Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Christophe Chassol
Interview  (Nancy)  samedi 4 mai 2013

L’ouverture des festivités autour de la Renaissance Nancy 2013 était l’occasion rêvée pour rencontrer l’un des musiciens, il tient à ce mot, les plus intéressants du moment. Son dernier disque Indiamore est un bijou de subtilité musicale, un voyage, une échappée belle. Rencontre donc avec Christophe Chassol, sur un balcon surplombant une des plus belles places du monde. Un moment rare, avec une personne profondément humaine.

Qui est Christophe Chassol ?

Christophe Chassol : C’est le fils d’un saxophoniste, clarinettiste amateur antillais arrivé en France à 18 ans et qui était conducteur de bus et d’une employée de la sécurité sociale antillaise aussi. J’ai grandi à Paris et je suis un pianiste, compositeur qui fait aussi de la vidéo, enfin des films et donc voilà je suis un artiste, c’est ça ?

C’est comme cela que tu te définis ?

Christophe Chassol : Oui, en général, je dis que je suis un musicien. L’appellation que je donne change en fait au cours des années. Un moment je me disais pianiste, après je me disais compositeur, je n’aime pas dire artiste alors je dis musicien.

Quel est donc ton parcours de musicien ?

Christophe Chassol : J’ai commencé très tôt au conservatoire, à Paris. A l'adolescence, j’ai fait conjointement le conservatoire et une école de jazz. J’ai fait des études de philo à la Sorbonne aussi. Au conservatoire, je faisais orchestration et direction d’orchestre. Je suis allé à Berkeley grâce à une bourse d’étude, où j’ai fait aussi direction d’orchestre, film scoring. J’ai fait un cours génial qui s’appelait advanced writting studio techniques for small orchestra : tu avais un orchestre de 35 musiciens à ta disposition, nous étions dix élèves, neufs coréens et moi, et nous avions des exercices à faire, genre écrire une introduction type Broadway, écrire un contrepoint… Mais je me suis aussi formé beaucoup tout seul, en relevant les disques, en jouant par dessus les disques. Je considère donc avoir joué avec les plus grands : Miles Davis, Ennio Morricone…

Indiamore vient à la suite de Nola Chérie qui se passait à la Nouvelle-Orléans. Comment as-tu préparé cette suite ?

Christophe Chassol : Je suis parti en Inde en 2010 faire un repérage et j’y ai rencontré beaucoup de gens, des musiciens, des artistes. Il y en a que j’ai revu en 2012 à Paris avec qui j’ai enregistré de la musique. J’ai préparé tout cela un peu comme un documentariste, en leur posant des questions que j’avais préparées à l’avance, un peu comme un journaliste. Des questions qui allaient les orienter vers ce qu’ils allaient me dire. Je leur demandais par exemple : "qu’est-ce que l’on te chantait quand tu étais petit ? Quel est le rôle du tampura pour toi dans la musique indienne ? A quoi tu penses quand tu joues ?". Voilà, j’ai préparé cela au niveau géographique aussi, au niveau des gens que je connaissais.

Comment s’est déroulé le tournage ?

Christophe Chassol : Super bien. Vraiment ! Je suis parti avec Johann Levasseur, mon ingé son et Marie-France Barrier, une réalisatrice qui est une vieille amie, et qui est en fait la première à m’avoir parlé de l’Inde, il y a de cela presque 20 ans. Elle m’a parlé de Bénarès, de Varanasi la ville sacrée donc. Nous sommes arrivés le premier jour de mousson, il faisait une chaleur impitoyable. Nous étions liquéfiés. Tout a été super intense, on partait à 4h du mat, on finissait à 20h. Nous avons vu et filmé plein de gens.

Tu y es resté combien de temps ?

Christophe Chassol : Deux semaines, ce qui est largement suffisant pour faire un film parce que j’ai 400 gigas de rush et j’ai au moins deux autres films dedans.

Indiamore. More parce qu’en harmonisant le réel, tu exprimes un peu plus ce qu’est l'Inde ?

Christophe Chassol : Oui. C’est plus d’Inde. Mais ce n’est pas seulement plus ce qu’est l’Inde mais encore un peu plus. C’est aussi parce que chez moi, les titres sont très importants et qu’un titre dit beaucoup. En général, quelque chose qui a plusieurs angles de compréhension est plus intéressant. Là, il y a aussi indi à mort, vachement indé quoi, hyper indépendant.

Ah oui ! En effet !

Christophe Chassol : C’est aussi Indi amor(e), l’amour de l’Inde. Plus d’Inde, l’amour de l’Inde et vachement indé.

Peux-tu expliquer ce que tu entends par ultrascore ?

Christophe Chassol : C’est un terme que j’ai créé parce qu’il fallait trouver un terme pour cette technique. Mais cette technique, ce n’est pas moi qui l’ai spécialement inventée. C’est le speech harmonising, l’harmonisation du discours. C’est quelque chose que tu trouves chez Steve Reich, chez Hermeto Pascoal et puis déjà bien avant chez Bartok dans les années 20. L’idée, c’est que la musique de film commence avec le muet, tu as les mecs au piano qui jouent… ils sont hyper figuratifs, ils faisaient de la musique vraiment illustrative. Heureusement, tout cela a bien évolué. Je fais des musiques de films et les réalisateurs te demandent de scorer l’intériorité des personnages, leur psychologie ou le hors-champ. Ce que l’on ne voit pas à l’écran. Moi je fais quelque part quelque chose d’hyper terre à terre. Absolu dans le sens où je score les dialogues même. C’est ultra pour le degré zéro !

Considéres-tu qu’Indiamore pourrait se situer dans une grande ligne qui irait des cris de Paris de Clément Janequin et passerait par City Life de Steve Reich ?

Christophe Chassol : Je ne connais pas Clément Janequin et City Life, je l’ai chez moi mais je ne me suis jamais vraiment plongé dedans. C’est peut-être plus Different Trains qui m’a vraiment influencé. Mais plus encore que Steve Reich avec City Life ou Different Trains, c’est Hermeto Pascoal qui m’a vraiment influencé avec un album qui s’appelle Festa dos Deuses où il harmonise une petite dans son bain avec sa mère, un discours d’un président, un commentateur d’un match de foot et cela a été très important pour moi. Je me suis rendu compte qu’il y avait aussi une autre chose qui m’a poussé vers ça, c’est une pièce de Gavin Bryars qui s’appelle Jesus Blood Never Failed Me Yet. Tu as un petit vieux, une sorte de clochard dans la rue qui dit cette phrase avec une voix de grabataire : "Jesus Blood, Never Failed Me Yet, Never Failed Me yet". Il l’a harmonisée, mise en musique, a fait chanter par dessus Tom Waits.

D’où vient cette importance d’expliquer ta musique ? Je parle des notes que l’on retrouve dans les notes de livret de tes disques.

Christophe Chassol : Je trouve que plus d’informations n’enlèvent pas la magie et donnent plus de clefs pour entrer dans les arcanes, à l’intérieur de la musique. De la voir autrement. De comprendre vraiment comment elle est faite. J’essaie de faire en sorte que cela reste didactique. Que cela soit en même temps un mélange de poésie et de didactisme. Que cela ne soit jamais trop pompeux.

Je trouve aussi que cela s’adresse à des musiciens, à des gens qui ont quelques notions solfégiques aussi. Tout n’est pas forcément facile à comprendre.

Christophe Chassol : Non, pas forcément. J’essaie aussi de rester exigeant. Mais en essayant de ne pas perdre les gens non plus en leur donnant trop d’informations. Il faut vraiment que cela reste poétique. Et puis c’est très contextuel, dans Indiamore j’explique où on était, avec qui, ce qu’il se passait. Mais j’explique aussi la musique. Cette envie de donner des explications vient de plein de choses mais aussi de manière assez évidente de l’amour que j’ai eu pour les Young People’s Concert de Bernstein que j’ai vu petit et que je revois régulièrement. J’aime ça. Le premier morceau, "Two Lines", pousse le truc au paroxysme. C’est vraiment expliquer de quoi va être fait le film.

Es-tu d’accord si je dis que ta musique est un mélange de mélodie en contrepoint et d’une musique très en accords ?

Christophe Chassol : Mon souci est vraiment vertical. C’est l’harmonie. Pour moi, tout peut marcher tant que l’harmonie marche. Je suis vraiment attiré par la verticalité. Je vois la musique comme abscisse et ordonnée. Je suis plus intéressé par les accords que par le rythme, je peux mettre quelque chose à une vitesse et superposer une mélodie à une autre vitesse tant qu’harmoniquement cela va, tout va. Il y a des choses que je n’ai pas écrites car trop dur à écrire, comme des tourneries de piano. Dans "Our Father", par exemple, il y a un balancier de piano qui est dans une certaine rythmique, en mi bémol pour mimer le tampura et la voix que j’ai placée dessus n’est pas forcément calée avec parce qu’harmoniquement ça marche. Cela m’est égal si rythmiquement, c’est un peu brinquebalant.

Comment se passe la phase d’écriture de la musique ? Tu t’installes au piano, tu as déjà des bases, des idées ? Tu as une méthode de travail ?

Christophe Chassol : Comment cela se passe… Il y a plein de méthodes, il y a plein de façon d’écrire la musique, mais j'ai quand même quelques procédés. Pour Indiamore, je suis parti de la vidéo, d’un son, d’une matière première et je regarde ce que je peux en faire. Je convoque mes obsessions qui sont toujours un peu les mêmes depuis que j’ai 17 ans. J’ai toujours les mêmes obsessions harmoniques, des types de grilles d’accords que je veux mettre, que je veux faire entendre. Donc c’est un peu toujours les mêmes accords mais agencés différemment, traités autrement. C’est très Morriconien aussi quelque part, dans le sens où ce sont des accords très simples mais agencés d’une façon particulière. Donc tout part de la grille d’accords. Je ne suis pas vraiment dans la recherche de la mélodie. Je cherche l’alchimie entre deux accords. Et puis je joue beaucoup de piano. Je joue, je joue, je joue jusqu’à temps que j’ai trouvé le truc. Et là je me dis : "Ah oui ça y est, j’y suis !".

Tu joues ce soir une musique de ballet que tu as composée. Peut-on imaginer qu’un jour tu travailles sur du matériel plus "classique" comme un quatuor à cordes par exemple ?

Christophe Chassol : J’en ai fait. Mais je n’appellerais certainement pas ça quatuor à cordes. En fait, je pense que j’aurai du mal à me limiter à ne faire qu’un quatuor à cordes, il faudrait qu’il y ait autre chose. Formellement, j’aurais du mal à rester dans ce format. Peut-être par peur aussi de me confronter à cette forme si classique, avec des génies passaient avant. Après quand tu regardes ce que joue le Kronos Quartet, il y a toujours quelque chose d’autre, c’est rarement un quatuor pur. Et puis j’ai l’impression aussi que quelque part nous n’en sommes plus là, et que les mecs qui écrivent aujourd’hui des quatuors à cordes sont un peu désuets. Mais bon d’un autre côté, je travaille toujours et depuis toujours les quatuors à cordes de Debussy et Ravel. Parce que c’est la base.

Musique / cinéma, cinéma / musique… Trois B.O. indispensables ?

Christophe Chassol : Alors…. Disons "La Planète des singes" de Jerry Goldsmith (1968), peut-être "Le Bon, la Brute et le Truand" de Morricone et puis il faut citer aussi Bernard Herrmann pour "Vertigo" ou un John Williams.

John Williams quand même ?

Christophe Chassol : C’est hyper important quand même. J’ai vraiment aimé ça plus jeune. J’aime moins maintenant. Mais c’est hyper important parce que parfois, cela dépasse le simple domaine de la musique comme avec "Les Dents de la Mer" par exemple. Moi c’est "La Tour infernale" qui m’a vraiment motivée à faire de la musique de film. C’est un truc de jeunesse. Je suis tombé dessus à la TV. J’ai halluciné sur l’ouverture à la Copland, les grands espaces, les gros cuivres, les quartes ouvertes. Donc pour résumer, je dirai "La Planète des singes", "Le Bon, la Brute et le Truand" ou bien "Il était une fois en Amérique" qui est quand même magnifique.

D'ailleurs, on parlait de livret tout à l’heure, et en écoutant dernièrement "Il était une fois en Amérique", je lisais le livret et il y avait un musicien qui disait : "nous étions tous là et on sentait qu’il se passait quelque chose de dingue et quand nous n’avons rien eu comme récompense, nous étions scotchés". En parlant de ça, une des premières vidéos que j’ai harmonisées, c’est une remise d’oscars de 1976, mon année de naissance en passant, et qui est juste dingue au niveau des nominés. Tu as Herrmann pour "Obsession" de Brian de Palma, Herrmann pour "Taxi Driver", Lalo Schifrin pour "Voyage Of The Damned", Jerry Fielding que j’adore pour "Josey Wales" et Jerry Goldsmith pour "The Omen". Une autre musique de film qui m’a vraiment marqué, c’est Stravinsky en musique de film, avec quelque chose d’autre aussi.

En dehors de ces disques, quels sont tes disques de chevet ?

Christophe Chassol : C’est "Bitches Brew" de Miles Davis, le premier album peut-être de Mahavishnu Orchestra, "The Inner Mounting Flame", "Le Sacre du Printemps" / "L’Oiseau de feu" / "Petrouchka", Chick Coréa, "Light as a Feather". Le disque de John Adams, "The Chairman Dances" qui est hallucinant, du Steve Reich aussi. Il ne faut pas oublier Magma aussi "Üdü Wüdü" de 1976 également.

Le futur ?

Christophe Chassol : En ce moment, je m’intéresse beaucoup à l’Americana. La folk américaine mais aussi Aaron Copland. Et puis le Brésil. J’ai pris des billets d’avion pour le Brésil, je vais y faire un repérage comme j’avais fait pour l’Inde. Le Mississipi, l’Americana, la folk, les films d’animations aussi. Il y a un bouquin que je veux adapter. Tout va se mélanger et trouver sa forme. En ce moment, je lis pas mal de trucs, un bouquin sur Dutilleux que j’aime beaucoup. Et puis le futur concert, c’est aussi la tournée pour Indiamore. J’ai pas mal de dates. Deux musiques de films à venir… beaucoup de choses !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album X-Pianos de Chassol
La chronique de l'album Indiamore de Chassol
La chronique de l'album Big Sun de Chassol
La chronique de l'album Ludi de Chassol
Chassol en concert à Tourcoing Jazz Festival #29 (édition 2015) - jeudi 15 octobre
L'interview de Christophe Chassol (mars 2020)

En savoir plus :
Le site officiel de Chassol
Le Myspace de Chassol
Le Facebook de Chassol

Crédits photos : Jérôme Gillet


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 5 juillet 2020 : Un avant goût de vacances

il fait (presque) beau partout, on sort un peu de chez nous, on voit nos amis, on pense aux vacances. Chez Froggy's on continuera tout l'été à vous alimenter en culture mais ce sera peut être un peu plus calme. En attendant, voici le sommaire et bien sûr le replay de La Mare Aux Grenouilles #5 !

Du côté de la musique :

"Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.
et toujours :
"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"La Putain respectueuse" par Gérard Gélas
"Dracula Asylum" par Felicien Chauveau
"L'Homme qui rit" par Gaële Boghossian
"Cage" par Jacques Bellay
"Kyste" de et par Eloïse Hallauer et Camille Soulerin
et une pépite : "Jimmy's blues" de James Baldwin par Nicolas Repac et Anouk Grinberg
du théâtre moderne :
"Vient de paraître" d'Edouard Bourdet par Jean-Paul Tribout
"La vie de Galilée" de Bertold Brecht par Eric Ruf
le répertoire classique par la Comédie français d'hier et d'aujourdhui :
"Le Mariage de Figaro" de Beaumarchais
"On ne badine pas avec l'amour" d'Alfred de Musset
Au Théâtre ce soir :
"Les Petits oiseaux" d'Eugène Labiche
"La Reine Blanche" de Barillet et Grédy
"Les Petites têtes" d?André Gillois
des comédies :
"L'Opération du Saint-Esprit" de Michel Heim
"Jeux de mots bêtes pour gens laids" autour de textes de Bobby Lapointe
"Pochettes Surprise" de Jacky Goupil
du côté des humoristes :
"Jean Luc Lemoine - Au naturel"
"Moustapha El Atrassi - Second degré"
du théâtre visuel avec "L'Avare" par la Compagnie Tàbola Rassa
et enfin du théâtre lyrique avec"Ercole Amante" de Francesco Cavalli par Christian Hecq et Valerie Lesort

Expositions :

les réouvertures de la semaine :
le Musée d'Art Moderne dela Ville de Paris avec les collections permanentes de "La Vie Moderne" dans sa nouvelle présentation et la salle Matisse
le Musée Rodin
le Musée national des Arts asiatiques-Guimet
le Musée Cognacq-Jay et le Musée du Louvre
et les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :
en salle "L'Envolée" de Eva Riley
at home avec :
du thriller :
"La Isla minima" de Alberto Rodriguez
"La Onzième heure" de John Lyde
de la romance :
"La revanche d'une blonde" de Robert Luketic
'"Aime-moi comme je suis" de Stephan Meyer
"Coup de foudre en cuisine" de James Hacking
du drame :
"L'ombre du doute" d'Aline Issermann
"Tout va bien on s'en va" de Claude Mouriéras
"Henri" de Yolande Moreau
Ciné-Club français des années 60 :
"L'Insoumis" d'Alain Cavalier
"Le Chien" de François Chalais
"La Voleuse" de Jean Chapot
"Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
et des raretés :
"Le Champignon des Carpathes" de Jean-Claude Biette
"King of the White Elephant de Sunh Vasudhara

Lecture avec :

"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson
et toujours :
"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=