Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce CocoRosie - Nomi Ruiz
L'Aéronef  (Lille)  mercredi 12 juin 2013

Ma maman n'aime pas que je dise ici du mal des groupes que je vois. Alors Mone, si tu me lis, je te suggère de relancer le dé et de passer direct au paragraphe concernant le deuxième groupe de la soirée.

Parce que oui, enfin non, la première partie, ce n'était pas possible. Elle s'appelle Nomi Ruiz (on a d'abord cru entendre Dirty Louise, et ça lui allait plutôt pas mal), et nous présente sa "mixtape" : Borough Gypsy. Elle entre en scène, vêtue d'une sorte de brocoli cramoisi en soie, lèvres peintes en noir, elle appuie sur un bouton, et ce sera tout pour la musique (sauf un dernier titre à la guitare flamencante, saugrenu) : des boucles, entre R&B et hip-hop d'un intérêt très relatif.

Elle chante d'une voix grave, chaude, pas dégueue, qui se voudrait Neneh Cherry, qui fait bizarrement Mickael Jackson, diction claire, mais flow de rapeuse pas contente, comme on en entend tant ; le tout dans un brocoli cramoisi, qu'on m'explique.

Ah mais, ouh là, elle enlève son épaisseur et se révèle en robe sexy, fendue, rouge glamour, et ondoie, nous montre comme elle est belle sa robe qui suit bien le mouvement ondoyant, t'as vu ? mmm, ma jambe nue, comme elle est belle, comme je suis trop belle. Et la musique ? Le contenu ? L'épaisseur ? Ah oui, pardon, je m'oublie un peu, ben je vous parle que je suis pas un objet, quoi, zut. Hun huuunnn. Mais nous on ne sent rien, il ne se passe rien. Elle s'agite et s'agite, on l'imagine bien dans un trip arty, mes idées-mon art-ma revendication, et on s'ennuie.

Grâce à l'internet, on apprendra que Nomi Ruiz est trans et qu'elle a semble-t-il une importance non négligeable aux Etats-Unis pour les gens qui soutiennent les mouvements LGBT. On comprend que pour eux ça veut dire beaucoup, mais c'est peut-être un détail pour nous.

Viennent ensuite les CocoRosie. Je craignais un peu de devoir censurer à ma mère la totalité de ce report, redoutant un univers infantile, mutin, gnan gnan. Mais non, on peut lire sans crainte. Les soeurs Bianca et Sierra Casady viennent de sortir leur cinquième album, Tales of a Grass widow, et à l'écoute de leur set, il est très cohérent avec le reste de leur oeuvre : un onirisme peuplé d'étoiles, d'épouvantail, avec pour décor une harpe bleue et un jeune type au beatbox. Pas de plateau surchargé baroque, juste elles deux et leurs trois musiciens, et quelques vidéos, dont certaines en direct, traficotées sur place.

Elles : deux tonalités. L'une Sierra, à la harpe, aux longs cheveux, long jupon sombre, maillot jaune fluo, voix de soprano cristalline, entre en scène ornée de luminions. L'autre, Bianca, entre voilée de noir, pantalon saucissonné doré, tatouages de gribouilles, à la flûte et à la voix de toute petite fille qui nous raconte des histoires pour ne pas dormir, pour se donner du courage et faire sien ce monde des monstres qui est le nôtre.

Cette voix qui fait la marque du groupe, peut aussi en être le point faible (sur album, c'est parfois proche du nasillard, c'est dur de tenir la longueur), mais ici c'est presque l'intérêt essentiel. Sans elle, le reste est quand même moins intéressant. Et ce qu'on redoutait trop naïf se révèle teinté de noir, il y a comme une angoisse sourde, une incertitude essentielle, qui repose presque, qui permet de connecter.

Déjà 10 ans que le groupe existe. Ce qui est bien avec les mauvaises graines, c'est leur obstination. D'une façon ou d'une autre, une odeur évocatrice, une fleur inattendue, ou parfois le contraste avec la flore environnante, avec le temps, on se dit que c'est bien que ça soit là, aussi, même si on n'en fera pas un bouquet.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album The Adventures Of The Ghosthorse And Stillborn de CocoRosie
CocoRosie en concert au Festival Le rock dans tous ses états 2005 (samedi)
CocoRosie en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2006 (dimanche)
CocoRosie en concert au 106 (28 juin 2007)
CocoRosie en concert au Festival Rock en Seine 2011 - Programmation du samedi

En savoir plus :
Le site officiel de CocoRosie
Le Myspace de CocoRosie
Le Facebook de CocoRosie
Le site officiel de Nomi Ruiz
Le Myspace de Nomi Ruiz
Le Facebook de Nomi Ruiz

Crédits photos : Cédric Chort (Toute la série sur Taste of Indie)


Marion Gleizes         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=