Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce That Obscure Object Of Desire (TOOOD) - Sol Hess & the Sympatik's - Old Mountain Station
L'Espace B  (Paris)  mardi 11 juin 2013

En ce 11 juin, les Balades Sonores avaient convié Froggy’s Delight et We Are Unique Records à composer un plateau sur la scène de l’Espace B. Plateau éclectique mais complémentaire proposant de démarrer sur la folk / pop de Old Mountain Station dont le premier album du même nom vient de sortir chez We Are Unique Records, d’enchaîner sur le rock energique de Sol Hess & the Sympatik’s, pour finir sur l’electro du duo TOOOD.

La salle est honnêtement remplie quand démarre le premier groupe de la soirée.

La folk d’Old Mountain Station sur disque, c’est une musique entre folk et pop, on les compare souvent à Grandaddy et il y a du vrai. Des chansons que l’on a envie de siffloter, de la mandoline, des chants à deux voix, bref, c’est très joli et devrait parler à quiconque apprécie les Grandaddy ou Pavement.

Mais ce soir, sur la scène de l’Espace B, tout ce qui fait le charme du groupe part un peu en eau de boudin et n’ayons pas peur de le lire, nous avons été un peu déçus. Le son n’est pas à la hauteur et les belles guitares se transforment en une bouillie sonore épaisse, juste relevée par une gros son de basse, tandis que la mandoline fait de la figuration visuelle sans jamais réussir à atteindre nos oreilles. La justesse du chant subit les conséquences de ce son "à la va-vite" et le spectacle est un peu gâché, malgré l’énergie déployée par les garçons.

On aurait aimé retrouver les perles dont est parsemé l’album mais on n’a eu des chansons un peu brouillon qui, à n’en pas douter, n’ont pas convaincu qui ne connaissait pas l’album auparavant. Pour autant, le groupe est à suivre, l’album à se procurer et les lives à voir dans des conditions de préparation meilleures que ce soir là.

Les problèmes de son ne s’arrêteront pas là puisque le deuxième groupe, Sol Hess & The Sympatik’s venus tout exprès de Bordeaux auront eux aussi quelques déboire avec une pédale de guitare et un ingé son qui jouera avec le bouton delay de sa console à plutôt mauvais escient, ajoutant un effet sur le chant absolument pas à propos.

Pour le reste, les performances scénique de Sol et ses trois compagnons ne sont plus à démontrer et l’énergie du groupe dans une mise en scène toujours très théâtrale est rapidement communicative à un public très réceptif et a priori agréablement surpris, pour ceux qui ne connaissait pas le groupe. On oscille entre une cold wave très carrée et un post-rock légèrement décadent.

Le set est court mais "Hanadasan" qui se termine comme à l’accoutumée par des sirènes finit de convaincre les spectateurs de jeter une oreille sur l’album du groupe. Et si vous n’avez pas eu la chance d’être là ce soir, l’album est bien évidemment toujours disponible et regroupe des titres comme "Meat for the captain" hypnotique ou encore "Silent Movie" qui, malgré les soucis techniques, dégageaient une puissance incroyable.

A peine remis de nos émotions sonores, TOOOD entre en scène.

Evidemment TOOOD, c’était un peu nos chouchou du soir puisque nous étions partenaire de la sortie de leur premier EP, Honestly et que nous les attendions donc de pied ferme sur scène, d’une part pour écouter en live les 4 titres du disque mais également pour découvrir quelques nouveautés inédites.

Tout de noir vêtu, le duo entre donc en scène. Laurent aux machines et Astrid au chant. Les sons puissants des machines passent très bien dans la sono, remise de ses émotions de n’avoir su faire honneur aux deux groupes précédents et la voix d’Astrid, toujours juste et charmeuse, pour ne pas dire sensuelle, se cale sans heurt dans les boucles sonores.

Le charme agit et l’ambiance est à la fois feutrée et survoltée, un peu comme un concert de Portishead ou de Elysian Fields.

Tous les titres du EP sont joués, "Honestly" concluant logiquement le set en bon tube qu’il est, juste après une réussie et maîtrisée reprise de "Requiem pour un con".

Mais l’intérêt était aussi beaucoup dans les nouveaux titres, dans la continuité de ceux déjà connus mais avec ce petit quelque chose en plus qui montre que le groupe a plusieurs cordes à son arc et notamment celle d’un chant en français, belle surprise de la soirée et signe d’une prometteuse suite à ce tout jeune EP.

23h30 arrive bien vite et la scène est déjà presque débarrassée de son matériel mais tourne encore dans nos têtes la lancinante mélodie de "Meat for the captain", "Overload" ou "Heart is just a piece of meat".

On a hâte de rentrer pour réécouter tout cela en disque, et se rattraper de la frustation de n’avoir pu profiter pleinement des belles mélodies d’Old Mountain Station aussi…

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Old Mountain Station parmi une sélection de singles (janvier 2013)
La chronique de l'album eponyme de Old Mountain Station
La chronique de l'album Shapes de Old Mountain Station
Old Mountain Station en concert à Angil & the Hiddentracks - Old Mountain Station (mercredi 30 mars 2011)
L'interview de Old Mountain Station (22 février 2012)
La chronique de l'album Hanadasan de Sol Hess and the Sympatik's
La chronique de l'album The things we know de Sol Hess and The Sympatik's
Sol Hess and the Sympatik's en concert à l'Espace B (lundi 24 octobre 2011)
La chronique de l'album Honestly de That Obscure Object Of Desire (TOOOD)
La chronique de l'album Dédale / Up to the clouds 45T de That Obscure Object Of Desire (TOOOD)
La chronique de l'album Fury de That Obscure Object Of Desire (TOOOD)
La chronique de l'album Transparence de That Obscure Object Of Desire (TOOOD)
La chronique de l'album Interview de That Obscure Object Of Desire (TOOOD)
L'interview de That Obscure Object Of Desire (TOOOD) (mai 2013)
L'interview de That Obscure Object Of Desire (TOOOD) (samedi 4 octobre 2014)

En savoir plus :
Le Bandcamp de Old Mountain Station
Le Soundcloud de Old Mountain Station
Le Facebook de Old Mountain Station
Le site officiel de Sol Hess and the Sympatik's
Le Bandcamp de Sol Hess and the Sympatik's
Le Myspace de Sol Hess and the Sympatik's
Le Facebook de Sol Hess and the Sympatik's
Le site officiel de TOOOD
Le Bandcamp de TOOOD
Le Soundcloud de TOOOD
Le Facebook de TOOOD

Crédits photos : Olivier Olivar (Toute la série sur Taste of Indie)


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Old Mountain Station (22 février 2012)
Sol Hess And The Sympatik's (23 janvier 2014)
TOOOD (26 novembre 2018)
TOOOD (16 avril 2016)
TOOOD (4 octobre 2014)
That Obscure Object Of Desire (TOOOD) (28 mai 2012)
That Obscure Object Of Desire (TOOOD) (28 mai 2012)


# 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?

Le premier tour des élections municipales fut le signe du début du confinement. Espérons que ce second tour ne sera pas l'appel à un second confinement. Quoi qu'il en soit : Soyez prudents, soyez heureux et cultivez vous ! c'est parti pour le sommaire en commençant par le replay de la Mare Aux Grenouilles #4 (eh oui déjà !)

Du côté de la musique :

"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa
et toujours :
"As found" de Fugu
"Désordres" de Austyn
"Anda Lutz" de Cie Guillaume Lopez
"A l'instinct A l'instant" de Daniel Jea
"Cérébro dancing" de Epilexique
"Cobra" de François Club
"Coquette" de Hailey Tuck
"Springtime with no harm" épisode 18 des mixes de Listen In Bed
"Fanfare XP, volume 2" de Magic Malik
"Avec son frère" de Volo
"Safeplace" de Yadam

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Démons" par Lorraine de Sagazan
"Misery" de William Goldman
"L'obéissance de la femme du berger "de Sergio Martínez Vila
"Migraaaants" de Matéi Visniec
"Le Remplaçant" d'Agnès Desarthe
"Portrait d'Amakoé de Souza - Salade Tomate Oignon" de et par Jean-Christophe Folly

"La Chose Commune" de David Lescot et Emmanuel Bex
de la comédie de boulevard :
"Hier est un autre jour "de Sylvain Meyniac et Jean-François Cros
"Madame Doubtfire" de Jaja Fiastri
"Le Clan des divorcées" de Alil Vardar
"A gauche en sortant de l'ascenseur" de Gérard Lauzier
du côté des humoristes :
"Mimie Mathy - J'adore papoter avec vous"
"Denis Maréchal - J'dis franchement"
dans le répertoire classique :
"Le Jeu de l'amour et du hasard" par Catherine Hiegel
"Roméo et Juliette" par Eric Ruf
Shakeaspeare :
à l'anglaise au Globe Teater : "Macbeth"
et en comédie musicale "Roméo et Juliette, de la haine à l'amour" de Gérard Presgurvic
et de l'Opéra revisité :
"La Traviata" de Verdi par Simon Stone
"Cendrillon" de Jules Massenet par David Hermann

Expositions :

en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Pompéi" au Grand Palais
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières
"La Force du dessin - Chefs-d'oeuvre de la Collection Prat" au Petit Palais
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le dessin sans réserve. Collections du Musée des Arts Décoratifs" au Musée des Arts Décoratifs
et en passant par la Lorraine, découvrir la Villa Majorelle œuvre de style Art nouveau.

Cinéma at home avec :

"Riens du tout" de Cédric Klapisch
"Noïse" de Henry Bean
"Sous surveillance" de Robert Redford
"La romancière" de John McKay
au Ciné-Club les années 50 :
"Un drôle de Dimanche" de Marc Allégret
"La vie à deux" de Clément Duhour
"L'homme au million ("The Million Pound Note") de Ronald Neame
des incontournables japonais :
des figures tutélaires :
"Tokyo drifter" de Seijun Suzuki
"A blind woman" de Teruo Ishii
et des plus jeunes :
"Mr Long" de Sabu
"Ichi, la femme samouraï" de Fumihiko Sori
et des raretés avec une sélection "Court metrage" :
"Le Chant du styrène" de Alain Resnais
"La chambre" de Chantal Akerman
"Pauline" de Céline Sciamma
"La traversée de l'Atlantique à la rame" de Jean-François Laguionie

Lecture avec :

"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin
et toujours :
"Le jour où Kennedy n'est pas mort" de R.J. Ellory
"Mauvaise graine" de Nicolas Jaillet
"Une immense sensation de calme" de Laurine Roux

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=