c'est ça le mieux encore que ce que l'on espérait ; et Dieu, qu'est-ce qu'on espérait !

Encore ? A part le traumatisme de tout ça réunit, que dire ? Qu'il y a des projections vidéos en fond de scène ? Des barbelés en rouages ensanglantés, des boucles sur voie sans issue, des courants d'eau – qui illustrent Ville Nouvelle dans cette version toujours aride mais plus urgente –.

Que Mendelson ne vit pas que dans nos cerveaux et nos tripes, ils sont sur scène excellemment, et le 23 mai au Cabaret Sauvage pour Villette Sonique. Qu'attendez-vous ?

Mais il faut recontextualiser un peu, pour que le récit soit complet.

Deux groupes partageaient l'affiche en vérité : pas de première ni de seconde partie, dit-on, toujours est-il que Mendelson jouait avant Fauve. Collectif de jeunes gens aux pratiques professionnelles un peu cloisonnantes, un peu chiqué, un peu "produit". Certes, le public présent est très majoritairement là pour eux (moyenne d'âge à peine pubère faisant foi). Certes, c'est le "phénomène" du moment, et il est sans doute bon qu'il en existe, mais quel étrange enchaînement.

Pour être honnête : deux petits bouts de titres et pas plus auront suffi : le premier concert veut subsister un peu dans nos oreilles, et ce jeune homme qui mitraille sa prose en arpentant la scène, intranquille, dispersé, peu compréhensible, la musique peu variée, peu riche, pardon mais pas ce soir. Evacuez le trop plein, grandissez, il y a de quoi laisser mûrir, sans doute, l'intention est louable, mais le contraste est trop brusque, trop maladroit.

On préfère remercier le bar du Grand Mix, sponsor officiel de nos calamités groupiesques, et dire encore à Mr Bouaziz, que c'est bien ce qu'il fait, putain.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Seul au sommet de Mendelson
La chronique de l'album eponyme de Mendelson
La chronique de l'album Sciences politiques de Mendelson
La chronique de l'album Ville Nouvelle / Nouvelle ville de Pascal Bouaziz / Michel Cloup / Patrice Cartier
La chronique de l'album Haïkus de Pascal Bouaziz
Fauve en concert au Festival FNAC Indétendances 2006
Fauve en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #25 (2013) - Samedi
Fauve en concert au Festival Rock en Seine 2013 (samedi 24 août 2013)
Fauve en concert au Festival Les Indisciplinées #8 (édition 2013) - 7 & 8 novembre
Fauve en concert au Festival Art Rock 2014 - 6, 7 et 8 juin
Fauve en concert au Festival Beauregard #6 (édition 2014)
Fauve en concert au Festival de Beauregard #6 (édition 2014) - samedi
Fauve en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2014 - Jeudi
Fauve en concert au Festival Les Francos Gourmandes #4 (édition 2015) - Vendredi 12 juin
Fauve en concert au Festival Rock en Seine 2015 - vendredi 28 août

En savoir plus :
Le site officiel de Mendelson
Le Facebook de Pascal Bouaziz
Le site officiel de Fauve
Le Bandcamp de Fauve
Le Facebook de Fauve

Crédits photos : Cédric Chort (Toute la série sur Taste of Indie)


Marion Gleizes         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=