Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Josh Ritter
The Beast in Its Tracks  (Pytheas Recordings)  mars 2013

Après avoir passé ses deux derniers albums à raconter des histoires comme autant de contes musicaux, Josh Ritter opère un retour sur lui-même avec son nouvel album The Beast in Its Tracks et parle de lui.

Le septième album de cet originaire de l’Idaho est un disque de rupture. Pas forcément de rupture musicale mais assurément de rupture sentimentale. Les albums de séparation ont pour eux d’être à forte teneur émotionnelle. Sans être forcément spectaculaires, ils ont une identité propre et contiennent souvent des allusions que seuls les intéressés peuvent décrypter. La question est donc de savoir à qui s’adressent ces quelques titres, l’auditeur pouvant de fait être placé dans une situation de voyeuriste pas forcément agréable.

Les treize chansons s’articulent autour de ses deux amours, passé et présent, en racontant la séparation d’avec sa compagne et chanteuse Dawn Landes, puis l’amour retrouvé. Plus ascète que son précédent effort, un dépouillement voulu et servant son propos, l’album contient autant de titres que de phases post-rupture.

Musicalement, on est donc dans du Josh Ritter sans édulcorant, un style forgé puis affiné depuis maintenant son premier album, il y a quatorze ans. La veine folk-country continue à être exploitée avec classe mais sans grande surprise. Le but recherché ici n’est sans doute pas l’originalité à tout prix. Rien de nouveau donc de prime abord, ses mélodies coulent toujours toutes seules et la guitare acoustique accompagne irrémédiablement sa voix chaude. Mais cette dernière doucereuse n’empêche pas de dire quelques gentillesses au passage. De ce fait, c’est au niveau des textes que s’opère le changement. Josh Ritter utilise le "je" pour raconter ses histoires intimes.

A l’instar de son précédent album, The Beast in Its Tracks s’ouvre sur une introduction d’une minute ("Third arm") qui plante ici clairement la thématique de l’album. Ainsi "A certain light" célèbre son nouvel amour en n’omettant la comparaison et "Hopeful" met les choses au point. Puis "New lover", sur un air presque gai, enfonce le clou et en bon homme blessé, l’américain dans un même couplet espère que son ex a retrouvé l’amour mais en même temps se réjouirait si ce n’était pas le cas. Suivent alors "Nightmares" qui lorgne du côté de Eels, "Bonfire" ouvertement country et "The Appleblossom rag" uniquement voix/guitare qui apparaît comme une comptine d’avant sommeil. Enfin "Joy to you baby", éclaircie lumineuse dans laquelle il trouve finalement l’apaisement précède le minimaliste "Lights" qui referme l’album en douceur, conclusion de son histoire, une fin étant toujours un nouveau début.

The Beast in Its Tracks est un album dont Josh Ritter avait sans doute besoin, une parenthèse dans sa discographie, résultant d’un besoin d’écrire et de transcrire ses émotions. Disque très personnel, trop peut-être pour l’auditeur sans pour autant que cela ne lui enlève aucunement ses qualités intrinsèques, il est évidemment hautement recommandable. Sensible exutoire, album thérapie pour oublier et s’apaiser. Chacun trouve son chemin pour surmonter, pour certains ça sera le dessin, le voyage, les mots et pour d’autres l’écriture de chansons...

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album So Runs The World Away de Josh Ritter

En savoir plus :
Le site officiel de Josh Ritter
Le Myspace de Josh Ritter
Le Facebook de Josh Ritter


Big Ben         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=