Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Holden
Sidération  (Watusa)  juin 2013

C'est coincé dans l'afterworld que Salinger s'intéresse enfin. Lui, le génie créateur isolé de The Catcher in the Rye, et donc du mythique Holden Caufield. Les sillons de Sidération lui parviennent depuis l'outre-tombe. L'effet est garanti.

Avec ce disque, Holden touche au sublime. Non pas que ce n'est jamais été le cas, bien au contraire, chaque album étant de véritable perfection pop. Oui, mais cette fois c'est différent, Holden nous livre ici son disque le plus sombre et cette galette est encore mieux que les autres.

N'y allons pas par quatre chemins, il s'agit d'un chef-d'oeuvre total, aussi bien littéraire que musical. Les 42 minutes de l'album fourmille d'une folie créatrice inédite jusqu'alors dans nos contrées, la prise de risque est constante, le résultat exceptionnel.

Le morceau "Quel ami" est un cas d'école et résume bien l'affaire. Il s'agit d'un titre aux ambitions martiennes, tant il semble ancré dans une autre réalité. Honnêtement, je n'ai pas le souvenir d'avoir entendu un truc pareil, tant cette merveille de précision est brillamment pensée, écrite et arrangée. Le meilleur de la musique pop se confronte à des expérimentations sonores et des bidouillages électroniques harmonieux de manière contemporaine. Le milieu du morceau est un sommet de création sophistiqué. Cela peut paraître exagéré mais c'est le genre de chanson qui donne envie de balancer Revolver des Beatles par la fenêtre tant "Tomorrow Never Knows" semble dépassé en comparaison. (D'ailleurs, le mec qui a flingué Lennon portait sur lui le bouquin de Salinger. Tu la sens la logique ?).

Le reste de l'album est du même niveau. La voix d'Armelle Pioline n'a jamais été aussi belle, aussi touchante. Les mots sont des poèmes, les mélodies de chant sont imparables ("Des yeux et des merles", qui est aussi un bijou d'allitération, en est le parfait exemple).

Mocke, génie de la jazzmaster, est hallucinant d'idée guitaristique et d'écriture. Il vogue entre solos épiques ("C'est pas de mots"), dérives soniques ("Les bouteilles de ciel"), ambiances caverneuses ("L'air de la vie"), folk traditionnel ("Mais je vis avec eux"), mais toujours finement teinté de jazz, celui de Lee Underwood pour ne citer que lui. Dans l'esprit, et non au niveau de l'ambiance, toute cette création autour de la six cordes électrifiée peut évoquer le Scary Monsters de Bowie, l'un des derniers grands disques de guitares aventureuses et réfléchies, dans lequel Robert Fripp s'illustrait de manière inédite.

La section rythmique est implacable et groove furieusement. Emmanuel Mario à la batterie et Julien Gasc à la basse sont en parfaite symbiose, l'un répond en permanence à l'autre tout en se complétant, bref la mathématique pop dans toute sa splendeur.

Mais tout cela ne serait rien sans le son tout bonnement divin dont bénéficie le disque, qui fut enregistré et mixé par un certain Michel Peteau. Un peu d'histoire à ce sujet, puisqu'en plus d'être actuellement le guitariste de Superbravo, side project d'Armelle Pioline, ce dernier est aussi l'ancien leader du légendaire groupe Cheval Fou, que l'on pouvait retrouvé sur les routes de France dans les années 70 en première partie de groupes comme Can. Un disque live emblématique couvrant cette période fut d'ailleurs édité en 1994 chez Legend Music et reste l'unique trace du band. Michel Peteau fut aussi l'auteur et le guitariste d'un des manifestes les plus underground de la musique Zeuhl, avec l'album éponyme Nyl (sur lequel l'on retrouve Jannick Top à la basse) sorti en 1976 chez Urus Records, qui est vivement recommandé aux adeptes de la musique obscure française qui ne jurent que par Magma ou Heldon.

Inversons les lettres et revenons à Holden donc, et à ce son incroyablement riche et ouvert aux nombreuses expérimentations sonores que les compositions proposent. En plus d'être définitivement pop, Sidération a en lui un côté progressif qui devrait rendre jaloux Jean-Claude Vannier. L'écriture et la composition d'un titre comme "L'air de la vie" semblent sortir de Melody Nelson par exemple, jusqu'au niveau du son avec ses basses rondes. Progressifs également au niveau des tiroirs, les morceaux sont imprévisibles (le pont de "B&B" est très inattendu voire surprenant), ainsi que dans l'emploi des claviers (du Mellotron sur "Mais je vis avec eux").

Vous l'aurez donc compris, il faut se jeter sur ce disque dès sa sortie car il n'est édité qu'à 500 exemplaires vinyle. Et croyez moi, votre discothèque vous en voudra à vie de ne pas avoir mis la main sur ce sommet de la musique made in France. Car dorénavant, il y aura les mauvaises périodes, celles où l'on n'écoutera pas Sidération.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Chevrotine de Holden
La chronique de l'album Fantomatisme de Holden
Holden dans la rubrique Ni Vus Ni Connus
La chronique de l'album L'essentiel de Holden
Holden en concert à OPA (2 mars 2006)
Holden en concert à La Maroquinerie (5 avril 2006)
Holden en concert à La Maroquinerie (20 mars 2009)
Holden en concert au Festival des Attitudes Indé 2009 (mardi 29 septembre 2009)
Holden en concert à Casino de Paris (jeudi 26 novembre 2009)
Holden en concert au Festival Marsatac #14 (édition 2012) - Samedi 29 septembre
L'interview de Holden (8 février 2006)
L'interview de Holden (mercredi 11 mai 2011)

En savoir plus :
Le site officiel de Holden
Le Myspace de Holden
Le Facebook de Holden


Sam Nolin         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Holden (11 mai 2011)
Holden (28 mars 2009)


# 5 juillet 2020 : Un avant goût de vacances

il fait (presque) beau partout, on sort un peu de chez nous, on voit nos amis, on pense aux vacances. Chez Froggy's on continuera tout l'été à vous alimenter en culture mais ce sera peut être un peu plus calme. En attendant, voici le sommaire et bien sûr le replay de La Mare Aux Grenouilles #5 !

Du côté de la musique :

"Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.
et toujours :
"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"La Putain respectueuse" par Gérard Gélas
"Dracula Asylum" par Felicien Chauveau
"L'Homme qui rit" par Gaële Boghossian
"Cage" par Jacques Bellay
"Kyste" de et par Eloïse Hallauer et Camille Soulerin
et une pépite : "Jimmy's blues" de James Baldwin par Nicolas Repac et Anouk Grinberg
du théâtre moderne :
"Vient de paraître" d'Edouard Bourdet par Jean-Paul Tribout
"La vie de Galilée" de Bertold Brecht par Eric Ruf
le répertoire classique par la Comédie français d'hier et d'aujourdhui :
"Le Mariage de Figaro" de Beaumarchais
"On ne badine pas avec l'amour" d'Alfred de Musset
Au Théâtre ce soir :
"Les Petits oiseaux" d'Eugène Labiche
"La Reine Blanche" de Barillet et Grédy
"Les Petites têtes" d?André Gillois
des comédies :
"L'Opération du Saint-Esprit" de Michel Heim
"Jeux de mots bêtes pour gens laids" autour de textes de Bobby Lapointe
"Pochettes Surprise" de Jacky Goupil
du côté des humoristes :
"Jean Luc Lemoine - Au naturel"
"Moustapha El Atrassi - Second degré"
du théâtre visuel avec "L'Avare" par la Compagnie Tàbola Rassa
et enfin du théâtre lyrique avec"Ercole Amante" de Francesco Cavalli par Christian Hecq et Valerie Lesort

Expositions :

les réouvertures de la semaine :
le Musée d'Art Moderne dela Ville de Paris avec les collections permanentes de "La Vie Moderne" dans sa nouvelle présentation et la salle Matisse
le Musée Rodin
le Musée national des Arts asiatiques-Guimet
le Musée Cognacq-Jay et le Musée du Louvre
et les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :
en salle "L'Envolée" de Eva Riley
at home avec :
du thriller :
"La Isla minima" de Alberto Rodriguez
"La Onzième heure" de John Lyde
de la romance :
"La revanche d'une blonde" de Robert Luketic
'"Aime-moi comme je suis" de Stephan Meyer
"Coup de foudre en cuisine" de James Hacking
du drame :
"L'ombre du doute" d'Aline Issermann
"Tout va bien on s'en va" de Claude Mouriéras
"Henri" de Yolande Moreau
Ciné-Club français des années 60 :
"L'Insoumis" d'Alain Cavalier
"Le Chien" de François Chalais
"La Voleuse" de Jean Chapot
"Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
et des raretés :
"Le Champignon des Carpathes" de Jean-Claude Biette
"King of the White Elephant de Sunh Vasudhara

Lecture avec :

"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson
et toujours :
"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=