Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Coup de projecteur sur les nouvelles du monde
  (Editions du Seuil)  avril 2013

"Enfant de fer" de Mo Yan

Paraît en avril 2013 dans la Collection Points des Editions du Seuil, un recueil de seize nouvelles écrites par l'écrivain chinois Mo Yan, lauréat du Prix Nobel de littérature 2012.

Le recueil intitulé "Enfant de fer" s'articule autour d'une thématique unique, celle de l'enfance, qui est déclinée selon un registre syncrétique qui tient de l'épopée rurale dans une campagne pauvre touchée par la famine, du récit autofictionnel d'un enfant né en 1955 qui a grandi pendant les années du "Grand Bond en avant", celles de la mise en oeuvre de la politique économique du Grand Timonier, de la tradition populaire chinoise du conte et de la fable initiatique.

Mo Yan emprunte aux genres du réalisme magique et du merveilleux, bien rendu par la belle plume poétique de la traductrice Chantal Chen-Andro, pour transcender la réalité des faits, des choses et des gens, telle qu'elle est perçue par les yeux de l'enfant.

La réalité c'est le respect des anciens, avec le rôle de transmission de l'ancêtre, avec la structure familiale traditionnelle de cohabitation de plusieurs générations, et l'amour maternel mais aussi la pratique de l'infanticide des filles dont la naissance est considérée par les familles comme un désastre.

C'est aussi la condition paysanne touchée de plein fouet par la révolution industrielle voulue par Mao Zedong qui réquisitionne les adultes pour la construction d'une voie ferrée ce qui entraîne un accroissement des enfants orphelins et abandonnés.

"Le musée du Dr Moses" de Joyce Carol Oates

Le titre de ce recueil de nouvelles de l'américaine Joyce Carol Oates, "Le musée du Dr Moses", corroboré par l'illustration de couverture, donne déjà un avant-goût du registre exploré, celui des histoires à faire peur et à ne pas lire la nuit d'Alfred Hitchcock, déconseillé aux âmes nerveuses et sensibles.

Le parti pris tient à l'irruption de l'étrange, l'inquiétant, l'inattendu, le burlesque, le fantastique voire l'épouvante dans le quotidien, le banal, l'ordinaire à la manière de la série télévisée américaine "La Quatrième Dimension", diffusée en France dans les années 60 puis dans les années 80.

Pour Joyce Carol Oates, une bête est tapie derrière des apparences policées et elle articule ses récits autour de la rupture de l'équilibre psychique et comportemental de l'individu causé par un élément anodin ou un incident mineur qui normalement passerait inaperçu mais qui, à un instant donné, va agir à la manière de la goutte d'eau qui fait déborder le vase, générant une réaction aussi violente et imprévisible que disproportionnée.

Ainsi, la première nouvelle (Salut ! Comment va !") est exemplaire. Le jogger poli et facétieux qui, tout en courant, accompagne son salut d'une tape joueuse sur les fesses ou coup de coude empiétant sur l'espace vital et l'intégrité, surprend ses "victimes" jusqu'au jour où l'une d'elle lui répond par un coup de revolver qui lui cloue définitivement le bec.

"Les lunes de Jupiter" de Alice Munro

Le quotidien forme également le terreau littéraire de la canadienne Alice Munro mais dans un registre bien différent, celui de l'introspection.

Une introspection plus mélancolique que nostalgique guidée par le temps qui passe qui agit comme un filtre révélateur, à l'instar du développement d'une photo argentique qui révèle une réalité parfois différente de celle mémorisée par l'oeil, d'où cette allusion aux découvertes successives des lunes de Jupiter.

Car rien n'est immuable et tant la perspective que l'acuité du regard se modifient. Au lieu de tresser les fils du récit dans le cadre d'une conventionnelle narration linéaire, Alice Munro déroule de manière kaléidoscopique, et chronologiquement à rebours, le chemin des vies, souvent des vies de femmes, imbriquées dans des histoires de famille pendant les années 50.

Ce sont autant de portraits de femmes ordinaires délivrés en forme d'instantanés presque tchekhoviens qui constituent simultanément une galerie de portraits attachants et une belle réflexion sur le temps ramené à l'échelle d'une vie.

"Une collection très particulière" de Bernard Quiriny

"Une collection très particulière", là encore un titre judicieux pour une série de nouvelles présentées de manière dispersée mais qui se réfèrent expressément à trois séries thématiques bien distinctes ("Une collection très particulière", "Dix villes", "Notre époque").

Elles présentent cependant deux points communs : ressortir à l'imaginaire de l'absurde trempé de pataphysique et au collectionnisme obsessionnel.

Ainsi Bernard Quiriny explore la bibliothèque d'un amateur éclairé nommé Gould en faisant l'inventaire de livres qui n'existent pas et découvrant la section des écrivains reniés, crée des villes imaginaires pour maniaques et psychotiques, telles la ville du silence et celle dont tous les lieux portent le même nom, et évoque les tracasseries de la ville du futur qui connaîtrait la résurrection de masse, le changement de nom à la carte et la permutation des corps.

A conseiller à ceux qui ne sont pas allergiques au systématisme d'un procédé littéraire qui, par ailleurs, s'attache davantage aux idées et aux phénomènes qu'aux individus.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :
La chronique de "Le Mystérieux Mr Kidder" de Joyce Carol Oates
La chronique de "Mudwoman" de Joyce Carol Oates
La chronique de "Maudits" de Joyce Carol Oates
La chronique de "Premier amour" de Joyce Carol Oates
La chronique de "Carthage" de Joyce Carol Oates
La chronique de "Sacrifice" et de "Dahlia noir & Rose blanche" de Joyce Carol Oates
La chronique de "La fille du fossoyeur" de Joyce Carol Oates
La chronique de "Paysage perdu" de Joyce Carol Oates


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 15 juillet 2018 : Allons z'enfants !

On continue le tour des festivals avec les Eurockéennes et le Hellfest, mais aussi le Off d'Avignon et plein d'autres belles choses à découvrir tout de suite dans le sommaire de la semaine :

Froggeek' s Delight :

"Detroit : Become Human" de Quantic Dreams sur PS4
La mode du Battle Royale va-t-elle tuer la créativité
dans le jeu vidéo ?

Du côté de la musique :

"Cover me session" de Hugo
On démarre la revue des festivals avec le Hellfest où nous avons passé 3 jours de folie :
Vendredi au Hellfest avec Joan Jett, Meshuggah, Juda Priest, A Perfect Circle...
encore le Hellfest le Samedi avec Rise of the Northstar, Pleymo, Deftones, Dimmu Borgir...
et on fini le Hellfest le Dimanche avec Megadeth, Iron Maiden, Marilyn Manson...

changement de décor, Vendredi au Eurockéennes de Belfort avec Beth Ditto, Prophets of Rage, Nine Inch Nails...
toujours les Eurocks, la journée du samedi en compagnie de Truckks, Queens of the Stone Age, Jungle ... (et semaine prochaine, le dimanche)
retour sur les 4 jours au festival de Beauregard :
Vendredi avec Charlotte Gainsbourg, Orelsan, Jack White, MGMT...
Samedi avec Eddy de Pretto, Black Rebel Motorcycle Club, Simpl Minds...
Dimanche avec Parquet Courts, The Breeders, At the Drive In, Bigflo & Oli...
et le bouquet final du lundi avec Depeche Mode, Girls in Hawaii et Concrete Knifes
et toujours :
"The symphonies" de Arvo Part
"Chambre noire" de Alexandre Nadjari
"What we've drawn" de Fuzeta
"Avec du noir avec du blanc" de Olivier Depardon
Shaggy Dogs en interview autour de leur album "All Inclusive"
"Murmures" de Tom Bourgeois

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Italienne, Scène et Orchestre" à la MC 93 à Bobigny
"Bohême, notre jeunesse" à l'Opéra Comique
"Les Liaisons dangereuses" au Théâtre de Nesle
"Dîner de famille" au Théâtre d'Edgar
"Seconde chance" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
dans le cadre du Festival au Village à Brioux-sur-Boutonne :
"Les Gravats"
"Au Banquet de Gargantua"
les chroniques des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon
et les chroniques des spectacles à l'affiche pour l'été parisien

Expositions avec :

"Kent Monkman - Beauty and the Beasts" au Centre Culturel Canadien
et la dernière ligne droite pour :
"Mary Cassatt - Une impressionniste américaine à Paris" au Musée Jacquemart-André
"Corot - Le Peintre et ses modèles" au Musée Marmottan-Monet

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Paul Sanchez est revenu !" de Patricia Mazuy
"Penché dans le vent!" de Thomas Riedelsheimer
dans la catégorie Oldies but Goodies en version restaurée :
"Les Dames du Bois de Boulogne" de Robert Bresson
"Laura nue" de Nicolo Ferrari
les chroniques des sorties de juin
et les chroniques des autres sorties de juillet

Lecture avec :

"Génocide(s)" de Kazuaki Takano
"Le dernier tableau de Sara de Vos" de Dominic Smith
"Réveille-toi !" de François Xavier Dillard
"Le président a disparu" de Bill Clinton et James Patterson
"Sur un mauvais adieu" de Michael Connelly
et toujours :
"Histoire du fascisme" de Frédéric le Moal
"Jesse le héros" de Lawrence Millman
"Taqawan" de Eric Plamondon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=