Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Holden
Sidération  (Watusa)  juin 2013

C'est coincé dans l'afterworld que Salinger s'intéresse enfin. Lui, le génie créateur isolé de The Catcher in the Rye, et donc du mythique Holden Caufield. Les sillons de Sidération lui parviennent depuis l'outre-tombe. L'effet est garanti.

Avec ce disque, Holden touche au sublime. Non pas que ce n'est jamais été le cas, bien au contraire, chaque album étant de véritable perfection pop. Oui, mais cette fois c'est différent, Holden nous livre ici son disque le plus sombre et cette galette est encore mieux que les autres.

N'y allons pas par quatre chemins, il s'agit d'un chef-d'oeuvre total, aussi bien littéraire que musical. Les 42 minutes de l'album fourmille d'une folie créatrice inédite jusqu'alors dans nos contrées, la prise de risque est constante, le résultat exceptionnel.

Le morceau "Quel ami" est un cas d'école et résume bien l'affaire. Il s'agit d'un titre aux ambitions martiennes, tant il semble ancré dans une autre réalité. Honnêtement, je n'ai pas le souvenir d'avoir entendu un truc pareil, tant cette merveille de précision est brillamment pensée, écrite et arrangée. Le meilleur de la musique pop se confronte à des expérimentations sonores et des bidouillages électroniques harmonieux de manière contemporaine. Le milieu du morceau est un sommet de création sophistiqué. Cela peut paraître exagéré mais c'est le genre de chanson qui donne envie de balancer Revolver des Beatles par la fenêtre tant "Tomorrow Never Knows" semble dépassé en comparaison. (D'ailleurs, le mec qui a flingué Lennon portait sur lui le bouquin de Salinger. Tu la sens la logique ?).

Le reste de l'album est du même niveau. La voix d'Armelle Pioline n'a jamais été aussi belle, aussi touchante. Les mots sont des poèmes, les mélodies de chant sont imparables ("Des yeux et des merles", qui est aussi un bijou d'allitération, en est le parfait exemple).

Mocke, génie de la jazzmaster, est hallucinant d'idée guitaristique et d'écriture. Il vogue entre solos épiques ("C'est pas de mots"), dérives soniques ("Les bouteilles de ciel"), ambiances caverneuses ("L'air de la vie"), folk traditionnel ("Mais je vis avec eux"), mais toujours finement teinté de jazz, celui de Lee Underwood pour ne citer que lui. Dans l'esprit, et non au niveau de l'ambiance, toute cette création autour de la six cordes électrifiée peut évoquer le Scary Monsters de Bowie, l'un des derniers grands disques de guitares aventureuses et réfléchies, dans lequel Robert Fripp s'illustrait de manière inédite.

La section rythmique est implacable et groove furieusement. Emmanuel Mario à la batterie et Julien Gasc à la basse sont en parfaite symbiose, l'un répond en permanence à l'autre tout en se complétant, bref la mathématique pop dans toute sa splendeur.

Mais tout cela ne serait rien sans le son tout bonnement divin dont bénéficie le disque, qui fut enregistré et mixé par un certain Michel Peteau. Un peu d'histoire à ce sujet, puisqu'en plus d'être actuellement le guitariste de Superbravo, side project d'Armelle Pioline, ce dernier est aussi l'ancien leader du légendaire groupe Cheval Fou, que l'on pouvait retrouvé sur les routes de France dans les années 70 en première partie de groupes comme Can. Un disque live emblématique couvrant cette période fut d'ailleurs édité en 1994 chez Legend Music et reste l'unique trace du band. Michel Peteau fut aussi l'auteur et le guitariste d'un des manifestes les plus underground de la musique Zeuhl, avec l'album éponyme Nyl (sur lequel l'on retrouve Jannick Top à la basse) sorti en 1976 chez Urus Records, qui est vivement recommandé aux adeptes de la musique obscure française qui ne jurent que par Magma ou Heldon.

Inversons les lettres et revenons à Holden donc, et à ce son incroyablement riche et ouvert aux nombreuses expérimentations sonores que les compositions proposent. En plus d'être définitivement pop, Sidération a en lui un côté progressif qui devrait rendre jaloux Jean-Claude Vannier. L'écriture et la composition d'un titre comme "L'air de la vie" semblent sortir de Melody Nelson par exemple, jusqu'au niveau du son avec ses basses rondes. Progressifs également au niveau des tiroirs, les morceaux sont imprévisibles (le pont de "B&B" est très inattendu voire surprenant), ainsi que dans l'emploi des claviers (du Mellotron sur "Mais je vis avec eux").

Vous l'aurez donc compris, il faut se jeter sur ce disque dès sa sortie car il n'est édité qu'à 500 exemplaires vinyle. Et croyez moi, votre discothèque vous en voudra à vie de ne pas avoir mis la main sur ce sommet de la musique made in France. Car dorénavant, il y aura les mauvaises périodes, celles où l'on n'écoutera pas Sidération.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Chevrotine de Holden
La chronique de l'album Fantomatisme de Holden
Holden dans la rubrique Ni Vus Ni Connus
La chronique de l'album L'essentiel de Holden
Holden en concert à OPA (2 mars 2006)
Holden en concert à La Maroquinerie (5 avril 2006)
Holden en concert à La Maroquinerie (20 mars 2009)
Holden en concert au Festival des Attitudes Indé 2009 (mardi 29 septembre 2009)
Holden en concert à Casino de Paris (jeudi 26 novembre 2009)
Holden en concert au Festival Marsatac #14 (édition 2012) - Samedi 29 septembre
L'interview de Holden (8 février 2006)
L'interview de Holden (mercredi 11 mai 2011)

En savoir plus :
Le site officiel de Holden
Le Myspace de Holden
Le Facebook de Holden


Sam Nolin         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Holden (11 mai 2011)
Holden (28 mars 2009)


# 10 novembre 2019 : Non à la morosité

Faites une pause avec l'actualité, faites une pause avec les réseaux sociaux et profitez plutôt de notre sélection culturelle hebdomadaire avec des tas de belles raisons de se réjouir un peu. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"We were young when you left home" de Tim Linghaus
"Glam shots" de Rich Deluxe
"Imago" de Manuel Etienne
"Women" la 4ème émission de notre podcast radiophonique Listen In Bed
"Silent scream" de Holy Bones
"Stregata / stregato" de Gilia Girasole & Ray Borneo
"Révolution" de David Kadouch
"Jusqu'ici tout va bien" de Bazar Bellamy
Lysysrata, It It anita et The Eternal Youth au Normandy
et toujours :
"A l'oblique" de Phôs (Catherine Watine & Intratextures)
"So cold streams" de Frustration
"Liszt : O Lieb !" de Cyrille Dubois & Tristan Raes
"Au revoir chagrin" de Da Silva
"Ca" de Pulcinella
"Roseaux II" de Roseaux
"Symphonic tales" de Samy Thiébault
"Ca s'arrête jamais" de The Hyènes
"Ils se mélangent" de Djen Ka
Rencontre avec Joséphine Blanc accompagnée d'une session 3 titres acoustiques
"Funkhauser" de My Favorite Horses
Oiseaux Tempête et Jessica Moss au Grand Mix de Tourcoing

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Une des dernières soirées de Carnaval" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Les Mille et Une Nuits" au Théâtre national de l'Odéon
"21 Rue des Sources" au Théâtre du Rond-Point
"La dernière bande" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Mademoiselle Julie" au Théâtre de la Tempête
"Que Crèvent tous les protagonistes" au Théâtre 13/Seine
"Léonard de Vinci, l'enfance d'un génié" au Studio Hébertot
"L'Effort d'être spectateur" au Théâtre du Rond-Point
"Le Nouveau Cirque du Vietnam - Teh Dar" à l'Espace Chapiteaux de La Villette
"Olympicorama - Epreuve n°4 : le 100 mètres" à la Grande Halle de La Villette
"La Diva divague" au Théâtre de Dix Heures
des reprises :
"Les Membres fantômes" au Théâtre La Flèche
"Change me" au Théâtre Paris Villette
"Corneille Molière - L'Arrangement" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Qui croire" à la Comédie de Béthune
et la chronique des spectacles à l'affiche en novembre

Expositions avec:

"Greco" au Grand Palais

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Noura rêve" de Hinde Boujemaa
"Countdown" de Justin Dec
la chronique des films à l'affiche en octobre
et la chronique des films à l'affiche en novembre

Lecture avec :

"Profession romancier" de Haruki Murakami
"Feel good" de Thomas Gunzig
"Histoire mondiale de la guerre froide (1890-1991)" de Odd Arne Westad
"L'avenir de la planète commence dans notre assiette" de Jonathan Safran Foer
"L'écho du temps" de Kevin Powers
"Psychotique" de Jacques Mathis & Sylvain Dorange
"Une famille presque normale" de M T Edvardsson
et toujours :
"A comme Eiffel" de Xavier Coste & Martin Trystam
"Demain est une autre nuit" de Yann Queffélec
"L'extase du selfie et autres gestes qui nous disent" de Philippe Delerm
"La frontière" de Don Winslow
"Les quatre coins du coeur" de Françoise Sagan
"Miracle" de Solène Bakowski
"N'habite plus à l'adresse indiquée" de Nicolas Delesalle
"Une vie violente" de Pier Paolo Pasolini

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=